Remaniement ministériel: Mohammed VI reçoit El Othmani en audience    Meknès: arrestation de deux frères pour transfert de fonds à des combattants en Syrie et en Irak    La DGST rejette l'authenticité de deux documents qui lui sont attribués    Karina Sebti, nouvelle DG de Management de transition en France    Zakaria Fahim: " Le nouveau modèle de développement doit encourager entrepreneuriat"    Résultats financiers : Auto Hall tire son épingle du jeu en S1    Japon: Pas de procès pour Ghosn avant avril 2020    Quasi-stagnation de l'indice des prix en août selon le HCP    Un atelier clandestin de fabrication de sacs plastiques démantelé à Mohammédia    10 millions d'écoliers, élèves et étudiants au Maroc    BMCE Bank Of Africa dément les allégations fallacieuses de Maghreb Confidentiel et Afrique Intelligence    Mariage des mineures: Comment en venir à bout?    Brèves    Remaniement : le RNI reste dans le prochain gouvernement    Le Maroc participe à une grande opération de l'Interpol    Contrôle politique et autonomie des organismes publics    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Insolite : Plus de jours fériés    Zidane face aux vents contraires après son pire naufrage au Real    Ligue Europa : Arsenal, Man United et Séville frappent d'entrée    Pour le Onze marocain, le chemin de Yaoundé passe en premier par Blida    Eclairage à Rabat sur les vertus de la médecine traditionnelle chinoise    Les dindes de Tnine Chtouka !    L'EMSI organise le 4ème Congrès international SysTol    Très chère 2M ! "La deuxième chaîne nous rassemble" Peut-être bien, mais à quel prix ?    Divers    Habib El Malki s'entretient avec le directeur du FNUAP pour la région arabe    U2 en concert en Inde    Les incroyables révélations de Sinéad O'Connor    L'hologramme de Whitney partira en tournée en 2020    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Raja-Hilal Al Qods : Deux joueurs empêchés par Israël de jouer au Maroc    Il fait l'actu : Mohamed Karim Mounir, PDG de la BCP    Vidéos. L'Espagne célèbre la journée mondiale de la Paella    Loi cadre de l'enseignement. Une commission gouvernementale pour fixer les priorités    100 ans de l'aéropostale : Une exposition met en avant le rôle du Maroc dans l'histoire de l'aviation    Alerte météo : Averses orageuses localement fortes avec chute de grêle et rafales à partir du vendredi dans plusieurs provinces    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie, une confrontation fratricide à Blida    Tarik Sektioui, nouvel entraîneur de la Renaissance sportive de Berkane    Le Festival Oasis 2019 comme si vous y étiez !    L'Espagne s'achemine vers la tenue d'élections législatives anticipées…    Premières Assises nationales du Développement humain    Statistiques du Haut-commissariat au plan (HCP)    Festival International du Film de Marrakech. Cap sur l'Australie !    DJ Nicola Cruz, l'explorateur de sons    Edito : Assises    Habib El Malki : La proclamation d'une Journée internationale de lutte contre l'islamophobie permettra de faire échec au discours de la haine    Championnats du monde de boxe : Mohamed Hamoute éliminé en 8èmes de finale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Boris Johnson reçu par Macron, tenant de la fermeté sur le Brexit
Publié dans La Nouvelle Tribune le 22 - 08 - 2019

Le Premier ministre britannique Boris Johnson rencontre jeudi à Paris le président français Emmanuel Macron, lequel devrait réaffirmer la fermeté de la France face aux demandes de renégociation du Brexit.
Pour la deuxième étape de sa première tournée à l'étranger depuis son arrivée au pouvoir fin juillet, M. Johnson sera reçu à déjeuner à l'Elysée. L'accueil risque d'y être moins conciliant pour « BoJo » que celui que lui avait réservé, la veille à Berlin, la chancelière allemande Angela Merkel.
Mme Merkel avait jugé possible de trouver « dans les trente prochains jours » un accord avec Londres pour éviter un divorce non négocié entre le Royaume-Uni et l'Union européenne le 31 octobre.
A l'inverse, M. Macron a affirmé mercredi que « la renégociation dans les termes proposés par les Britanniques n'est pas une option qui existe. Et cela a toujours été affirmé très clairement par le négociateur » de l'UE, Michel Barnier.
« J'attends des clarifications de Boris Johnson », a déclaré le président français, tout en souhaitant que les discussions avec Londres sur le Brexit soient « les plus amicales et confraternelles » possibles.
M. Macron a estimé qu'un « Brexit dur », sans accord au 31 octobre, « serait la responsabilité du gouvernement britannique », qui « a toujours la possibilité jusqu'à la dernière seconde de retirer l'article 50 », sur lequel repose le Brexit.
– La facture reste due –
Plus tôt, la présidence française avait exprimé ses réserves quant aux chances d'éviter un « Brexit dur », largement redouté par le monde des affaires des deux côtés de la Manche, estimant qu' »aujourd'hui, le scénario central du Brexit est celui du no-deal ».
L'Elysée avait aussi réaffirmé que même en cas d'absence d'accord, la facture de 39 milliards de livres (43 milliards d'euros) que Londres doit à l'UE dans le cadre du Brexit restera due.
Les discussions sur une sortie négociée du Royaume-Uni du bloc européen butent actuellement sur le mécanisme dit de « filet de sécurité » prévu dans l'accord conclu entre Londres et l'UE en novembre 2008, mais rejeté ensuite à plusieurs reprises par le Parlement britannique.
Cette disposition controversée est une sorte de « police d'assurance » pour l'UE. Elle vise à éviter qu'émerge à nouveau après le Brexit une frontière entre l'Irlande du Nord et la République d'Irlande au sud, au risque sinon de réveiller le conflit sur l'île.
Le « filet de sécurité », ou « backstop », aurait pour conséquence de maintenir l'ensemble du Royaume-Uni dans l'Union douanière avec les pays de l'UE jusqu'à ce que les deux partenaires trouvent une solution pour définir leur future relation post-Brexit, et ce dans un délai de deux ans environ.
Boris Johnson a clairement fait savoir par courrier en début de semaine qu'il s'opposait à ce mécanisme et a appelé les pays de l'UE à rouvrir la négociation.
Pour les Européens, la priorité est de sauvegarder « l'intégrité du marché européen » et « la stabilité de l'Irlande » sur la base du « Good Friday Agreement », l'accord de paix signé en Irlande du Nord en 1998, a insisté mercredi Emmanuel Macron.
A Berlin, M. Johnson a répété qu'il ne voulait pas entendre parler du « backstop ». Le Royaume-Uni « ne peut accepter » en l'état l'accord négocié entre l'UE et Londres car le mécanisme controversé gardera la Grande-Bretagne « prisonnière » du cadre légal de l'UE.
Jusqu'à présent, Boris Johnson n'a eu droit sur le sujet qu'à des rebuffades des principaux dirigeants européens, notamment de la part mardi du président du Conseil européen, Donald Tusk.
Le marathon diplomatique du chef du gouvernement britannique se terminera à Biarritz, en France, par la première participation du dirigeant conservateur à un sommet du G7, marquée en particulier par un entretien avec le président américain, Donald Trump, fervent partisan d'un Brexit sans concession.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.