« Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    Connaissez-vous (vraiment) la Déclaration des Droits de l'Homme ?    Destitution: Les démocrates retiennent deux chefs d'accusation contre Trump    Bilan encourageant pour la Fondation marocaine pour la promotion de l'enseignement préscolaire    Journée internationale des droits de l'Homme : L'appel à la solidarité mondiale de Michelle Bachelet    SM le Roi inaugure le Complexe Mohammed VI de football à Salé    Aéronautique: Un deuxième mandat pour le président du GIMAS et un bilan positif    Nouvelle nomination au Conseil de Surveillance de Maroc Telecom    Indice du développement humain : Encore du chemin à faire pour le Maroc !    Les femmes, cibles "par excellence" de la cyberviolence    Coupe de la Confédération africaine de football : Le HUSA et la RSB réalisent de bonnes opérations à l'extérieur    Coupe du Trône des clubs de saut d'obstacles : Le RCSE Dar Es Salam domine le classement des demi-finales    Hommage à Seddik Maâninou ce mardi à la MAP    La mosquée, l'école, le dispensaire…    SAR la Princesse Lalla Hasnaa préside la cérémonie du 30e anniversaire de l'Association Al-Ihssane    La coordination «Akal» dénonce le laxisme des autorités    Marrakech : Un musée privé de la musique voit le jour    En Algérie, une présidentielle dont la population ne veut pas    Un grand dirigeant nous quitte    Le Hassania d'Agadir se ressaisit    Michael Benyahia, le premier pilote marocain et arabe chez McLaren    Bataille de chiffres entre Washington et Téhéran…    Des livreurs Chronopost disparaissent dans la nature... avec un million d'euros de marchandises    La justice égyptienne livre son verdict dans l'affaire de l'opposant Mohamed Ali    Fiscalité, OXFAM enfonce le clou    Casablanca : Les 41èmes journées de la Ligue pour la santé mentale les 13 et 14 décembre    Réforme de la justice : la cadence est au ralenti    Les cimes de la création à Imouzzer Kandar    Sylvestre Amoussou, réalisateur scénariste du Bénin    «Lalla Aïcha» de Mohamed El Badaoui, projeté en avant première au FIFM    Agadir : Grand engouement pour le 1er Salon international de l'arganier    Un élève soupçonné de dénonciation calomnieuse : Une enquête est ouverte à Fès    Poutine et Zelensky dialoguent mais actent leurs divergences à Paris    L'AMMC vise la note relative à l'émission de billets de trésorerie de Douja Promotion Groupe Addoha    Atlantic Dialogues Emerging Leaders : 50 jeunes professionnels de 27 nationalités rejoignent le réseau    La dictature du buzz    Aziza Jalal remonte sur les planches    Edito : Mobilité    Changement climatique : Le Maroc préside la réunion des Seychelles    Enseignants-cadres des AREF : Côté cour, côté jardin    Boris Johnson, le Brexit à portée de main    Ligue 1 : Marseille inarrêtable, Saint-Etienne de nouveau en panne    Le MCO défait à Oujda par l'ASFAR    Le capital humain marocain, une ressource qualifiée et performante    Le gouvernement français s'apprête à lever le voile sur sa réforme des retraites    Upton Sinclair Un écrivain socialiste engagé    Participation du Maroc aux 21èmes Journées théâtrales de Carthage    Grand engouement du public au FIFM 2019    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le roi saoudien appelle l'Iran à renoncer à son « idéologie expansionniste »
Publié dans La Nouvelle Tribune le 21 - 11 - 2019

Le roi Salmane d'Arabie saoudite a appelé mercredi l'Iran, grand rival régional de Ryad, à renoncer à son « idéologie expansionniste et destructrice ».
« Nous espérons que le régime iranien choisisse la voie de la raison et réalise que le seul moyen d'inverser la position internationale qui rejette ses pratiques, est l'abandon de son idéologie expansionniste et destructrice qui nuit à son propre peuple », a-t-il dit.
L'Arabie saoudite, grand allié des Etats-Unis, et l'Iran, ennemi de Washington, entretiennent des relations très tendues qui ont nourri ces derniers mois des craintes d'une escalade dans le Golfe.
Depuis 2015, le royaume mène une coalition militaire au Yémen pour contrer l'offensive des rebelles Houthis, soutenus par l'Iran, qui ont pris le contrôle de la capitale Sanaa. Les organisations humanitaires estiment que cette guerre a fait des dizaines de milliers de morts, la plupart des civils.
Le 14 septembre, une attaque de drone revendiquée par les rebelles yéménites, soutenus par Téhéran, a visé deux installations majeures du géant pétrolier Aramco, réduisant temporairement de moitié la production de pétrole du royaume.
Saoudiens et Américains ont accusé Téhéran, qui a démenti.
« Le royaume a souffert de la politique et des pratiques du régime iranien et de ses mandataires », a déclaré le roi Salmane lors d'un discours devant le Conseil de la choura, selon un tweet du ministère saoudien des Affaires étrangères.
« Le royaume ne cherche pas la guerre », a-t-il réitéré, avant d'assurer qu'il était néanmoins « prêt à défendre avec la plus grande fermeté son peuple contre toute agression ».
Il a également souligné qu'il espérait que le récent accord négocié par les Saoudiens entre le gouvernement yéménite et les séparatistes du Sud « ouvrirait la porte à des pourparlers de paix plus larges » afin de mettre fin au conflit dans le pays voisin.
De son côté, le ministère saoudien des Affaires étrangères a salué la décision des Etats-Unis de mettre fin, le 15 décembre prochain, à une dérogation qui permettait à l'usine nucléaire iranienne de Fordo de fonctionner malgré les sanctions américaines.
L'Iran a en effet relancé début novembre des activités d'enrichissement d'uranium dans son usine souterraine longtemps tenue secrète, située à environ 180 km au sud de Téhéran, dans le cadre de son désengagement progressif de l'accord sur le nucléaire iranien.
Ryad soutient la pression de l'administration de Donald Trump sur l'Iran, soumis à des sanctions américaines.
Le retrait unilatéral des Etats-Unis en 2018 de l'accord international sur le nucléaire iranien et le rétablissement consécutif de lourdes sanctions ont accentué la grave récession qui frappe le pays.
L'Iran est secoué depuis vendredi par des manifestations à la suite de l'annonce d'une réforme des subventions de l'essence, censée bénéficier aux ménages les moins favorisés mais s'accompagnant d'une très forte hausse du prix à la pompe.
Les autorités ont confirmé la mort de cinq personnes, quatre membres des forces de l'ordre et un civil, mais le Haut Commissariat aux droits de l'Homme de l'ONU a dit craindre que « des dizaines » de personnes aient perdu la vie et l'ONG Amnesty International a estimé qu' »au moins 106 manifestants » auraient été tués.
Dans son discours, le roi n'a toutefois pas fait mention d'un boycott de deux ans du Qatar voisin par Ryad. Ni commenté la décision de Washington de ne plus considérer comme illégales les colonies israéliennes en Cisjordanie, territoire occupé par Israël.
Cependant, le ministère des Affaires étrangères a complètement rejeté la position de Washington, dans un communiqué publié mercredi et rapporté l'agence de presse officielle saoudienne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.