Projet de loi de finances /Droits de douane: Les mesures phares    La politique pénale du Maroc jaugée à l'aune des droits de l'Homme    Akhannouch juge nécessaire la « mise à niveau » de l'entreprise marocaine    Missing    L'ONMT veut développer le tourisme golfique au Maroc    Le Maroc, un marché émergent alternatif pour les entreprises espagnoles face au Brexit    Les facteurs de vulnérabilité financière pourraient aggraver le prochain ralentissement économique    Calcio : La Juventus et Ronaldo enchaînent    Le Onze national décroche haut la main sa qualification au CHAN 2020    Salon du cheval : La Sorba de Maher El Bachir remporte le GP S.M le Roi Mohammed VI de Tbourida    Les enseignants cadres des AREF se remettent en grève    Météo : De fortes pluies prévues dans certaines régions    Aéroport Marrakech Menara: Arrestation d'un Brésilien en flagrant délit de trafic de cocaïne    Coppola travaille sur "Megalopolis", son projet de film le plus ambitieux    Participation marocaine au Festival des musiques "Oslo World"    Projection en Norvège du film "Paris Stalingrad" de la Marocaine Hind Meddeb    Salon du cheval: La Sorba de Maher El Bachir remporte le Grand Prix Mohammed VI de Tbourida    La justice fait renaître Samir de ses cendres    L'ANCP : « Le ministre de la Santé n'a pas pris cette mesure »    Manifestations au Liban: L'ambassade du Maroc met une ligne téléphonique à disposition des Marocains    Les subventions à la culture ont-elles tué la création?    «Le Sahara est marocain»: il invite l'Algérie et le Maroc à ouvrir leurs frontières    Flexibilité du dirham : la solution de Jouahri en cas de choc externe    «La subvention a pratiquement aidé le secteur»    «Les subventions aux arts plastiques pourraient connaitre un réexamen»    PPS: l'opposition pour l'édification d'une alternative démocratique    «N'assassinez pas le rêve» des étudiants de Boulemane    Faculté de droit d'Agadir: Un acte inadmissible!    Les Botolistes proches de la qualification    Compensation: le PLF 2020 prévoit une dotation de plus de 13 MMDH    CAN 2020 : Les joueurs locaux corrigent l'Algérie    Météo: le temps qu'il fera ce dimanche    Vidéo. Le Maroc lance son premier nanosatelite dans l'espace    Vidéo. Mine d'art de Khouribga: quand les artistes essayent de "passer le relais"    Couverture alimentaire : Le Maroc a atteint « un bon niveau », selon Sadiki    Le Maroc rejoint le Réseau des Autorités de prévention de la corruption    Brexit, politique étrangère… au sommet de Bruxelles    Quand Donald Trump s'en prend à Bruce Springsteen et Beyoncé    Les glaciers suisses ont diminué de 10% en 5 ans    Insolite : Conférence record    Bella Hadid se livre sur son état mental    La Twittoma, ou comment les réseaux sociaux servent la bonne cause    Amar Saâdani : Le Sahara est marocain    Jack Lang : «Trésors de l'Islam en Afrique, de Tombouctou à Zanzibar témoigne de l'histoire du Maroc»    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie à guichets fermés    Les violations des droits de l'Homme dans les camps de Tindouf mise à nu    ITF juniors au Maroc: Le RUC passe le relais au Riad    Syrie: Washington arrache une trêve à Erdogan, en vue de la création d'une « zone de sécurité »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Brexit : l'UE appelle Londres à négocier sérieusement pour empêcher un « no deal »
Publié dans La Nouvelle Tribune le 18 - 09 - 2019

Les responsables de l'UE ont appelé Londres mercredi à ne « pas faire semblant de négocier » pour éviter un divorce brutal du Royaume-Uni avec l'UE, prévenant les eurosceptiques britanniques qu'ils devraient rendre des comptes à leurs concitoyens.
Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a mis en garde contre « le risque d'un +no deal+ qui reste très réel », lors d'une séance plénière au Parlement européen à Strasbourg.
« Ce sera peut-être le choix du gouvernement du Royaume-Uni, mais ce ne sera jamais le choix de l'Union européenne », a dit M. Juncker, régulièrement interrompu par les huées des eurodéputés britanniques pro-Brexit, qu'il a salués ironiquement comme ses « fans ».
Ceux-ci ont aussi eu droit à une mise en garde du négociateur en chef de l'UE pour le Brexit, Michel Barnier, qui les a prévenus qu'ils devraient « rendre des comptes aux citoyens » de leur pays. « Les citoyens britanniques, comme les autres citoyens européens, ont droit à la vérité sur les conséquences du Brexit, toutes les conséquences qui sont beaucoup plus graves (…) que vous ne voulez bien le dire », a lancé M. Barnier.
A six semaines de la date prévue pour le divorce, le 31 octobre, « il ne s'agit certainement pas de faire semblant de négocier », a-t-il aussi averti, une critique voilée de Boris Johnson, accusé dans son pays de manquer de sérieux dans les discussions.
– « Très peu de temps » –
M. Juncker, qui doit passer le flambeau de l'exécutif européen le 1er novembre à l'Allemande Ursula von der Leyen, voulait toujours croire à un accord : « Je ne suis pas sûr que nous réussirons, il nous reste très peu de temps, mais je suis sûr que nous devons essayer ».
Interrogée par la presse à Berlin, la chancelière Angela Merkel a de son côté minimisé les conséquences de la rencontre infructueuse Juncker-Barnier-Johnson de Luxembourg lundi, assurant qu'elle continuait de croire à la possibilité d' »une sortie ordonnée ».
Plus de trois ans après le référendum qui a vu les Britanniques voter à 52% pour une sortie de l'Union européenne, le Brexit n'en demeure pas moins un casse-tête.
Boris Johnson envisage ouvertement un divorce sans accord, malgré des prévisions alarmantes, de son propre gouvernement, de pénuries alimentaires, de médicaments et de risques de troubles de l'ordre public.
Les discussions achoppent toujours sur la question irlandaise.
Londres exige la suppression du « backstop » ou filet de sécurité, la clause de sauvegarde prévue pour empêcher le retour d'une frontière physique entre l'Irlande du Nord, province britannique, et la république d'Irlande.
Dans ce cas, l'UE réclame à Londres des solutions alternatives au « backstop », prévu pour maintenir le Royaume-Uni dans un « territoire douanier unique » à défaut d'autre solution.
« Cela ne suffit pas de nous expliquer pourquoi il faudrait supprimer le +backstop+ », a averti Michel Barnier, expliquant qu'il y avait derrière ce mécanisme « des garanties très concrètes dont tous les citoyens irlandais ont besoin », ainsi que « pour la santé et la sécurité des consommateurs des 27 ».
Lors du débat qui a suivi, le leader des pro-Brexit, l'eurodéputé Nigel Farage, a accusé Michel Barnier d'avoir voulu « depuis le début les coincer (les Britanniques, ndlr) à l'intérieur » du marché unique.
Juste avant lui, une eurodéputée nord-irlandaise du Sinn Fein, parti républicain qui milite pour une Irlande réunifiée, Martina Anderson, est intervenue dans l'hémicycle en brandissant son passeport irlandais, vêtue du maillot vert de James McClean, un footballeur né en Irlande du Nord mais qui a choisi de représenter la République d'Irlande lors des matches internationaux.
– « Des raisons valables » pour un report –
Le Royaume-Uni espère progresser suffisamment dans les discussions pour faire du sommet européen du 17 octobre une étape cruciale pour finaliser un nouvel accord.
Tout éventuel nouvel accord avec Londres ne pourra entrer en vigueur sans l'aval du Parlement européen.
Les nouveaux eurodéputés, issus des élections de mai, ont voté massivement une résolution sur le Brexit.
Le texte, sur lequel se sont mis d'accord les principaux groupes politiques, sauf l'extrême droite, reste fidèle aux positions du précédent Parlement : tout faire pour éviter un « no deal », réaffirmer que l'accord déjà négocié est « juste et équilibré », et souligner qu'un nouveau report ne sera soutenu que si « des raisons et un objectif valables existent ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.