Accord de Paris: Bon point pour le Maroc    JO: Paris-2024 choisit Tahiti pour les épreuves de surf    Quelles sont les causes de violence conjugale au Maroc?    L'AMMC publie un recueil des textes législatifs et réglementaires    Agadir, sur un plat chaud!    Le roi appelle à l'amélioration de la qualité de vie dans les pays musulmans    Elizabeth II ne compte pas quand il s'agit des cadeaux de Noël    La relation Maroc-Jamaïque passe au niveau supérieur    La Fédération de rugby minée par une crise sans précédent    Ligue des champions : Liverpool au rendez-vous des 8èmes, l'Ajax de Ziyach à la trappe    L'Observatoire Africain pour les migrations se fait attendre    Revitaliser un arbre emblématique    Al Hoceïma : Peine de mort pour le duo qui a commis un double meurtre    Marrakech : La guerre contre les malfaiteurs ne s'essouffle pas    «Bayane Al Youme» primé dans la catégorie «Presse écrite»    Le rappeur 7liwa chante à la prison d'Oukacha    En Algérie, les bureaux de vote ouvrent leurs portes    Sommet Russie-Ukraine : un résultat mitigé…    Manifestation multidimensionnelle au rayonnement international : Le «Village du Maroc» ferme ses portes à Abidjan    La fête de plaisir des sens et de vitalité d'esprit    L'UE octroie 101,7 millions d'euros au Maroc    Ses membres, son livrable, sa méthodologie, ses priorités, son mode de fonctionnement… La commission Benmoussa en 10 questions    Régime de change : BAM étudie l'impact sur l'économie    BMCE Bank Of Africa lance "Dynamic Currency Conversion"    Irréconciliables, républicains et démocrates débattent de la destitution de Trump    Fumées toxiques en Australie: Le Premier ministre australien sort du silence    YouTube et la publicité, je t'aime moi non plus    PLF-2020 : Le projet adopté en deuxième lecture par la chambre des représentants    Recrutement: La DGSN adopte la procédure de présélection    Le déficit budgétaire revient à 39,57 milliards DH    Complexe Mohammed VI. Visite guidée    Othmani Benjelloun et Dr Leila Mezian Benjelloun assistent à la remise des Prix Nobel    L'amazighité sans hypocrisie    La perception de la violence envers les femmes selon OXFAM Maroc    Inédite et rejetée    Assises de la régionalisation avancée les 20 et 21 décembre à Agadir    Un Guide pour aider les procureurs à mieux lutter contre la torture    Les cours des produits alimentaires au plus haut depuis plus de deux ans    Conférence internationale à El Jadida sur la famille et l'éducation dans le monde arabe    One Piece Stampede, le premier film de la Toei Animation à être diffusé au Maroc    Lever de rideau sur le Festival international «Cinéma et migrations» d'Agadir    Une structure intégrée dédiée à la performance et à l'excellence    Notre photographe Ahmed Boussarhane de nouveau primé au Grand Prix National de la Presse    Mise à jour de la Botola Pro D1 : Le MAT défend son fauteuil de leader face au Raja    La Fondation Mohammed VI pour la protection de l'environnement fait son bilan    Des membres fédéraux quittent la Fédération royale marocaine de rugby    McLaren confirme le pilote marocain Michael Benyahia pour son programme de développement 2020    "Mains de lumière" fait escale à Tétouan    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mohamed Abdennabaoui : L'indépendance du pouvoir judiciaire est devenue une réalité
Publié dans La Nouvelle Tribune le 17 - 11 - 2019

Le procureur général du Roi près la Cour de Cassation, président du Ministère public, Mohamed Abdennabaoui, a souligné samedi à Laâyoune que l'indépendance du pouvoir judiciaire au Maroc est devenue aujourd'hui une réalité constitutionnelle et juridique.
S'exprimant lors du 2ème Forum de la justice de la ville de Laâyoune sur « l'indépendance du ministère public et son rôle dans le processus de l'indépendance du pouvoir judiciaire », M. Abdennabaoui a relevé que la consécration de cette réalité requiert une coopération concrète et effective entre toutes les parties prenantes, conformément aux dispositions de la Constitution.
En effet, la Loi fondamentale du Royaume prévoit l'indépendance du pouvoir judiciaire des pouvoirs législatif et exécutif et fait de SM le Roi le garant de cette indépendance, a rappelé le procureur général du Roi près la Cour de Cassation, à l'ouverture de cet événement organisé par la Cour d'appel de Laâyoune et l'Ordre des avocats près des Cours d'appel d'Agadir, Guelmim et Laâyoune.
A ce propos, il a fait observer que la réalisation de l'indépendance constitutionnelle de la justice vis-à-vis desdits pouvoirs est tributaire « du respect de cette indépendance dans la forme et dans le contenu, en tenant compte des limites de la coopération entre les pouvoirs », citant les décisions du Conseil constitutionnel, puis la Cour constitutionnelle, concernant l'article 134 de la Constitution.
Il a en outre relevé que tout débat sur l'indépendance du pouvoir judiciaire, une question sociétale par excellence, doit tenir en compte son concept, ses dimensions et ses objectifs, appelant les citoyens à appuyer ce chantier et à contribuer à sa réalisation.
Pour sa part, le premier président de la Cour de cassation, président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire, Mustapha Fares, a relevé qu'il est aujourd'hui important que le citoyen puisse ressentir les effets de l'indépendance du pouvoir judiciaire, y compris l'indépendance du ministère public, dans les mécanismes de résolution des litiges, la gestion de ses problèmes et l'organisation de relations juridiques avec d'autres individus, groupes et institutions.
« Nous devons relever le défi consistant à instaurer la confiance dans la sécurité juridique et judiciaire, d'autant plus que nous sommes confrontés à des challenges complexes imposés par la mondialisation des valeurs et des relations, ce qui exige davantage de prévoyance, d'impartialité et de transparence », a indiqué M. Fares dans une allocution lue en son nom.
Pour faire face à ces défis, il a jugé nécessaire de « construire des passerelles de dialogue et de communication et de mettre en place des mécanismes de bonne gouvernance et de gestion raisonnable ».
Ces challenges sont de nature juridique, professionnelle, juridique, organisationnelle, administrative, a noté le premier président de la Cour de cassation, appelant à développer les mentalités en vue de tenir compte de ces variables changements, à comprendre les contraintes et à établir des objectifs bien définis.
Il s'est également félicité des efforts inlassables consentis par toutes les composantes du pouvoir judiciaire, mettant en avant leur attachement indéfectible aux critères de transparence, d'efficacité, de gouvernance et de moralisation dans le cadre d'un plan stratégique réaliste, doté d'une vision claire et d'objectifs spécifiques, en vue de consacrer « une justice moderne, forte et indépendante au service du citoyen ».
La cérémonie d'ouverture de cet événement s'est déroulée notamment en présence du ministre de la Justice, Mohamed Ben Abdelkader, du wali de la région de Laâyoune-Sakia El Hamra, gouverneur de la province de Laâyoune, Abdeslam Bekrate, des responsables judiciaires, des magistrats et des avocats, outre des élus et chefs des services extérieurs et représentants d'institutions et instances civiles, politiques et économiques.
La 2ème édition du Forum de la Justice de Laâyoune est initié en partenariat avec le ministère de la Justice, la présidence du Ministère public, la Cour de cassation, l'Association des barreaux du Maroc (ABAM) et le Bureau régional de l'Amicale Hassania des juges.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.