De la nécessité d'investir dans la jeunesse    Jeux africains : l'Egypte domine le classement, le Maroc 4ème    Fouzi Lekjaa démissionne de la présidence de la RSB    L'orchestre philharmonique Symphonyat attendu à l'hippodrome de Casablanca    Kelaât Sraghna : Elle rend l'âme lors d'une soirée arrosée    Festival «Oued Eddahab » : Le coup d'envoi ce vendredi    Festival Tifawin : Les arts du rural en fête    Le KACM signe un contrat de haut niveau    Vers la création d'un centre sino-marocain de médecine traditionnelle    Retour en Europe : Ce passage est à éviter ce weekend    Transfert: Le PSG « intransigeant » sur le cas Neymar, selon la presse    Les ministres de tutelle veulent professionnaliser le sport dans le continent    Le cinéma sans frontières fait escale à Berkane    Des migrants privés de terre ferme, d'autres de secours    Italie: Deuxième jour de consultations pour sortir de la crise    Boris Johnson reçu par Macron, tenant de la fermeté sur le Brexit    Crise de Hong Kong: Craignant un Tian an men 2, Pékin tergiverse…    Le «grand jihad», lancé à l'aube de l'Indépendance, se poursuit    Marché immobilier : Les ventes toujours en repli    Finance climatique. Une délégation marocaine en Corée    Ces jeunes artistes marocains qui brillent de mille feux    Arrestation à Sidi Slimane d'un individu soupçonné d'assener des coups mortels à sa femme    Service militaire : Démarrage de l'incorporation des appelés    Casablanca : des têtes d'ânes découvertes à Hay Mohammadi    Maroc–Iles Fidji : Vers un partenariat mutuellement bénéfique    20 ans de règne : Un billet commémoratif de 20 DH émis par BAM    Grâce à la recharge *5 : Inwi démocratise l'achat d'applications sur Google Play Store    Fête de la Jeunesse : 443 personnes graciées    La relance sur fond de responsabilité    Edito : Révolution    Service militaire obligatoire : 900 candidats accueillis à Oujda    Accidents de la route : 30 morts et 1.615 blessés en périmètre urbain    Discours du roi. Un modèle de développement aux spécificités marocaines    La détérioration de la qualité de l'eau entrave la croissance économique    La fragile économie du lac Malawi victime du climat et de la surpêche    La propriété intellectuelle, pilier de la croissance en Afrique    Giuseppe Conte, "le Monsieur Nobody", passé de l'ombre à la lumière    Les femmes seraient diagnostiquées plus tardivement que les hommes    Ces stars qui ont vu leur carrière basculer    Le discret mais lucratif trafic de fossiles à Erfoud    Insolite : Trump ne construira pas de gratte-ciel au Groenland    Manchester United condamne des injures racistes reçues par Paul Pogba    Ligue des champions : L'Ajax accroché et Mezraoui expulsé    Ronaldo: 2018 a été l'année la plus difficile sur le plan personnel    Des enfants maqdessis visitent des sites touristiques à Tanger    Première édition du Festival international Cinéma & Littérature à Safi    L'écrivain Yann Moix provoque la polémique en se décrivant en enfant battu    Coups de feu sur le tournage du clip du rappeur Booba    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Carola Rackete, capitaine du Sea-Watch 3, s'explique devant les magistrats
Publié dans La Nouvelle Tribune le 18 - 07 - 2019

Carola Rackete, la jeune capitaine du Sea-Watch 3 poursuivie pour avoir accosté de force pour faire débarquer des migrants à Lampedusa, s'expliquait jeudi matin devant les procureurs italiens qui la soupçonnent d'aide à l'immigration clandestine.
Convoquée à 10H00 (08H00 GMT) par le parquet d'Agrigente, le chef-lieu sicilien dont dépend Lampedusa, la jeune Allemande est arrivée un peu avant au tribunal, où l'attendaient de nombreux journalistes. Entourée de ses avocats, elle est entrée sans faire de déclaration.
Carole Rackete, une Allemande de 31 ans, a été arrêtée le 29 juin pour avoir pénétré dans les eaux territoriales italiennes malgré le veto imposé par le ministre Matteo Salvini (extrême droite) puis accosté de force pour faire débarquer 40 migrants secourus par le Sea-Watch 3 et bloqués à bord depuis plus de deux semaines.
Trois jours plus tard, une juge a invalidé l'arrestation, estimant que l'accusation de violence envers un navire de guerre n'était pas constituée et que la jeune femme avait agi pour sauver des vies.
Le parquet d'Agrigente s'est pourvu en cassation cette semaine contre cette décision, dans l'espoir d'obtenir une jurisprudence établie. Quelques jours après le Sea-Watch 3, le voilier Alex a accosté de force à Lampedusa, et le cas risque de se reproduire.
En attendant, le Sea-Watch 3 reste sous séquestre dans le port sicilien de Licata et Carola Rackete, libre de ses mouvements, est toujours visée par deux enquêtes, pour résistance à un officier en pénétrant de force dans les eaux italiennes et pour aide à l'immigration clandestine.
C'est essentiellement dans cette seconde enquête qu'elle doit être entendue jeudi.
Elle devra expliquer pourquoi son équipage a secouru les migrants sans attendre les garde-côtes libyens en charge des opérations dans cette zone et pourquoi elle a fait route vers un port italien et non pas le port libyen proposé par les autorités de Tripoli, un port tunisien plus proche ou encore un port néerlandais, pavillon de son bateau.
Depuis près de deux ans, ces enquêtes sont quasi-systématiques pour les navires humanitaires débarquant des migrants en Italie.
– Enquêtes classées –
En mars 2017, le navire espagnol Open Arms avait été placé sous séquestre et ses deux responsables poursuivis parce que l'équipage avait refusé de remettre les migrants aux garde-côtes libyens arrivés sur les lieux pendant une opération de secours.
Un juge avait levé les séquestres au bout d'un mois, au motif que la Libye n'était pas un pays sûr pour débarquer les migrants. Et le parquet de Catane a récemment classé l'affaire sans suite pour les deux responsables.
Ce même parquet a aussi classé une enquête similaire contre l'ONG Sea-Watch après une opération de secours en janvier, en concluant que les décisions de l'équipage étaient justifiées.
Les manoeuvres du Sea-Watch 3 fin juin ont cependant constitué une nouvelle étape dans la guerre d'usure que se mènent M. Salvini et les ONG de secours en mer.
L'arrestation de la jeune capitaine a provoqué un vaste mouvement de soutien, concrétisé par les plus de 1,4 million d'euros récoltés en quelques jours via des collectes sur internet pour payer ses frais de justice et financer la poursuite des activités de l'ONG allemande, au besoin avec un nouveau bateau.
Le Parlement de Catalogne a voté mardi à l'unanimité pour attribuer un prix à la jeune capitaine, tandis que la Ville de Paris a annoncé un don de 100.000 euros à l'ONG et une médaille pour Carola Rackete et Pia Klemp, une autre capitaine d'ONG allemande poursuivie par la justice italienne.
L'annonce de Paris a provoqué la colère de l'extrême droite italienne, qui a relevé — tout comme l'ONG allemande d'ailleurs — le silence du gouvernement français pendant les 15 jours où la jeune capitaine a multiplié les appels pour trouver un port sûr pour les migrants secourus.
Parallèlement, M. Salvini est encore monté d'un ton dans sa dénonciation des ONG « complices des passeurs », s'en prenant personnellement à Carola Rackete, qu'il a décrite pendant des semaines comme une « emmerdeuse », une « criminelle », une « pauvre femme qui a seulement essayé de tuer cinq militaires italiens »…
La jeune femme a déposé la semaine dernière une plainte pour diffamation et incitation au délit, relevant que chaque message haineux du ministre italien sur les réseaux sociaux suscitait une floraison de commentaires encore plus sexistes, violents et menaçants.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.