Libertés individuelles: Le CNDH défend l'expérience marocaine    Opacité financière: Le Maroc dans le rouge    Un dialogue politique inter-libyen à Genève    Pourquoi Oujda néglige le sport    Météo: le temps qu'il fera ce vendredi au Maroc    Fès: L'Université Euromed entre de plain-pied dans le numérique    Préscolaire: Fahs Anjra vise l'excellence    Pourquoi Marrakech perd ses événements    Contemporary African Art Fair: à Marrakech, la culture reste «Capitale»    Rabat: le général Louarak reçoit un haut gradé pakistanais    Le Conseil de gouvernement approuve un projet de décret relatif au régime de sécurité sociale    Inwi fait la paix avec Maroc Telecom    La Commission européenne salue les efforts du Royaume en matière de réformes fiscales    Appel à la consécration d'une justice citoyenne    La Commission de la programmation n'en fait qu'à sa tête    Divers sportifs    Achraf Hakimi et son retour au Real Madrid    Le volume des transactions immobilières s'inscrit en baisse en 2019    Lancement de la deuxième édition du programme "Spin-off by PIS" dédié à l'entrepreneuriat des jeunes    Le Maroc constitue la première destination des exportations valenciennes en Afrique    Le cancer n'est pas une fatalité    Divers    L'OMDH-Casablanca sensibilise des élèves contre les dangers d'Internet    L'ambassadeur de Cuba exprime la volonté de son pays de renforcer ses relations avec le Maroc    L'ambassadrice des Pays-Bas se félicite de l'intégration des MRE dans la société néérlandaise    L'industrie du cinéma a été plus inclusive en 2019 que lors de la décennie précédente    Le CCM dévoile les jurys du 21ème Festival national du film de Tanger    L'espoir du rap Pop Smoke abattu chez lui    La DG du FMI salue le partenariat avec le Maroc    Le BTP poursuit ses bonnes performances    Classement FIFA: Le Maroc se maintient à la 43ème position    CSMD : Chakib Benmoussa initie à Paris une série de réunions d'écoute avec des Marocains du monde    Errachidia: ce qu'a saisi la police à bord d'une voiture    Un Mexicain arrêté aux Etats-Unis pour espionnage au profit de la Russie    «Archéologie de l'intime» à la Fondation Dar Bellarj de Marrakech    Tournoi féminin UNAF : Victoire du Maroc face à la Tanzanie    Basket-ball : La sélection nationale s'incline en amical face à l'Algérie    Ouverture officielle d'un consulat à Laâyoune    Les jurys du 21e Festival National du Film dévoilés!    CMA CGM s'engage dans l'accompagnement des start-ups    Dortmund de Haaland et Hakimi s'offre le PSG de Neymar    Elections régionales allemandes: Alliance Droite-Extrême droite    Allemagne : deux attaques visant des bars font neuf morts près de Francfort    6 chômeurs sur 10 sont à la recherche de leur premier emploi    Coronavirus: le point sur la situation en Chine    Bloomberg sous le feu de ses rivaux lors d'un débat démocrate tendu    Erdogan menace la Syrie de déclencher rapidement une opération à Idleb    La pièce «Daïf Al Ghafla» présentée à Bruxelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





CAN-2019: Sénégal-Algérie, des décennies d'attente pour une finale de rêve
Publié dans La Nouvelle Tribune le 19 - 07 - 2019

L'attente est aussi longue que l'excitation, grande: entre le Sénégal de Sadio Mané et l'Algérie de Riyad Mahrez, les deux meilleures équipes depuis le début de CAN-2019, la finale oppose deux pays en quête de gloire continentale depuis des décennies, vendredi au Caire (21h00).
De Dakar à Alger, en passant par la France, où la diaspora des deux pays est très présente, les supporters des deux camps rêvent d'un moment historique: le premier sacre des Lions de la Teranga, abonnés à la « lose », ou la deuxième étoile des Fennecs, après le titre à domicile de 1990.
Un dispositif de sécurité important sera mis en place dans les grandes villes françaises après les incidents qui ont marqué la liesse populaire à la hauteur du beau parcours des Verts.
Même Le Caire, endormi après l'élimination précoce de l'Egypte dès les 8e de finale, reprendra vie côté tribunes: environ 10.000 Algériens sont attendus dans la capitale, dans un contexte d'ébullition politique inédit.
L'affiche vaut le coup, entre le grand favori et l'outsider inattendu. C'est aussi l'histoire intime de retrouvailles entre deux gamins de Champigny-sur-Marne en banlieue parisienne, Aliou Cissé et Djamel Belmadi, au sommet du foot africain.
Fort de son statut de mondialiste, de première nation africaine au classement Fifa, et de l'apport de son champion d'Europe Mané, le Sénégal était programmé pour aller en finale.
Au contraire de la surprenante Algérie de Belmadi, engluée dans l'instabilité au poste de sélectionneur ces deux dernières années, et incapable de dépasser le premier tour de l'édition 2017.
– Revanche de Cissé –
« Dès le départ, c'était clair. Avec l'équipe et le staff que l'on a, j'avais dit dès le début que nous étions favoris cette année. Sans prétention aucune -je pense être assez modeste-, il faut à un moment donné ne pas se voiler la face et dire les choses telles qu'elles sont », a confié mardi Sadio Mané dans un entretien à la BBC.
« Maintenant, nous avons la chance d'être (en finale), nous devons la saisir », a-t-il ajouté, alors que les Lions de la Teranga n'ont plus disputé de finale depuis 2002 -le coach Cissé était alors le capitaine de cette équipe.
« Dix-sept ans, c'est assez long, il y a eu depuis plus de 5-6 CAN. Beaucoup de nos garçons avaient peut-être 5-6 ans à l'époque. Pour arriver à ce niveau de la compétition, (on a vécu) beaucoup de déceptions, de désillusions, de larmes », a rappelé jeudi Cissé, qui tient une chance de prendre sa revanche sur ce trophée qu'il lorgne tant.
« Aujourd'hui, nous y sommes, nous ne comptons pas nous arrêter à cette finale. Nous voulons plus que cela! », a-t-il prévenu.
Face aux coéquipiers de Mahrez, meilleure attaque de la compétition avec 12 buts, le Sénégal sera toutefois privé de son meilleur défenseur, Kalidou Koulibaly, suspendu. « Une perte pour notre système défensif », admet Cissé.
– Public algérien « magnifique » –
Car si Sadio Mané est à la hauteur de son statut depuis le début du tournoi, avec trois buts, son rival algérien Mahrez est aussi en feu, à l'image de son coup franc d'anthologie inscrit dans les toutes dernières secondes en demi-finale contre le Nigeria (2-1).
Au-delà du talent des ses joueurs offensifs, et de sa défense hermétique, l'Algérie pourra compter sur un autre atout de choix pour tenter de l'emporter: l'appui du public, qui viendra en masse d'Algérie grâce au « pont aérien » mis en place par le gouvernement.
« Le peuple que l'on représente a toujours montré des très belles choses. C'est magnifique ce qu'il se passe », a relevé le joueur algérien Adlène Guedioura, en référence aussi au « hirak », mouvement de contestation politique inédit qui enthousiasme le pays depuis fin février.
« C'est l'un des matches les plus importants de la vie de beaucoup de joueurs, a-t-il encore asséné. « On a envie de terminer en beauté. »
Sur et en dehors du terrain, a souligné son entraîneur. « On veut être représentatifs et montrer au monde ce que les Algériens sont capables de faire, comme c'est le cas avec les manifestations chaque vendredi. On veut être heureux et célébrer dans l'ordre, tout en ayant le respect des pays dans lesquels on se trouve. C'est très important pour nous. »
Encore faut-il remporter le trophée !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.