Kénitra: des motards utilisent leurs armes de service pour arrêter un récidiviste    Création d'un centre d'accueil pour les MRE à Tanger    Installation des agents d'autorité nouvellement nommés    Tanger : Un centre d'accueil pour la diaspora marocaine    Remaniement: Divisions de la majorité et compétences rares    Le Japon affiche de nouvelles ambitions africaines    Fête de la Jeunesse: Fini les cérémonies officielles…    Un Conseil de gouvernement jeudi prochain    Insolite : Mystérieux bienfaiteur    La Bourse de Casablanca clôture juillet en bonne mine    Le taux moyen de remplissage des barrages avoisine les 57% au niveau de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima    Création d'entreprises : 50.135 nouvelles entités au premier semestre    Grève de 48 heures des médecins du secteur public    Equipements télécoms : Le processus d'agrément dématérialisé    Télédéclarations: la CNSS s'associe aux banques participatives    Exploration pétrolière: Jeu de chaises musicales sur le permis Anoual    En Libye, la peur de finir à la rue après avoir fui les combats    Réfugiés: Le ras-le-bol des pays voisins de la Syrie, après 8 ans de guerre    Le commerce mondial des marchandises pique du nez au troisième trimestre    Commerce: Trump vante la perspective d'un accord « fantastique » avec Londres après le Brexit    Gibraltar autorise le pétrolier iranien à partir malgré la tentative américaine de blocage    Hong Kong, passerelle entre Pékin et le monde, malgré l'essor économique chinois    Les utilisateurs d'Instagram pourront bientôt signaler les « Fake News »    Taux négatifs    Coupe arabe Mohammed VI des clubs champions : L'IRT décidé à franchir le tour préliminaire    Fouzi Lekjaa Objectif : Qualifier l'EN au Mondial et au dernier carré de la CAN    Coupe du Trône : Tirage au sort fatal pour au moins sept clubs de la D1    Championnat de Portugal : Adel Taarabt renoue avec Benfica jusqu'en 2022    Kitesurf : Dakhla à l'heure de la 5ème édition de «Dakhla Downwind Challenge»    Athlétisme : Des records du monde en danger    Neymar convoqué pour les prochains matches amicaux du Brésil    Vahid Halilhodzic prend officiellement les commandes de la sélection nationale    De nouveaux ambassadeurs du Qatar et de la Finlande à Rabat    Myrtilles : Cet aliment miracle réduit le risque d'Alzheimer et d'infarctus    Augmentation du nombre de bénéficiaires de l'Entraide nationale    Divers    Fès: L'UEMF s'allie à l'Ecole polytechnique    La Marine Royale saisit 4 tonnes de chira au large d'Assilah    Vol de médicaments de l'hôpital multidisciplinaire d'Azrou : Un récidiviste interpellé    Tanger : Deux arrestations dans une affaire de coups et blessures ayant entraîné la mort d'une personne    Réhabilitation du cimetière juif d'El Jadida    Le film culte "Apocalypse Now" ressort dans une nouvelle version    Depuis sa cellule, MHD rend un hommage déchirant à Dj Arafat    Une MasterClass pour former les musiciens en herbe    Casablanca: Où sont les autorités et la Cour des comptes?    «Le festival Bab Souss» du 23 au 25 août    Pour présenter ses vœux de l'Aïd Al Adha : Karima Skalli lance «Alhawa rachiki»    Fast and furious : Hobbs et Shaw assurent l'intérim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La course à Downing Street s'achève, Boris Johnson ultra-favori
Publié dans La Nouvelle Tribune le 22 - 07 - 2019

Le vote des conservateurs britanniques pour désigner le successeur de la Première ministre Theresa May s'achève lundi, avant l'annonce le lendemain des résultats, une course au pouvoir dont l'excentrique et controversé Boris Johnson, champion des pro-Brexit, est le grandissime favori.
Boris Johnson, 55 ans, ex-maire de Londres, ancien ministre des Affaires étrangères, est opposé à Jeremy Hunt, 52 ans, l'actuel chef de la diplomatie britannique.
Sauf énorme surprise, la victoire ne devrait pas échapper à « BoJo », comme il est parfois surnommé, donné gagnant par les sondages comme par les bookmakers: selon une enquête d'opinion publiée par le blog conservateur Conservativehome, il raflerait 73% des suffrages.
C'est aux 160.000 membres du parti tory qu'il revient de départager les deux hommes. Les votes seront clos lundi à 16H00 GMT, avant l'annonce des résultats mardi matin.
Le vainqueur sera désigné chef du Parti conservateur et se présentera mercredi devant la reine Elizabeth II, qui lui confiera la responsabilité de former le gouvernement.
Le futur Premier ministre aura alors la lourde responsabilité de réussir là où Theresa May a failli: mettre en oeuvre le Brexit, dans un pays toujours profondément divisé sur la question, trois ans après le référendum du 23 juin 2016.
Le futur chef du gouvernement devra aussi gérer un autre dossier brûlant: l'arraisonnement vendredi par l'Iran du Stena Impero, un pétrolier battant pavillon britannique, à l'origine de nouvelles tensions dans le Golfe.
Connu pour ses frasques et ses gaffes, Boris Johnson suscite une profonde inimitié chez les adversaires du Brexit, nombre d'entre eux considérant son ralliement à la sortie de l'UE, quelques mois avant le référendum de 2016, comme un moyen d'assouvir ses ambitions personnelles.
En témoignent les dizaines de milliers de personnes qui se sont réunies samedi dans les rues de Londres pour dire « Oui à l'Europe » et « Non à Boris ».
– La voie de l' »optimisme » –
Pour l'emporter, Boris Johnson joue la carte de sauveur du Brexit, prévu initialement le 29 mars mais repoussé au 31 octobre, et vante sa détermination, son « optimisme »: « Là où il y a de la volonté, il y a une solution », déclare-t-il à l'envi.
Le Brexit, assure-t-il, aura lieu le 31 octobre, quitte à sortir sans accord (« no deal ») si l'Union européenne refuse de rouvrir les négociations, comme elle l'a déjà fait savoir.
Reste que la perspective d'un divorce sans accord, redouté par les milieux économiques, ne fait pas non plus l'unanimité chez les conservateurs.
Dimanche, le ministre des Finances Philip Hammond a ainsi annoncé sur la BBC qu'il mettrait un point d'honneur à démissionner en cas de victoire de Boris Johnson.
« En supposant que Boris Johnson devienne le prochain Premier ministre, je comprends que ses conditions pour servir dans son gouvernement incluraient l'acceptation d'une sortie sans accord le 31 octobre, et ce n'est pas quelque chose à laquelle je pourrais jamais adhérer », a-t-il déclaré.
Le chancelier de l'Echiquier, partisan d'un Brexit en douceur, a souligné qu'il démissionnerait avant même qu'on lui demande de faire ses valises, ou que ses fonctions s'arrêtent de facto avec la fin du gouvernement de Theresa May.
S'il semblait de toute manière très improbable que Philip Hammond soit maintenu dans ses fonctions avec Boris Johnson à Downing Street, ses déclarations illustrent l'opposition que risque de rencontrer ce dernier dans les semaines à venir.
Quitter le club européen sans accord constituerait une « humiliation », a aussi estimé le ministre de la Justice David Gauke, annonçant également, dans le Sunday Times, qu'il démissionnerait si Boris Johnson arrive au pouvoir.
Pour le journal The Guardian, « la marche triomphale de Boris Johnson vers Downing Street » pourrait « être freinée par une série de démissions soigneusement planifiées de ministres de haut rang, qui se retireront sur les (bancs du Parlement), avec le vœu de contrecarrer tout mouvement vers un Brexit sans accord ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.