Kénitra: des motards utilisent leurs armes de service pour arrêter un récidiviste    Création d'un centre d'accueil pour les MRE à Tanger    Installation des agents d'autorité nouvellement nommés    Tanger : Un centre d'accueil pour la diaspora marocaine    Remaniement: Divisions de la majorité et compétences rares    Le Japon affiche de nouvelles ambitions africaines    Fête de la Jeunesse: Fini les cérémonies officielles…    Un Conseil de gouvernement jeudi prochain    Insolite : Mystérieux bienfaiteur    La Bourse de Casablanca clôture juillet en bonne mine    Le taux moyen de remplissage des barrages avoisine les 57% au niveau de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima    Création d'entreprises : 50.135 nouvelles entités au premier semestre    Grève de 48 heures des médecins du secteur public    Equipements télécoms : Le processus d'agrément dématérialisé    Télédéclarations: la CNSS s'associe aux banques participatives    Exploration pétrolière: Jeu de chaises musicales sur le permis Anoual    En Libye, la peur de finir à la rue après avoir fui les combats    Réfugiés: Le ras-le-bol des pays voisins de la Syrie, après 8 ans de guerre    Le commerce mondial des marchandises pique du nez au troisième trimestre    Commerce: Trump vante la perspective d'un accord « fantastique » avec Londres après le Brexit    Gibraltar autorise le pétrolier iranien à partir malgré la tentative américaine de blocage    Hong Kong, passerelle entre Pékin et le monde, malgré l'essor économique chinois    Les utilisateurs d'Instagram pourront bientôt signaler les « Fake News »    Taux négatifs    Coupe arabe Mohammed VI des clubs champions : L'IRT décidé à franchir le tour préliminaire    Fouzi Lekjaa Objectif : Qualifier l'EN au Mondial et au dernier carré de la CAN    Coupe du Trône : Tirage au sort fatal pour au moins sept clubs de la D1    Championnat de Portugal : Adel Taarabt renoue avec Benfica jusqu'en 2022    Kitesurf : Dakhla à l'heure de la 5ème édition de «Dakhla Downwind Challenge»    Athlétisme : Des records du monde en danger    Neymar convoqué pour les prochains matches amicaux du Brésil    Vahid Halilhodzic prend officiellement les commandes de la sélection nationale    De nouveaux ambassadeurs du Qatar et de la Finlande à Rabat    Myrtilles : Cet aliment miracle réduit le risque d'Alzheimer et d'infarctus    Augmentation du nombre de bénéficiaires de l'Entraide nationale    Divers    Fès: L'UEMF s'allie à l'Ecole polytechnique    La Marine Royale saisit 4 tonnes de chira au large d'Assilah    Vol de médicaments de l'hôpital multidisciplinaire d'Azrou : Un récidiviste interpellé    Tanger : Deux arrestations dans une affaire de coups et blessures ayant entraîné la mort d'une personne    Réhabilitation du cimetière juif d'El Jadida    Le film culte "Apocalypse Now" ressort dans une nouvelle version    Depuis sa cellule, MHD rend un hommage déchirant à Dj Arafat    Une MasterClass pour former les musiciens en herbe    Casablanca: Où sont les autorités et la Cour des comptes?    «Le festival Bab Souss» du 23 au 25 août    Pour présenter ses vœux de l'Aïd Al Adha : Karima Skalli lance «Alhawa rachiki»    Fast and furious : Hobbs et Shaw assurent l'intérim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Washington s'apprête à sanctionner davantage l'Iran
Publié dans La Nouvelle Tribune le 24 - 06 - 2019

« Pas d'armes nucléaires, pas de soutien au terrorisme! »: Donald Trump a ainsi résumé lundi les exigences des Etats-Unis vis-à-vis de l'Iran, en plein regain de tension entre les deux ennemis et alors que Washington doit imposer de nouvelles sanctions contre Téhéran.
Le président américain a en outre appelé les pays importateurs de pétrole à protéger leurs propres cargaisons dans le détroit d'Ormuz, « un passage dangereux », en disant ne pas comprendre pourquoi les Etats-Unis le sécurisaient « pour d'autres pays sans la moindre compensation ».
Bien que la nature des nouvelles mesures américaines contre la République islamique n'ait pas encore été révélée, l'Iran a dit prendre « au sérieux toutes (nouvelles) sanctions », et les considérer comme « un acte hostile, conforme au terrorisme économique et à la guerre économique lancés contre notre nation ».
« Nous estimons qu'elles (les sanctions) n'auront aucun résultat », a déclaré le porte-parole des Affaires étrangères iranien, Abbas Moussavi.
Ce nouvel accès de fièvre entre Washington et Téhéran, qui n'ont plus de relations diplomatiques depuis 1980, a été provoqué par la destruction jeudi d'un drone américain par un missile iranien dans la région stratégique du Golfe.
Donald Trump, qui accuse l'Iran de chercher à se doter de l'arme nucléaire et d'être un « parrain du terrorisme », a dit avoir annulé in extremis des frappes de représailles, prévues vendredi, contre des cibles iraniennes. Il a affirmé samedi que des « sanctions supplémentaires majeures » contre l'Iran seraient annoncées lundi, sans autre précision.
Selon des sources diplomatiques, Washington, qui a lancé une campagne de « pression maximale » contre l'Iran, a demandé la tenue lundi d'une réunion à huis clos du Conseil de sécurité de l'ONU.
Alliée de l'Iran, la Russie a qualifié les sanctions promises d' »illégales ».
Pour Thierry Coville, spécialiste de l'Iran à l'Institut de relations internationales et stratégiques (Iris), pour l'administration Trump, c'est « la raison du plus fort est toujours la meilleure ».
« Qu'est-ce que les Américains peuvent faire de plus, en termes de sanctions? Il y a peu d'exemples dans l'histoire de pays qui aient été autant sanctionnés en si peu de temps », a-t-il estimé.
– Détroit stratégique-
Donald Trump a envoyé son secrétaire d'Etat Mike Pompeo en Arabie saoudite, grand rival régional de l'Iran, pour évoquer la crise iranienne.
M. Pompeo, qui se rend aussi aux Emirats arabes unis, autre proche allié des Etats-Unis, a dit avoir discuté avec les dirigeants saoudiens de « la nécessité de promouvoir la sécurité maritime dans le détroit d'Ormuz », un point de passage clé pour le commerce mondial de pétrole situé dans la zone où l'Iran a abattu le drone américain et où des attaques ont ciblé des pétroliers ces dernières semaines.
M. Trump a souligné lundi que la protection de voies de navigation dans le Golfe n'était pas pour lui une priorité.
« Nous n'avons même pas besoin d'être sur place dans la mesure où les Etats-Unis sont désormais (de loin) le premier producteur d'énergie au monde! », a-t-il avancé, en appelant les autres pays importateurs de pétrole à monter en première ligne.
« 91% des importations chinoises de pétrole passent par le détroit d'Ormuz, 62% pour le Japon, et c'est pareil pour nombre d'autres pays », a dit le milliardaire républicain. « Pourquoi protégeons-nous ces voies de navigation (depuis de longues années) pour d'autres pays sans la moindre compensation? ».
« Tous ces pays devraient protéger leurs propres navires dans ce qui a toujours été un passage dangereux », a-t-il encore tweeté.
– Cyberattaques –
Selon des médias américains, M. Trump a autorisé secrètement des cyberattaques contre des systèmes de lancement de missiles et un réseau d'espionnage iraniens, en riposte à la destruction du drone américain.
Le ministre iranien des Télécommunications, Mohammad Javad Azari-Jahromi, a affirmé que son pays n'avait subi aucun dégât après ces « présumées cyberattaques » des Etats-Unis. « Cela fait longtemps que nous faisons face au cyberterrorisme » des Etats-Unis mais à ce jour « aucune de leurs attaques n'a réussi ».
L'administration Trump s'est retirée en mai 2018 de l'accord nucléaire censé limiter les activités sensibles de l'Iran, et considéré par les Européens, les Russes et les Chinois -toujours parties à l'accord- comme le meilleur moyen de s'assurer que l'Iran n'aura pas la bombe.
Les Etats-Unis ont ensuite rétabli à partir d'août 2018 une série de sanctions économiques contre Téhéran dans le cadre d'une campagne de « pression maximale » contre l'Iran, accusé également de déstabiliser la région.
De nouvelles frictions sont à prévoir avec l'annonce par l'Iran que ses réserves d'uranium enrichi dépasseront à partir du 27 juin la limite prévue par l'accord nucléaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.