Répit pour Huawei en plein flou sur les négociations commerciales avec Pékin    Marocains résidant à l'étranger : Cartographie des Marocains d'Europe    La justice algérienne expulse Ahmed Reda Benchemsi    Point de vue : Faites la Jeunesse avant qu'elle ne soit vieillesse…    Industrie pharmaceutique: Doukkali benchmarque l'expérience chinoise    Le village de la 12e édition des Jeux africains ouvre ses portes à Rabat    Jeux africains 2019 : Plus de 6.000 athlètes présents au Maroc    Karim Alami perd tragiquement son fils    Philippe Coutinho s'engage avec le Bayern Munich    Le Festival Atlas Electronic sensibilise à la mobilité des artistes    Managem annonce un chiffre d'affaires en baisse    El Andaloussi quitte Safran Electronics & Defense Morocco    Télécoms: L'ANRT dématérialise les agréments    Développement durable: La Commission nationale bientôt opérationnelle    L'expertise marocaine brille lors d'une formation internationale sur le sauvetage sportif en Centrafrique    Aïd Al Adha 1440 : Bon déroulement de l'opération d'abattage    Moussaoui Ajlaoui : Créer un nouvel Etat en Afrique du Nord serait suicidaire pour la région. La position de Washington va dans ce sens    La prise de conscience!    Macron reçoit Poutine avant le sommet du G7    Macron recevra jeudi Boris Johnson puis Kyriakos Mitsotakis    L'administration américaine s'oppose à la création d'une entité fantoche    La France se prépare à accueillir le G7    Des enfants maqdessis visitent des sites touristiques à Casablanca    Syrie: les forces gouvernementales entrent dans la ville de Khan Cheikhoun    Doukkal s'entretient avec son homologue chinois sur la coopération dans le domaine de la santé    Le fauteuil    Le Royaume prend très au sérieux l'avenir et le présent de ses jeunes : Pour un Maroc fait par et pour sa jeunesse    Service militaire : La sélection démarre cette semaine    La liste élargie de Hallilodzic    Jeux Africains : Le Maroc gagne par forfait l'Afrique du Sud    Démarrage de la nouvelle saison    Vidéo. Ce que pensent les Casablancais de la nomination d'Halilhodzic    L'incendie qui ravage Grande Canarie hors de contrôle, nouvelles évacuations    Visite de travail à Copenhague du président du Conseil exécutif de l'UNICEF, Omar Hilale    Facebook, Google, Apple... : Attention, les Gafam vous pistent!    Un incendie ravage une forêt de pins sur les hauteurs de Béni Mellal    Les usagers d'Instagram pourront désormais dénoncer la désinformation    Un centre d'accueil pour les MRE à Tanger    Sept personnes arrêtées à Fès : Saisie de plus de 7.000 comprimés psychotropes    Météo: les prévisions de ce lundi    La Bourse de Casablanca réalise une bonne performance hebdomadaire    L'œuvre d'Oum Kaltoum ouvre le bal de la Biennale de Rabat    Les tambourinaires amazighs du Moyen- Atlas    Azelarabe Alaoui préside le jury du Festival Cèdre du court métrage    Nouvelle édition du Festival "Voix de femmes" à Tétouan    The Mask : Un reboot au féminin en préparation    La Star Afrofunk Bantunani à Casablanca    11è édition des Voix de Femmes à Tétouan du 19 au 24 août    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Objectif Downing Street : Ultimes plaidoyers des deux candidats
Publié dans La Nouvelle Tribune le 18 - 07 - 2019

Les deux prétendants au poste de Premier ministre britannique ont répondu mercredi aux militants conservateurs sur le Brexit, pour la dernière fois avant l'annonce du vainqueur, le favori Boris Johnson laissant entendre que l'UE porterait une part de responsabilité en cas de « no deal ».
Lors de cette ultime session de questions-réponses, dans la soirée à Londres, Boris Johnson et Jeremy Hunt ont évoqué, l'un après l'autre, leur stratégie pour mettre en oeuvre ce divorce historique, alors que l'Union européenne a exclu de renégocier l'accord de sortie conclu avec la Première ministre sortante Theresa May.
Premier à s'exprimer, Boris Johnson, survolté, volubile, blagueur et séducteur, a vanté sa détermination, et promis de chercher dès cet été une renégociation, jouant une nouvelle fois la carte de sauveur du Brexit – prévu initialement le 29 mars mais repoussé au 31 octobre.
« Là où il y a de la volonté, il y a une solution », a déclaré l'ancien maire de Londres devant quelque 2.500 personnes, avertissant le bloc européen que son refus de renégocier ne serait pas sans conséquences.
« S'il y a un refus d'être flexible, s'il y a un refus de compromis (…) s'ils ne changent pas un point ou une virgule de l'accord de retrait », a-t-il dit, « alors nous n'aurons évidemment pas d'autre choix que de nous préparer à sortir dans des conditions différentes ».
« Et c'est ce que nous ferons », a-t-il assuré, en référence à une sortie sans accord, le « no deal », synonyme de retour des formalités douanières, redouté par les milieux économiques.
Au cours du débat, Boris Johnson a ravi ses partisans en brandissant un hareng fumé pour illustrer ce qu'il a appelé « les excès régulatoires dévastateurs » de l'UE.
Montrant le poisson enveloppé dans un emballage plastique, l'ancien maire de Londres a condamné le fait qu'il devait maintenant être vendu avec de la glace.
Il a expliqué que ce hareng fumé était produit sur l'île de Man, une possession autonome de la Couronne britannique qui ne se trouve pas dans l'UE mais doit appliquer ses réglementations pour pouvoir commercer avec le bloc européen.
– « Changements profonds » –
Six jours avant la désignation du nouveau Premier ministre, les craintes entourant le scénario d'une sortie de l'UE sans accord ont encore fait chuter la livre sterling, qui a touché mercredi de nouveaux plus bas face à l'euro et au dollar.
Jeremy Hunt, dans un style nettement plus sobre, a lui estimé nécessaire d'apporter des « changements profonds » à l'accord négocié avec Bruxelles.
Semblant presque concéder par avance la défaite, il a déclaré que « ce serait un grand honneur de servir Boris », des propos interprétés par nombre de commentateurs comme une volonté de conserver son portefeuille aux Affaires étrangères dans le prochain gouvernement.
Les deux candidats se sont rejoints sur le « filet de sécurité » irlandais, qu'ils veulent supprimer de l'accord de retrait.
Ce dispositif controversé (« backstop » en anglais) crée, en dernier recours, un « territoire douanier unique ». L'objectif est notamment d'éviter le retour d'une frontière physique entre la province britannique d'Irlande du Nord et la République d'Irlande pour préserver les accords de paix de 1998.
Mais pour Ursula von der Leyen, élue mardi à la tête de la Commission européenne, l'accord « apporte de la sécurité en préservant les droits des citoyens et la paix et la stabilité de l'île d'Irlande ».
Elle s'est aussi dite « prête » à un nouveau report du Brexit, si « une bonne raison » le justifie. Mais Boris Johnson s'y oppose et, pour lui, le Royaume-Uni quittera l'UE le 31 octobre, accord ou pas.
– « Il a ça dans le sang » –
Le gagnant de cette course au pouvoir sera désigné mardi, à l'issue d'un vote des 160.000 membres du parti conservateur. Il devrait ensuite prendre possession de Downing Street le lendemain.
Mais de nombreux membres du parti tory ont déjà voté, et les sondages suggèrent une victoire facile pour Boris Johnson, grand artisan du vote en faveur du Brexit lors du référendum du 23 juin 2016.
« Il a ça dans son sang, il a le dynamisme nécessaire pour aller jusqu'au bout », a estimé Ron Busby, 70 ans, militant du parti, après avoir écouté mercredi les deux candidats.
Theresa May avait, elle, prononcé dans l'après-midi son dernier grand discours avant son départ, déclarant ne pas avoir de « plus grand regret » que ne pas avoir su mettre en oeuvre le Brexit.
Un échec que n'ont pas manqué de souligner certains éditorialistes: « Le mandat du pire Premier ministre britannique d'après-guerre touche maintenant à sa fin. (…) Elle ne manquera à personne », a commenté le quotidien The Telegraph.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.