Impôts: Peu utilisé, le rescrit n'a pas réduit la peur du contrôle    Douane: Le Brexit ne change rien avec le Royaume-Uni    Athlétisme: Les griefs de la mission parlementaire    Un Monde Fou    Hooligan    Du théâtre improvisé pour challenger les comédiens    Coronavirus: nouvelle sortie rassurante de l'OMS    Ouverture d'un consulat à Laâyoune : la Côte d'Ivoire refuse qu'on lui dicte sa conduite dans les relations internationales    Les gouvernements se doivent d'accorder aux gens les droits dont ils ont besoin    Nouveau coup de filet en Turquie contre le mouvement du prédicateur Gülen    L'appel de l'USFP aux partis de la majorité et de l'opposition à un débat sur la réforme du système électoral    Mise en place d'un mécanisme de dialogue parlementaire entre le Maroc et le Chili    Battu par Man United, Chelsea sous haute pression    Guardiola et Sterling resteront à City même sans Coupe d'Europe    Divers sportifs    Quelles voies d'émergence pour le Maroc ?    Le Japon considéré comme le premier employeur privé étranger au Maroc    Des étudiants à l'origine d'une campagne de sensibilisation dédiée à la santé mentale en milieu universitaire    Divers    L'OMS opposée à toute prise de mesure disproportionnée contre le coronavirus    Divers Economie    Signature d'une convention actant une forte baisse des primes d'assurance pour les bénéficiaires du programme "Intelaka"    Abdallah Baida, un explorateur des mots    Patrick Sébastien tacle Nagui et France 2    Bon début d'année pour les aéroports marocains, Casablanca en tête    Béni Mellal: ils falsifiaient les dossiers de couverture médicale    Banque : des dizaines de milliers de suppressions de postes annoncées dans le monde    Virus : en Chine, le « cauchemar logistique » des entreprises étrangères    Escalade dans l'est de l'Ukraine: un soldat tué, cinq blessés (Kiev)    FIFM : Rémi Bonhomme nouveau directeur artistique de la 19ème édition    L'Oriental Fashion Show : Rajae Lahlou dévoile sa quête de soi    Un paysage politique recroquevillé!    Secousses telluriques: Au Maroc, la terre a tremblé    Le Raja s'incline en Egypte sur un petit score jouable à domicile    Liga: le Real Madrid accroché par le Celta Vigo    La constitution chilienne au cœur de la contestation populaire…    GPBM : le programme d'appui des PME connaîtrait déjà un engouement de la part des porteurs de projet    Maroc Telecom: un RNPG fortement impacté par la sanction de l'ANRT    Le thème est axé sur le terrorisme    Maroc-Guinée Equatoriale : Rencontre à Rabat pour «mettre en route» la coopération dans les domaines des mines et des hydrocarbures    Le Japon premier employeur privé étranger au Maroc    Un joueur du Wydad hospitalisé en urgence (PHOTO)    Starlink : Space X rate l'atterrissage en mer du premier étage de sa fusée    Parlement, l'action des commissions tourne au ralenti    « Biohacking » et transhumanisme : des Russes expérimentent avec leur corps    Deuxième édition de la Conférence sur les défis de l'Union africaine : Objectif, renforcer l'intégration et l'émergence du continent    La SNRT rend hommage à Feu Abderahmane Achour    Désaccord au sein de l'UE sur les moyens pour contrôler l'embargo en Libye    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nuit de liesse à Istanbul après la victoire de l'opposition
Publié dans La Nouvelle Tribune le 24 - 06 - 2019

Les mines étaient fatiguées mais joyeuses lundi à Istanbul, après une nuit de célébration pour fêter la victoire écrasante de l'opposition face au candidat du président Recep Tayyip Erdogan aux élections municipales.
Dans les bastions de l'opposition, comme Besiktas sur la rive européenne ou Kadiköy sur la rive asiatique de la ville, les Stambouliotes ont fait la fête jusqu'à tard dans la nuit, agitant des drapeaux, dansant au milieu des voitures et buvant des bières « à la santé de Tayyip ».
Quasiment inconnu il y a quelques mois, Ekrem Imamoglu a fait une entrée fracassante sur la scène politique nationale en rééditant dimanche sa victoire annulée trois mois plus tôt contre un poids lourd du parti au pouvoir, l'ex-Premier ministre Binali Yildirim.
Mieux: alors que seulement 13.000 voix séparaient les deux candidats lors du premier scrutin en mars, invalidé à la suite de recours du parti au pouvoir AKP, M. Imamoglu a devancé M. Yildirim de près de 800.000 voix dimanche, jour où s'est rejouée l'élection.
« Ce n'était pas bien de recommencer cette élection, mais le fait qu'il y a eu un tel écart au final, c'est une bonne chose pour Istanbul », estime Servan Soydan, un Stambouliote qui soutient l'opposition, en promenant son chien lundi matin.
L'enthousiasme était moins marqué dans les médias, pour la plupart contrôlés par le pouvoir. « Istanbul a voté », titraient sobrement plusieurs journaux. Le quotidien progouvernemental Sabah se démarquait en estimant que « la démocratie (avait) gagné ».
Nombre d'analystes estiment qu'en demandant la répétition de l'élection à Istanbul, M. Erdogan et son parti ont commis une erreur de calcul, faisant de M. Imamoglu une victime et une figure désormais de premier plan.
La « victoire massive » de M. Imamoglu « est une leçon de démocratie: les gens tiennent à ce que leurs droits soient respectés », souligne dans un tweet Marc Pierini, analyste à Carnegie Europe et ancien ambassadeur de l'Union européenne à Ankara.
Devant le résultat sans appel — 54% des voix pour M. Imamoglu–, le président Erdogan a félicité le candidat de l'opposition dimanche soir.
Son parti, l'AKP, reste le plus populaire à l'échelle nationale. Mais il pâtit des difficultés économiques que connaît actuellement la Turquie, avec une inflation à 20%, un affaissement de la livre turque et un chômage élevé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.