Al Boraq sur la bonne voie    Elalamy : Le Maroc ne ménagera aucun effort pour continuer le développement de son industrie automobile    BTI Bank signe une convention avec la Confédération Marocaine de TPE-PME    Trafic de drogues : Gros coup de filet de la DGSN à Tan-Tan    ‘‘Lire Casablanca'', une référence sur l'histoire architecturale et urbanistique de Dar El Beida    Marrakech fête le 30ème anniversaire de la Convention internationale des droits d'enfants    Bourita reçoit Jean-Yves Le Drian à Rabat    Le film « Adam » fait un beau parcours à l'international    Inzegane : Arrêté pour avoir fait chanter une jeune fille    Secousse tellurique de magnitude 3,1 dans la province de Midelt    Le FIFM célèbre le parcours de quatre grandes figures du cinéma international    La Tunisie instaure des cours d'éducation sexuelle, une première dans le monde islamique    Futsal: la sélection marocaine des personnes de petite taille affronte l'Egypte    Communiqué du Bureau politique du PPS    La CMR finalise sa stratégie de transformation digitale 2020-2024    Le 19 novembre décrété «Journée du Maroc à Los Angeles»    Amnesty: Le modèle économique de Facebook et Google est une « menace » pour les « droits humains »    Mali. Peine de mort prononcée pour l'homme qui a tué un imam    Le départ de Mustapha Iznasni : des témoignages    Nouvelle distinction pour Auto Hall    Le Maroc s'achète 36 hélicoptères Apache AH-64E américains    Affaire ukrainienne: Un ambassadeur dit avoir « suivi les ordres » de Trump    Le roi saoudien appelle l'Iran à renoncer à son « idéologie expansionniste »    Hay Mohammadi: accueil triomphal pour l'équipe du TAS    «La formation un maillon parmi tant d'autres pour structurer la filière musicale»    Badr Hari organise le mariage secret de Ronaldo à Marrakech    48es Assises de l'Union internationale de la presse francophone : Latifa Akharbach anime une table ronde    Immobilier. Toujours pas de corrélation entre transactions et prix    Ce vendredi, alerte météo dans plusieurs provinces du royaume    Accidents de la circulation : 9 morts et 1.711 blessés en périmètre urbain la semaine dernière    PLF 2020, M. Benchaaboun nu parmi les loups…    Edito : Modèle    Le Maroc que nous voulons...    Billetterie en ligne : Le Raja et guichet.ma, champions de la transformation numérique du sport    Difficulté d'accès au financement : le constat choquant du HCP    Driss Lachguar : Il est nécessaire de doter les femmes des compétences scientifiques et d'encadrement    La bonne opération du Onze national à Bujumbura    L'EN des locaux déroule face à la Guinée    La SGM et l'Université Mohammed V scellent un partenariat    Les joueurs de basketball au Maroc s'organisent    Habib El Malki et Fatiha Saddas élus au Conseil de l'Alliance progressiste    Le Maroc a choisi la voie du libéralisme et de l'ouverture    Les prix des actifs immobiliers repartent à la hausse    Los Angeles se met à l'heure marocaine    Les nouveautés en matière de géologie du quaternaire en débat à Kénitra    La richesse du patrimoine culturel africain célébrée à Mohammédia    Nouvelle édition du Festival international des écoles de cinéma de Tétouan    Les fonds envoyés à l'étranger par les résidents de l'UE en hausse à 35,6 milliards d'euros en 2018    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nucléaire, Golfe : l'Iran semble jouer l'apaisement
Publié dans La Nouvelle Tribune le 26 - 06 - 2019

Téhéran semble jouer l'apaisement mercredi après une première réaction très ferme à l'annonce de sanctions américaines à caractère éminemment politique sur fond de tensions exacerbées dans le Golfe et sur la question nucléaire iranienne.
Le président Hassan Rohani s'est entretenu par téléphone avec son homologue français Emmanuel Macron et l'a assuré que son pays ne cherchait « la guerre avec aucun pays », pas même les Etats-Unis, selon l'agence officielle Irna.
Sur la question de l'accord sur le nucléaire iranien conclu en 2015 à Vienne, et menacé depuis que les Etats-Unis en sont sortis unilatéralement en mai 2018, M. Rohani a cependant répété à M. Macron la déception des Iraniens face à ce que Téhéran estime être l'inaction des Européens.
Notant que l'adhésion de son pays à ce pacte « était conditionnée aux promesses européennes visant à assurer les intérêts économiques de l'Iran », écrit Irna, M. Rohani a averti que son pays serait amené à réduire davantage les engagements auxquels il a souscrit s'il « ne parvient pas à bénéficier » de l'accord.
Ces propos contrastent avec le contenu d'une note rédigée par l'amiral Ali Shamkhani, secrétaire général du Conseil suprême de la sécurité nationale, publiée mardi par l'agence Fars, proche des ultraconservateurs.
– « Plus rien à attendre » –
Dans ce document, l'officier, écrit qu'il n'y a plus rien à attendre des Européens et que la République islamique appliquera « résolument » la deuxième phase de son « plan de réduction » de ses engagements en matière nucléaire dès le 7 juillet.
En d'autres termes, l'Iran recommencerait dès cette date à enrichir de l'uranium à un degré prohibé par l'accord de Vienne (la limite est fixée par ce texte à 3,67%) et relancerait son projet de construction d'un réacteur à eau lourde à Arak (centre), mis en sommeil.
Les propos de M. Rohani laissent plutôt entendre qu'il reste du temps pour inverser le cours des choses.
Par l'accord de Vienne, Téhéran s'est engagée à ne jamais chercher à se doter de l'arme atomique, et à limiter drastiquement son programme nucléaire en échange de la levée partielle des sanctions internationales qui asphyxiaient son économie.
Mais le président américain Donald Trump, qui accuse l'Iran de chercher à obtenir l'arme atomique et d'être responsable de tous les maux du Moyen-Orient, a engagé son pays dans une campagne de « pression maximale » sur la République islamique.
Les sanctions extraterritoriales américaines réimposées depuis août 2018 contre Téhéran ont conduit les principaux clients de Téhéran à renoncer officiellement à lui acheter du brut et isolent l'Iran du système financier international, privant ainsi le pays des bénéfices qu'il attendait de l'accord de Vienne.
En réaction, Téhéran a annoncé le 8 mai qu'il cessait de se sentir tenu par deux seuils fixés par l'accord de Vienne concernant ses réserves d'uranium enrichi et d'eau lourde.
Téhéran a également adressé un ultimatum jusqu'au 7 juillet aux autres Etats parties au pacte de Vienne (Allemagne, Chine, France, Grande-Bretagne et Russie) pour l'aider à contourner les sanctions américaines, faute de quoi l'Iran passerait à la deuxième phase de son « plan de réduction » de ses engagements.
Téhéran a déjà indiqué que ses réserves d'uranium (faiblement) enrichi devraient passer au dessus de la limite des 300 kg jeudi.
Cela risque d'amener l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) à constater une violation iranienne alors que cette agence onusienne a jusqu'ici certifié que l'Iran respectait ses engagements pris à Vienne.
Paris a jugé mardi qu'une « violation iranienne » du pacte serait « une grave erreur ».
Les incertitudes autour de l'avenir de cet accord interviennent dans un contexte d'extrême tension entre Téhéran et Washington.
– Représailles « écrasantes » –
Mardi, l'Iran a accusé les Etats-Unis d'avoir « fermé de façon permanente la voie de la diplomatie », au lendemain de l'annonce de nouvelles sanctions américaines.
La réaction de l'Iran est « insultante », a répliqué le président Trump.
Les sanctions américaines de lundi, d'une portée essentiellement symbolique, visent le numéro un iranien Ali Khamenei tandis que le chef de la diplomatie Mohammad Javad Zarif, visage de la politique iranienne de détente voulue par M. Rohani, devrait être placé sur la liste des sanctions « cette semaine ».
Ces sanctions viennent s'ajouter à une spirale d'accusations et d'incidents, dont des attaques d'origine inconnue contre des pétroliers et la destruction le 20 juin d'un drone américain par l'Iran dans la région stratégique du Golfe.
Mardi, la Russie a dénoncé les nouvelles sanctions américaines comme « déstabilisatrices » et a dit disposer d'informations selon lesquelles le drone américain abattu se trouvait « dans l'espace aérien iranien », comme l'assure Téhéran. Washington affirme que l'incident a eu lieu dans l'espace aérien international.
M. Trump a prévenu mardi que toute attaque iranienne contre des intérêts américain ferait l'objet de représailles « écrasantes ».
Selon Irna, M. Rohani a lui déclaré à M. Macron que Téhéran répondrait « avec détermination » si les Etats-Unis veulent pénétrer illégalement dans les eaux territoriales iraniennes ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.