Casablanca: un “khettaf” percute volontairement un fourgon de police    Les souvenirs du séisme d'Agadir!    Autre revers cinglant pour la fantomatique «RASD»    L'ancien président égyptien Hosni Moubarak n'est plus    La RSB rate le leadership à Oued Zem    Hamidou Zemmouri n'est plus    Coronavirus: grosse panique chez les Marocains d'Italie    L'escalade continue    3e édition de l'Afrique du Rire    Varroc Lighting Systems Maroc obtient un nouveau prêt auprès de la BERD    Primaires démocrates : Sanders en pole position, Biden sous pression    Huawei sort la nouvelle version de son mobile pliable, à un prix très haut de gamme    Tour des championnats européens de football    6 jeunes auteurs en résidence d'écriture pour le film d'animation    Pétitions, le Parlement fait le point    Eliminatoires africaines de taekwondo : Trois Marocains sur quatre qualifiés aux JO de Tokyo    Tennis : le Med Avenir du COC a rendez-vous avec son 33e tournoi incontournable    Course féminine de la victoire : La ville de Rabat est prête pour la 13è édition    Attijariwafa bank : un nouvel organigramme    Allemagne: Une voiture fonce dans un défilé de carnaval, 30 blessés    Coronavirus : à Wall Street, pire séance en deux ans pour le Dow Jones    Expansion du coronavirus en Italie : Le consulat du Maroc à Vérone crée une cellule de crise    Le Maroc prend part à Genève à une rencontre sur la Convention contre la torture    Thaïlande: La Cour Constitutionnelle dissout un parti d'opposition…    Alliances Développement Immobilier : Alami Lazraq franchit à la hausse le seuil de participation    4ème édition de Oulad Mogador Music Action : Deux groupes sélectionnés    Sécurité et protection des données : inwi adhère officiellement à la «Déclaration numérique GSMA»    Prévisions météorologiques pour ce mardi 25 février    63ème Championnat marocain de cross-country    Insolite : Anniversaire présidentiel    Les cygnes blancs de 2020    Le DG de l'ONEE présente à Kampala le bilan positif de la présidence marocaine de l'Association africaine de l'eau    Marrakech abrite une journée nationale sur les NTI et le développement informatique    Les éditeurs marocains exposent au Salon international du livre à Mascate    Participation du Maroc à la 43ème session du CDH    Divers    Pompeo appelle le Premier ministre irakien désigné à protéger les troupes américaines    200ème but de Cavani sous les couleurs du PSG    Le Zamalek se retire du championnat égyptien    Mubawab annonce le lancement de sa nouvelle Business Unit "Mubawab Transaction"    Dounia : Un monodrame poignant sur le parcours d'une jeune femme en quête d'identité existentielle    Avec "Pinocchio", Matteo Garrone signe un conte noir pour enfants    Conseil de gouvernement jeudi: ce qui est prévu    Youssef Amrani met en avant le rôle clé du Maroc en Afrique sur la chaîne sud-africaine Enca News    Lancement du programme de prévention des jeunes à l'addiction au tabac et aux drogues    Parution: «Celui qui vient de l'avenir, Abdelkébir Khatibi»    Carton plein pour Saad Lamjarred et Fnaire (VIDEO)    Marche de protestation contre les restrictions de déplacement dans les camps de Tindouf    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Destitution: Trump décline une invitation à se défendre devant le Congrès
Publié dans La Nouvelle Tribune le 02 - 12 - 2019

Dénonçant une enquête « injuste », la Maison Blanche a refusé dimanche soir de participer à une audition au Congrès, qui marque le début d'une nouvelle phase dans la procédure en destitution ouverte contre Donald Trump.
Après deux mois d'enquête, la Chambre des représentants, contrôlée par les démocrates, entame cette semaine le débat juridique pour savoir si les faits reprochés au président sont suffisamment graves pour justifier sa mise en accusation (« impeachment »).
Sa commission judiciaire doit donner le coup d'envoi à cette réflexion mercredi lors d'une audition avec des spécialistes de la Constitution. Elle avait invité Donald Trump à y « participer » soit en personne, soit par l'entremise de ses avocats ou en posant des questions écrites aux témoins.
Dimanche soir, elle a essuyé un refus.
« Concernant l'audition du 4 décembre, on ne peut légitimement attendre que nous y participions, alors que les noms des témoins n'ont pas été rendus publics et qu'il reste douteux que la commission judiciaire offre une procédure équitable », lui a écrit l'avocat de la Maison Blanche, Pat Cipollone.
« Mais si vous êtes vraiment décidé à superviser une procédure équitable à l'avenir, nous pourrions envisager de prendre part » à la suite de vos travaux, ajoute l'avocat.
– « Crimes et délits majeurs » –
Donald Trump est dans la tourmente parce qu'il a demandé à l'Ukraine d'enquêter sur Joe Biden, un de ses adversaires potentiels à la présidentielle de 2020, dont le fils a longtemps siégé au conseil d'administration d'un groupe gazier de ce pays.
Le milliardaire républicain assure avoir été dans son bon droit en soulevant une possible affaire de « corruption » et jure n'avoir exercé aucune pression sur Kiev.
Mais l'opposition démocrate est convaincue qu'il a abusé de ses pouvoirs pour favoriser sa campagne de réélection, notamment en gelant une aide militaire de près de 400 millions de dollars destinée à ce pays en guerre avec la Russie.
Pendant deux mois, la commission judiciaire de la Chambre des représentants a mené l'enquête. Malgré le refus de la Maison Blanche de coopérer, elle a entendu une quinzaine de témoins qui ont fourni des éléments gênants pour le président.
Elle doit transmettre mardi son rapport d'enquête à la commission judiciaire, qui est elle chargée de qualifier juridiquement les faits reprochés au chef de l'Etat.
« La question est de savoir s'ils constituent un acte de +trahison, corruption ou autres crimes et délits majeurs+ », a relevé l'élue démocrate Zoe Lofgren, en référence aux motifs de destitution cités dans la Constitution des Etats-Unis.
– « Arrêter de se plaindre » –
Tenu à l'écart de la phase d'enquête, Donald Trump a été invité à se défendre dans cette nouvelle étape.
Jerry Nadler, le président de la commission judiciaire lui avait laissé jusqu'au vendredi 6 pour faire connaître ses intentions sur la suite de ses travaux.
« Le président doit faire un choix: il peut saisir cette opportunité d'être représenté dans les auditions ou il peut arrêter de se plaindre », avait ajouté l'élu de New York, un adversaire de longue date du magnat de l'immobilier.
Même dans les rangs républicains, l'idée séduisait. « Je pense que ça servirait le président d'avoir ses avocats », déclarait dimanche le représentant Tom McClintock.
– « Spectacle sans substance » –
La commission judiciaire devrait débattre d'au moins quatre chefs d'accusations: abus de pouvoir, corruption, entrave à la bonne marche du Congrès et entrave à la Justice.
Les républicains semblent prêts à tous les balayer. « Soyez prêts pour un spectacle sans substance » a estimé Doug Collins, l'élu chargé de mener la contre-attaque. Pour lui, le président « n'a rien fait de mal ».
Une fois rédigés, les articles seront soumis à un vote en séance plénière à la chambre basse du Congrès, peut-être avant Noël.
Compte tenu de la majorité démocrate dans cette enceinte, Donald Trump devrait entrer dans les livres d'histoire comme le troisième président américain mis en accusation, après Andrew Johnson en 1868 et Bill Clinton en 1998, tous deux acquittés par la suite. Richard Nixon avait démissionné avant cette étape, en 1974.
Le Sénat sera ensuite chargé de juger le président, et il faudrait une majorité des deux tiers pour le destituer, ce qui paraît très improbable. Les républicains sont en effet majoritaires et, pour l'instant, ils font bloc autour de leur président.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.