« Renvoyez-la! »: Le ton de la campagne Trump est donné    Drame d'Imlil. Peine capitale pour les trois principaux accusés    Turquie: 17 morts dans l'accident d'un minibus de migrants    OMS: l'épidémie d'Ebola est une "urgence" sanitaire mondiale    Fouzi Lekjaa nommé 2ème vice-président de la CAF    Projection du film «Tel Aviv on Fire» à l'IF d'Oujda    Amane Souss lance le format 7 litres    El Akademia Master class : L'Orchestre national des jeunes du Maroc régale    Du flou encore sur le départ de Renard    Le PPS rend hommage à Khalid Naciri    Procès Imlil. La Cour met l'affaire en délibéré    Pour renforcer sa contribution au marché financier marocain : L'AMMC se dote d'un conseil scientifique    Gnaoua Festival : Berlin en transe en août prochain    Le 10è festival «Timizart» d'argent du 18 au 22 juillet à Tiznit    Instagram masque les likes dans six pays    Hépatite B: Attention aux pratiques traditionnelles!    Le FMI appelle à des réformes ambitieuses du marché du travail    Carlos Ghosn poursuit Nissan et Mitsubishi Motors    Mission de manager: ardeur de l'entreprise    CAN-2019 : La consolante pour le Nigeria, encore 3e    World's Coffee Growers Seek to Set Minimum Price to Help Poor Farmers    Apollo's Code: Meet the Computer Programmer Who Landed Us on the Moon    Quantique ?    Restrictions à la visite à New York du chef de la diplomatie iranienne    La CAF change l'arbitre de la finale    Le Néerlandais de Ligt signe à la Juventus Turin    Objectif Downing Street : Ultimes plaidoyers des deux candidats    Terres soulaliyates. La commission adopte trois projets de loi    Promotion de l'emploi dans le secteur de l'aviation civile : L'ONDA et l'Anapec s'allient    Accès à l'eau potable : L'AFD et l'ONEE signent un accord de 101 millions d'euros    Carola Rackete, capitaine du Sea-Watch 3, s'explique devant les magistrats    Loi-cadre sur l'Education: PJD et Istiqlal, porte-drapeaux de l'obscurantisme ?    Une saga nommée «Megri»    Enjeux des approches de la formation des ressources humaines dans le contexte du New public management    Divers    Création d'un écosystème BSH dans le secteur de l'électroménager    99,8% des ménages équipés en téléphones mobiles    Le Polisario épinglé par Human Right Watch    Présentation du projet de politique publique intégrée pour les personnes âgées    Une faille d'Android permet aux hackers d'accéder à vos photos    Le Sénégal y est presque    6500 sportifs attendus aux 12èmes Jeux africains au Maroc    Le WAC passe au mode serbe    Apporter une réponse collective aux défis stratégiques, sécuritaires et économiques auxquels nos pays se trouvent confrontés    Bouillon de culture    Nouvelle édition du Festival international des arts de la rue à Laâyoune    Record de nominations pour la série "Game of Thrones" aux Emmy Awards    Biennale d'art contemporain. Rabat, capitale artistique de la rentrée !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nuit de liesse à Istanbul après la victoire de l'opposition
Publié dans La Nouvelle Tribune le 24 - 06 - 2019

Les mines étaient fatiguées mais joyeuses lundi à Istanbul, après une nuit de célébration pour fêter la victoire écrasante de l'opposition face au candidat du président Recep Tayyip Erdogan aux élections municipales.
Dans les bastions de l'opposition, comme Besiktas sur la rive européenne ou Kadiköy sur la rive asiatique de la ville, les Stambouliotes ont fait la fête jusqu'à tard dans la nuit, agitant des drapeaux, dansant au milieu des voitures et buvant des bières « à la santé de Tayyip ».
Quasiment inconnu il y a quelques mois, Ekrem Imamoglu a fait une entrée fracassante sur la scène politique nationale en rééditant dimanche sa victoire annulée trois mois plus tôt contre un poids lourd du parti au pouvoir, l'ex-Premier ministre Binali Yildirim.
Mieux: alors que seulement 13.000 voix séparaient les deux candidats lors du premier scrutin en mars, invalidé à la suite de recours du parti au pouvoir AKP, M. Imamoglu a devancé M. Yildirim de près de 800.000 voix dimanche, jour où s'est rejouée l'élection.
« Ce n'était pas bien de recommencer cette élection, mais le fait qu'il y a eu un tel écart au final, c'est une bonne chose pour Istanbul », estime Servan Soydan, un Stambouliote qui soutient l'opposition, en promenant son chien lundi matin.
L'enthousiasme était moins marqué dans les médias, pour la plupart contrôlés par le pouvoir. « Istanbul a voté », titraient sobrement plusieurs journaux. Le quotidien progouvernemental Sabah se démarquait en estimant que « la démocratie (avait) gagné ».
Nombre d'analystes estiment qu'en demandant la répétition de l'élection à Istanbul, M. Erdogan et son parti ont commis une erreur de calcul, faisant de M. Imamoglu une victime et une figure désormais de premier plan.
La « victoire massive » de M. Imamoglu « est une leçon de démocratie: les gens tiennent à ce que leurs droits soient respectés », souligne dans un tweet Marc Pierini, analyste à Carnegie Europe et ancien ambassadeur de l'Union européenne à Ankara.
Devant le résultat sans appel — 54% des voix pour M. Imamoglu–, le président Erdogan a félicité le candidat de l'opposition dimanche soir.
Son parti, l'AKP, reste le plus populaire à l'échelle nationale. Mais il pâtit des difficultés économiques que connaît actuellement la Turquie, avec une inflation à 20%, un affaissement de la livre turque et un chômage élevé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.