Distribution automobile : Comicom rafle la carte Mahindra    Le secteur bancaire confirme sa résilience en 2018    Maroc Telecom enregistre près de 63 millions de clients    Alerte Météo : Il va pleuvoir dans plusieurs villes au Maroc    Lekjâa convoque la famille du football marocain à Skhirat    L'Europe se prépare à une nouvelle canicule, Paris en alerte    Faits divers    Football    Loi-cadre sur l'enseignement    La Jordanie réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    Artisanat à Fès. 42 MDH pour le développement des compétences    Tenue du gala international de boxe professionnelle à El Jadida    Des centaines d'Algériens sont bloqués au Caire    Victoire de la sélection algérienne en finale de la CAN 2019    Actes de sabotage et de vandalisme à Lâayoune    El Otmani en visite à Dakhla-Oued Eddahab    Point de vue : Hanane, Reda… et tant d'autres !    Le Maroc présent à la Foire internationale du livre de Lima    Dar El Bacha accueille l'exposition « Etoffe des sens, résonnances, Serge Lutens, Yves Saint Laurent »    Festival international Jawhara : Le retour de Cheb Bilal    Israël démolit des maisons palestiniennes près de Jérusalem    Proscrire la violence!    CNDH: Au nom du principe de la pluralité    Festival des huîtres de Qualidia    La colère gronde à Hong Kong après les agressions brutales de manifestants    Laâyoune : Ouverture d'une enquête…    Ukraine: Vers une majorité absolue au Parlement du parti du président Zelensky    Avortement d'une tentative de trafic de 345 kg de chira à Bab Sebta    Un vibrant hommage rendu à Husseïn Chaâbi par la ville de Laâyoune    Akhannouch promet de solliciter le portefeuille de la santé en 2021    La course à Downing Street s'achève, Boris Johnson ultra-favori    Décès directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique Yukiya Amano    Accord de pêche. La flotte espagnole est de retour    Dakhla devient une référence nationale    Les prix des produits alimentaires en légère hausse, tirés par les légumes    BCIJ : Arrestation à Meknès d'un terroriste franco-marocain    Corée du Nord. Un taux de participation aux votes de 99.98%    Tanger. 20 blessés à cause de l'écroulement d'un manège    La traite humaine nargue la loi 27-14    Mobilisation exceptionnelle pour lutter contre un vaste incendie au Portugal    Béni Tadjit et la parade des prétendants !    Les atouts touristiques de la région de Dakhla-Oued Eddahab mis en avant à Prague    Bounedjah Le réveil magique de la machine à buts des Fennecs    Les tops et les flops de l'édition égyptienne    Une approche qui n'est pas du goût de tous    C'est parti pour la 6ème édition du Festival Al Haouz    Show haut en couleur de Hamid Bouchnak et Hatim Ammor au Festival international du raï    Débat à Essaouira sur le rôle des jeunes dans la préservation du patrimoine gnaoui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le plan américain de paix par l'économie sera discuté à Bahreïn, sans les Palestiniens
Publié dans La Nouvelle Tribune le 24 - 06 - 2019

Des délégations financières internationales sont attendues lundi à Bahreïn à la veille d'une conférence économique co-organisée par les Etats-Unis pour mobiliser des milliards de dollars en faveur des Palestiniens, qui n'en veulent pas en l'absence d'un règlement politique du conflit avec Israël.
Dirigée par le gendre et conseiller du président américain Donald Trump, Jared Kushner, cette rencontre intitulée « De la paix à la prospérité » est le volet économique d'un plan de résolution du conflit israélo-palestinien dont la présentation a été retardée plusieurs fois.
La réunion débutera mardi par un dîner dans un hôtel luxueux à Bahreïn, qui, comme d'autres Etats arabes du Golfe, commence à faire cause commune avec Israël en raison de leur hostilité partagée pour l'Iran.
L'administration américaine ambitionne de mobiliser plus de 50 milliards de dollars pour les Palestiniens pour de grands projets d'infrastructures, pour l'éducation, le tourisme et le commerce.
Les ministres des Finances de pays arabes du Golfe, le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin, et la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) Christine Lagarde figurent parmi les invités.
L'Autorité palestinienne boycotte la rencontre, le Premier ministre Mohammad Shtayyeh critiquant l'absence de toute mention faite à la fin de l'occupation israélienne.
« Cet atelier économique n'a pas de sens », a-t-il déclaré lundi lors d'une réunion du gouvernement. « Ce qu'Israël et les Etats-Unis essaient maintenant de faire, c'est simplement de normaliser leurs relations avec les Arabes aux dépens des Palestiniens ».
« Nous avons besoin de (soutien) économique, d'argent et d'aide, mais avant tout, il faut une solution politique », a affirmé dimanche le président palestinien Mahmoud Abbas. « Nous ne pouvons accepter que l'Amérique transforme cette cause qui est politique en une cause économique ».
– Nouvelle approche –
L'administration américaine affirme essayer une nouvelle approche pour mettre fin au conflit israélo-palestinien, avec un plan qui pourrait être divulgué en novembre, après les élections législatives en Israël.
Mais selon des responsables américains, ce plan ne mentionnera pas une solution dite « à deux Etats », israélien et palestinien, un objectif longtemps défendu par Washington.
Israël, qui sera présent à Bahreïn, a critiqué les dirigeants palestiniens. « Je ne comprends pas comment les Palestiniens ont rejeté le plan avant même d'avoir pris connaissance de ce qu'il contenait », a déclaré dimanche le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.
Israël, qui impose un blocus depuis plus d'une décennie à la bande de Gaza gouvernée par le mouvement islamiste Hamas, dit se féliciter de la possibilité de développer l'économie palestinienne.
Mais M. Netanyahu parle également d'annexer une partie de la Cisjordanie, ce qui pourrait sonner le glas de la solution à « deux Etats ».
– « Pressions » –
L'Autorité palestinienne est confrontée à de graves difficultés financières. Elle refuse de percevoir des droits de TVA et de douane que lui doit Israël, tant que ce dernier maintiendra sa décision d'en geler une partie.
Selon le gouvernement israélien, la somme gelée correspond au montant des allocations versées par l'Autorité aux familles de Palestiniens emprisonnés ou tués pour avoir commis des attaques anti-israéliennes.
Avant la réunion à Bahreïn, la Ligue arabe a réitéré son engagement à verser 100 millions de dollars par mois aux Palestiniens, sans en fournir les modalités.
Le ministre d'Etat saoudien aux Affaires étrangères Adel al-Jubeir a lui déclaré que la réunion à Bahreïn n'avait rien à voir avec « l'achat de la paix ».
« Il ne s'agit en aucun cas de contraindre les Palestiniens à accepter un accord dont ils ne veulent pas », a-t-il affirmé au quotidien français Le Monde.
La promesse d'investissements massifs en faveur des Palestiniens intervient après l'arrêt par Washington de plus de 500 millions de dollars d'aides. L'administration Trump a également cessé de financer l'agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens (Unrwa) et pris de nombreuses décisions en faveur d'Israël.
Les dirigeants palestiniens ont gelé tout contact avec l'administration Trump pour protester contre la reconnaissance américaine de Jérusalem comme capitale d'Israël en décembre 2017.
Pour Aaron David Miller, ancien négociateur américain au Proche-Orient, l'idée d'un plan économique en faveur des Palestiniens n'est pas nouvelle.
« Si l'administration américaine n'avait pas passé les deux dernières années à faire des pressions économiques et politiques contre les Palestiniens et à saper leurs aspirations (…), ce plan aurait eu un sens », a-t-il estimé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.