Le rapprochement "historique" entre le Canada et le Maroc permettra aux deux pays de travailler sur les grands enjeux du monde    LDC Afrique: Pour suivre le derby Maghrébin WAC-USMA    Zalar Agri réussit à lever 24 millions de dollars auprès de l'IFC    La ministre espagnole des AE inaugure le nouveau siège du Consulat général d'Espagne à Rabat    Programme des principaux matchs du vendredi 24 janvier    Le Maroc reconnaît le gouvernement de Bolivie    Irak : des milliers de manifestants réclament le départ des troupes américaines    Coronavirus : la Grande muraille de Chine et Disneyworld Shangai fermés à cause de l'épidémie    Une publication en hommage posthume à Abdelkébir Khatibi    Wuhan Coronavirus Could Hit China's Economy Harder Than SARS    mWellness Group prévoit d'investir 200 MDH au Maroc d'ici 2025    U.N. Suggests Bezos' Phone Was Hacked Using Saudi Crown Prince's Account    Brexit: Signature de l'accord à Bruxelles avant sa ratification par le Parlement européen    Adam de Maryam Touzani    Domaine maritime : Les députés donnent leur feu vert    Le Raja accroché à la veille de son départ en Tunisie    Vie des «pros» marocains d'Europe    Pas de hausse des taux des crédits bancaires en 2020    Le Maroc à la tête du groupe arabe de l'UNESCO    Proche-Orient: Trump promet son plan de paix dans les jours à venir    Coronavirus : L'ambassade du Maroc en Chine suit la situation de près    Fnideq : Saisie de près de 10.000 comprimés psychotropes    Trump doit être destitué car « le bien et la vérité comptent », affirme l'accusation    ONSSA : 17.641 tonnes d'aliments avariés détruites en 2019    Le Roi Mohammed VI félicite Chakib Alj, nouveau président du patronat marocain    Chakib Alj et Mehdi Tazi tracent de nouveaux horizons pour la CGEM    Dakhla : débats sur le rôle des anciennes bibliothèques dans la documentation civilisationnelle et culturelle du Sahara marocain    Rencontre entre le Monarque et le Roi du Bahreïn à Rabat    Indice de perception de la corruption 2019 : Le Maroc perd 7 places    Voici le temps qu'il fera ce vendredi    Mercato : Le Hellas Vérone négocie avec l'AC Fiorentina pour Amrabat    «Sourtna», quand de jeunes photographes prennent d'assaut le Fort Rottenbourg    Le Souverain accorde une audience à l'archevêque de Rabat    Les députés russes approuvent les amendements constitutionnels de Poutine    S.M le Roi reçoit plusieurs ambassadeurs étrangers    Ecologique pendant son utilisation, la trottinette électrique l'est un peu moins lors des phases de production et de recyclage    Divers Economie    Le foncier confronté à des contraintes importantes en termes d'harmonisation et de convergence des objectifs et des actions    Réunion du Bureau de la Chambre des représentants    La ménopause prématurée augmente le risque d'avoir des problèmes de santé à la soixantaine    Ziyech victime d'une déchirure musculaire au mollet    Yassin Ayoub signe au Panathinaïkos    Mohamed Wahab désigné meilleur officiel technique africain 2019 par la CAA    Ces stars mariées à leur amour de jeunesse    A Essaouira, le travail de mémoire commune des juifs et des musulmans    Parution de l'ouvrage "Renouveau pour le Maroc" de ses coauteurs Abdelaâli Benchekroun et Nour-Eddine Saoudi    Comment les étudiants voient leurs rêves s'éloigner    Cinéma : Adam, la force des femmes devant et derrière la caméra    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Trump tempête contre l'enquête en destitution maintenue malgré sa visite en Europe
Publié dans La Nouvelle Tribune le 03 - 12 - 2019

Une « véritable honte »: Donald Trump a éreinté lundi les démocrates pour avoir prévu une audition dans l'enquête en destitution qui le vise à Washington tandis qu'il se trouve au Royaume-Uni pour un sommet de l'Otan.
S'il dénonce depuis des semaines une « chasse aux sorcières », voire même une tentative de coup d'Etat, le président républicain s'est particulièrement indigné que les démocrates organisent une audition publique mercredi, alors même qu'il sera au sommet de l'Alliance.
Ce rendez-vous a été « fixé il y a un an », a-t-il lancé avant de quitter la Maison Blanche. « C'est l'un des voyages les plus importants que les présidents fassent ».
« C'est une mascarade, une véritable honte ce qu'ils font à notre pays », a-t-il tonné en direction de ses opposants démocrates qui mènent l'enquête contre lui au Congrès.
Le président américain est arrivé à Londres lundi soir, pour participer au sommet marquant le 70e anniversaire de l'Otan organisé mardi et mercredi.
Après deux mois d'enquête, la Chambre des représentants, contrôlée par les démocrates, entame justement mercredi le débat juridique pour savoir si les faits reprochés au président sont suffisamment graves pour justifier sa mise en accusation (« impeachment »).
Donald Trump est dans la tourmente parce qu'il a demandé à l'Ukraine d'enquêter sur Joe Biden, un de ses adversaires potentiels à la présidentielle de 2020.
Le milliardaire républicain assure avoir été dans son bon droit en soulevant une possible affaire de « corruption » et jure n'avoir exercé aucune pression sur Kiev.
Mais l'opposition démocrate est convaincue qu'il a abusé de ses pouvoirs pour favoriser sa campagne de réélection, notamment en gelant une aide militaire de près de 400 millions de dollars destinée à ce pays en guerre avec la Russie.
Dans un entretien publié lundi par plusieurs titres internationaux, le président ukrainien a de nouveau nié tout accord de « donnant-donnant » avec M. Trump sur cette aide militaire.
Des propos abondamment repris par le milliardaire lundi pour affirmer qu'ils l'innocentent.
– Parti « uni » autour de Trump –
Pendant deux mois, des parlementaires de la Chambre, sous la houlette de la commission du Renseignement, ont mené l'enquête. Une quinzaine de témoins ont fourni des éléments gênants pour le président lors d'auditions télévisées.
Cette commission devrait approuver son rapport d'enquête lors d'un vote mardi à 18H00 (23H00 GMT).
Signe du large soutien dont dispose Donald Trump dans son parti, les membres républicains des commissions d'enquête ont blanchi le président dans leurs propres conclusions, qu'ils faisaient circuler lundi soir.
« Les éléments présentés ne prouvent aucune des accusations des démocrates », ont-ils écrit.
Peu après avoir atterri au Royaume-Uni, Donald Trump a tweeté qu'il avait lu ce rapport. « Bon boulot! La gauche radicale n'a aucun argument », a-t-il réagi.
Contrôlée par les démocrates, la commission judiciaire prendra les rênes de la procédure de destitution mercredi. Avec, en premier acte, l'organisation d'une audition de quatre experts en droit constitutionnel.
Elle avait invité Donald Trump à y « participer », soit en personne soit par l'entremise de ses avocats.
La Maison Blanche a répondu dimanche soir qu'elle n'y serait pas mais n'a pas écarté la possibilité de prendre part à la suite, si la procédure devenait « équitable ». Elle a jusqu'à vendredi pour se décider.
S'il n'y a « rien à cacher », alors Donald Trump devrait coopérer, a réagi le chef démocrate de la commission judiciaire, Jerry Nadler.
Sa commission devra déterminer si les faits reprochés au président entrent dans le cadre de l'un des possibles motifs de destitution cités dans la Constitution des Etats-Unis: des actes de « trahison, corruption ou autres crimes et délits majeurs ».
Ses membres démocrates pourraient envisager au moins quatre chefs d'accusations: abus de pouvoir, corruption, entrave à la bonne marche du Congrès et entrave à la Justice. Des allégations que les républicains devraient, là encore, balayer.
Une fois rédigés, les chefs d'accusation seront soumis à un vote en séance plénière à la Chambre, peut-être avant Noël. Les démocrates ont justement repoussé lundi la date des vacances parlementaires d'une semaine au 20 décembre.
Compte tenu de la majorité démocrate à la chambre basse, Donald Trump devrait entrer dans les livres d'histoire comme le troisième président américain mis en accusation.
Le Sénat sera ensuite chargé de juger le président mais il est peu probable qu'il soit destitué. Les républicains y sont en effet majoritaires et, là aussi, font largement bloc autour de leur président.
« Le parti républicain n'a jamais été aussi uni! » s'est réjoui Donald Trump lundi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.