Kénitra: des motards utilisent leurs armes de service pour arrêter un récidiviste    Création d'un centre d'accueil pour les MRE à Tanger    Installation des agents d'autorité nouvellement nommés    Tanger : Un centre d'accueil pour la diaspora marocaine    Remaniement: Divisions de la majorité et compétences rares    Le Japon affiche de nouvelles ambitions africaines    Fête de la Jeunesse: Fini les cérémonies officielles…    Un Conseil de gouvernement jeudi prochain    Insolite : Mystérieux bienfaiteur    La Bourse de Casablanca clôture juillet en bonne mine    Le taux moyen de remplissage des barrages avoisine les 57% au niveau de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima    Création d'entreprises : 50.135 nouvelles entités au premier semestre    Grève de 48 heures des médecins du secteur public    Equipements télécoms : Le processus d'agrément dématérialisé    Télédéclarations: la CNSS s'associe aux banques participatives    Exploration pétrolière: Jeu de chaises musicales sur le permis Anoual    En Libye, la peur de finir à la rue après avoir fui les combats    Réfugiés: Le ras-le-bol des pays voisins de la Syrie, après 8 ans de guerre    Le commerce mondial des marchandises pique du nez au troisième trimestre    Commerce: Trump vante la perspective d'un accord « fantastique » avec Londres après le Brexit    Gibraltar autorise le pétrolier iranien à partir malgré la tentative américaine de blocage    Hong Kong, passerelle entre Pékin et le monde, malgré l'essor économique chinois    Les utilisateurs d'Instagram pourront bientôt signaler les « Fake News »    Taux négatifs    Coupe arabe Mohammed VI des clubs champions : L'IRT décidé à franchir le tour préliminaire    Fouzi Lekjaa Objectif : Qualifier l'EN au Mondial et au dernier carré de la CAN    Coupe du Trône : Tirage au sort fatal pour au moins sept clubs de la D1    Championnat de Portugal : Adel Taarabt renoue avec Benfica jusqu'en 2022    Kitesurf : Dakhla à l'heure de la 5ème édition de «Dakhla Downwind Challenge»    Athlétisme : Des records du monde en danger    Neymar convoqué pour les prochains matches amicaux du Brésil    Vahid Halilhodzic prend officiellement les commandes de la sélection nationale    De nouveaux ambassadeurs du Qatar et de la Finlande à Rabat    Myrtilles : Cet aliment miracle réduit le risque d'Alzheimer et d'infarctus    Augmentation du nombre de bénéficiaires de l'Entraide nationale    Divers    Fès: L'UEMF s'allie à l'Ecole polytechnique    La Marine Royale saisit 4 tonnes de chira au large d'Assilah    Vol de médicaments de l'hôpital multidisciplinaire d'Azrou : Un récidiviste interpellé    Tanger : Deux arrestations dans une affaire de coups et blessures ayant entraîné la mort d'une personne    Réhabilitation du cimetière juif d'El Jadida    Le film culte "Apocalypse Now" ressort dans une nouvelle version    Depuis sa cellule, MHD rend un hommage déchirant à Dj Arafat    Une MasterClass pour former les musiciens en herbe    Casablanca: Où sont les autorités et la Cour des comptes?    «Le festival Bab Souss» du 23 au 25 août    Pour présenter ses vœux de l'Aïd Al Adha : Karima Skalli lance «Alhawa rachiki»    Fast and furious : Hobbs et Shaw assurent l'intérim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tweets xénophobes: Trump persiste et signe, tollé à Washington
Publié dans La Nouvelle Tribune le 16 - 07 - 2019

Les violentes attaques de Donald Trump contre quatre élues démocrates issues de minorités ont suscité lundi des réactions indignées jusque dans son propre camp, au sein duquel des responsables l'ont appelé à s'excuser pour ses tweets « racistes ».
A l'approche de la présidentielle de novembre 2020, le milliardaire semble plus déterminé que jamais à souffler sur les braises des tensions raciales pour galvaniser sa base électorale –très majoritairement blanche–, mais aussi à alimenter les divisions chez ses adversaires politiques.
Après après conseillé ce week-end aux quatre élues de « retourner » dans leur pays d'origine, le président américain a intensifié lundi ses attaques, les accusant de « haïr » l'Amérique. « Si vous n'êtes pas heureuses ici, vous pouvez partir! », a-t-il lancé depuis les jardins de la Maison Blanche.
Lors d'une conférence de presse commune, les quatre femmes visées –Alexandria Ocasio-Cortez (New York), Ilhan Omar (Minnesota), Ayanna Pressley (Massachusetts) et Rashida Tlaib (Michigan)– ont vivement répliqué.
« On ne nous fera pas taire », a affirmé l'élue noire Ayanna Pressley, tout en appelant les Américains à « ne pas mordre à l'hameçon » et se laisser prendre par cette surenchère visant d'abord selon elle à détourner l'attention des problèmes touchant la population.
– « Inacceptable » –
« Est-ce que cela vous dérange que nombre de gens trouvent vos tweets racistes? », a demandé lundi un journaliste à Donald Trump. « Cela ne me dérange pas car beaucoup de gens sont d'accord avec moi », a-t-il répondu.
La veille, le 45e président des Etats-Unis avait appelé les élues démocrates à retourner dans « ces endroits totalement défaillants et infestés par la criminalité dont elles viennent ». Trois d'entre elles sont nées aux Etats-Unis.
Rompant avec le silence initial des élus républicains, la sénatrice du Maine Susan Collins a appelé le président milliardaire à revenir sur ses propos. « Le tweet du président dans lequel il disait que des élues du Congrès devraient retourner +d'où elles viennent+ était totalement déplacé et devrait être retiré », a-t-elle déclaré.
Peu après, le sénateur noir républicain de Caroline du Sud Tim Scott lui a emboîté le pas, dénonçant des propos à « connotation raciste (…) inacceptables ».
L'élu de l'Ohio Mike Turner a lui appelé le président à « s'excuser » pour ces tweets « racistes ».
Mitt Romney, ancien candidat du « Grand Old Party » à la Maison Blanche, a qualifié les propos du président de « destructeurs et dégradants ».
Dans le camp démocrate, les messages présidentiels ont suscité une avalanche de réactions outrées. Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des représentants, a dénoncé des commentaires « xénophobes » et appelé les élus à soutenir une motion devant la Chambre les condamnant explicitement.
Le député démocrate Al Green, du Texas, a de son côté déclaré qu'il proposerait un vote en vue d'une procédure de destitution « pour bigoterie en politique (…) nuisible à notre société ».
– « Ecoeurant » –
La stratégie politique du locataire de la Maison Blanche est claire: enfoncer des coins dans la famille démocrate, traversée de tensions.
Le président américain cible sciemment quatre jeunes élues du Congrès qui se situent sur l'aile gauche du parti et dont les désaccords avec Nancy Pelosi alimentent régulièrement la chronique à Washington.
« Avec cette sortie délibérément raciste, Donald Trump cherche à rendre les personnes ciblées plus visibles, à pousser les démocrates à les défendre et à en faire des emblèmes du parti tout entier », a estimé David Axelrod, ancien proche conseiller de Barack Obama. « C'est un calcul froid et cynique ».
Quelques heures plus tard, Donald Trump validait point par point cette analyse en expliquant dans un tweet que les démocrates avaient essayé de prendre leurs distances avec les quatre élues, mais étaient « désormais contraints de les défendre ».
« Cela signifie qu'ils soutiennent le socialisme, la haine d'Israël et des Etats-Unis! », a-t-il conclu.
Pour Joe Biden, vice-président de Barack Obama pendant huit ans et candidat à l'investiture démocrate pour 2020, aucun président dans l'histoire américaine « n'a été aussi ouvertement raciste que cet homme ». « Rentrez dans votre pays? C'est écoeurant ».
Une réaction venue de l'autre côté de l'Atlantique a retenu l'attention lundi dans la capitale fédérale américaine: celle de la Première ministre britannique sur le départ Theresa May, qui a jugé « totalement inacceptables » les propos du président de la première puissance mondiale. Et la Première ministre de Nouvelle-Zélande s'est jointe mardi au concert de condamnations : « il est évident pour beaucoup de monde que je suis complètement et totalement en désaccord » avec Donald Trump, a-t-elle déclaré.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.