Actes de sabotage et de vandalisme à Lâayoune    Une traversée de Dakar triomphale pour les Lions du Sénégal    El Otmani en visite à Dakhla-Oued Eddahab    Artisanat à Fès. 42 MDH pour le développement des compétences    Tenue du gala international de boxe professionnelle à El Jadida    Des centaines d'Algériens sont bloqués au Caire    Victoire de la sélection algérienne en finale de la CAN 2019    Point de vue : Hanane, Reda… et tant d'autres !    Le Maroc présent à la Foire internationale du livre de Lima    Dar El Bacha accueille l'exposition « Etoffe des sens, résonnances, Serge Lutens, Yves Saint Laurent »    Festival international Jawhara : Le retour de Cheb Bilal    CNDH: Au nom du principe de la pluralité    Israël démolit des maisons palestiniennes près de Jérusalem    Proscrire la violence!    Festival des huîtres de Qualidia    La colère gronde à Hong Kong après les agressions brutales de manifestants    Records de chaleur battus aux Etats-Unis, mais la canicule touche à sa fin    Avortement d'une tentative de trafic de 345 kg de chira à Bab Sebta    Crédit Agricole du Maroc : L'accompagnement du monde rural salué par les députés    Laâyoune : Ouverture d'une enquête…    Ukraine: Vers une majorité absolue au Parlement du parti du président Zelensky    Hervé Renard refuse la sélection des Pharaons    Un vibrant hommage rendu à Husseïn Chaâbi par la ville de Laâyoune    Décès directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique Yukiya Amano    Akhannouch promet de solliciter le portefeuille de la santé en 2021    Le ministère de la Culture répertorie les bâtiments historiques    La course à Downing Street s'achève, Boris Johnson ultra-favori    BCIJ : Arrestation à Meknès d'un terroriste franco-marocain    Corée du Nord. Un taux de participation aux votes de 99.98%    Voyants au vert pour Maroc Telecom    Accord de pêche. La flotte espagnole est de retour    Les prix des produits alimentaires en légère hausse, tirés par les légumes    Edito : Transport urbain dites-vous !    L'ONEE compte investir 51,6 milliards de dirhams entre 2019 et 2023    Le Maroc et la Jordanie résolus à développer leur partenariat stratégique    Tanger. 20 blessés à cause de l'écroulement d'un manège    La traite humaine nargue la loi 27-14    Mobilisation exceptionnelle pour lutter contre un vaste incendie au Portugal    Une approche qui n'est pas du goût de tous    Les atouts touristiques de la région de Dakhla-Oued Eddahab mis en avant à Prague    Bounedjah Le réveil magique de la machine à buts des Fennecs    Les tops et les flops de l'édition égyptienne    Béni Tadjit et la parade des prétendants !    C'est parti pour la 6ème édition du Festival Al Haouz    Show haut en couleur de Hamid Bouchnak et Hatim Ammor au Festival international du raï    Débat à Essaouira sur le rôle des jeunes dans la préservation du patrimoine gnaoui    CAN 2021: Le Maroc face à la Mauritanie, Centrafrique et Burundi    Laâyoune : La célébration de la victoire algérienne vire au drame    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La cheffe de l'ONU pour les droits humains réclame le rapatriement des familles de Daech
Publié dans La Nouvelle Tribune le 24 - 06 - 2019

La Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme a demandé lundi que les proches des jihadistes capturés ou tués en Syrie et en Irak, dont des milliers d'enfants, soient « rapatriés, à moins qu'ils ne soient poursuivis pour des crimes ».
L'appel de la Haut-Commissaire, Michelle Bachelet, qui s'exprimait devant le Conseil des droits de l'Homme à Genève, intervient alors que l'Australie a indiqué lundi avoir secouru d'un camp en Syrie huit enfants et petits-enfants de combattants australiens de l'organisation Etat islamique (EI), tous orphelins.
Depuis la chute en mars du « califat » de l'EI, la communauté internationale est confrontée au casse-tête du rapatriement des familles des jihadistes capturés ou tués en Syrie et en Irak.
Près de 29.000 enfants étrangers, la plupart âgés de moins de 12 ans, sont bloqués en Syrie, selon les estimations du Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef). Parmi eux, 20.000 viendraient d'Irak et plus de 9.000 seraient originaires de 60 autres pays.
Quelque 1.200 enfants de combattants étrangers se trouvent également en Irak, selon l'Unicef.
Certains pays, comme l'Allemagne, les rapatrient s'ils ont des proches pour les recueillir, d'autres, comme la France et la Belgique, les rapatrient « au cas par cas ».
A la mi-juin, les autorités françaises avaient rapatrié 15 orphelins de jihadistes français et deux enfants que la mère avait accepté de laisser partir, qui étaient eux aussi retenus dans des camps de déplacés du nord-est de la Syrie.
Washington, qui pousse les autres pays au rapatriement, a de son côté récemment commencé à rapatrier ses propres ressortissants, tandis que le Danemark entend les priver de la nationalité danoise.
Pour Mme Bachelet, « les membres des familles (…) doivent être rapatriés, à moins qu'ils ne soient poursuivis pour des crimes ».
Au total, plus de 11.000 membres présumés de familles étrangères de combattants de Daech (acronyme de l'EI en arabe) sont détenus au camp d'Al-Hol (Syrie), administré par les autorités kurdes, selon la Haut-Commissaire, pour qui le maintien en détention de ceux « qui ne sont pas soupçonnées de crimes (…) n'est pas acceptable ».
Quant aux combattants, Mme Bachelet a appelé les Etats à se soucier du sort de leurs ressortissants qui sont poursuivis, relevant que plus de 150 hommes et femmes ont été condamnés à mort en Irak après des procès qui « n'ont pas été accompagnés des garanties d'une procédure régulière ».
– ‘Cruauté' –
La Haut-Commissaire a appelé les Etats à accorder la nationalité « aux enfants nés de leurs ressortissants » dans les zones de conflit, arguant qu'infliger le statut d'apatride à ces enfants est un « acte de cruauté ».
« Les enfants apatrides sont souvent privés d'éducation, d'accès aux soins de santé et d'autres éléments fondamentaux de la dignité », a-t-elle fait valoir.
Mme Bachelet a relevé que « quelques pays ont fait des efforts pour rapatrier certains ressortissants, notamment des enfants », sans toutefois citer ces pays.
Elle a également souligné que « quatre cas ont été portés à l'attention du Comité des droits de l'enfant et du Comité contre la torture par les grands-parents français d'enfants actuellement détenus en Syrie ou en Irak ».
En France, l'oncle de deux enfants français âgés de 2 et 3 ans, détenus avec leur mère dans un camp de prisonniers de l'EI en Syrie, a par exemple récemment annoncé avoir porté plainte devant l'UE contre la France « qui refuse de les rapatrier » alors qu'ils sont « en danger ».
Plus de 200 enfants de Français partis rejoindre la Syrie ou l'Irak à partir de 2012 sont détenus dans le nord syrien, la plupart avec leurs mères (une centaine) par les Kurdes dans les camps d'Al-Hol, Roj et Aïn Issa. Plus d'une centaine d'hommes français sont eux détenus dans des prisons kurdes.
Paris refuse de rapatrier les adultes, y compris les mères, dont la quasi-totalité refuse de laisser partir seuls leurs enfants, parfois encore nourrissons et dont les trois-quarts ont moins de six ans.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.