Libertés individuelles: Le CNDH défend l'expérience marocaine    Opacité financière: Le Maroc dans le rouge    Un dialogue politique inter-libyen à Genève    Pourquoi Oujda néglige le sport    Météo: le temps qu'il fera ce vendredi au Maroc    Fès: L'Université Euromed entre de plain-pied dans le numérique    Préscolaire: Fahs Anjra vise l'excellence    Pourquoi Marrakech perd ses événements    Contemporary African Art Fair: à Marrakech, la culture reste «Capitale»    Rabat: le général Louarak reçoit un haut gradé pakistanais    Le Conseil de gouvernement approuve un projet de décret relatif au régime de sécurité sociale    Inwi fait la paix avec Maroc Telecom    La Commission européenne salue les efforts du Royaume en matière de réformes fiscales    Appel à la consécration d'une justice citoyenne    La Commission de la programmation n'en fait qu'à sa tête    Divers sportifs    Achraf Hakimi et son retour au Real Madrid    Le volume des transactions immobilières s'inscrit en baisse en 2019    Lancement de la deuxième édition du programme "Spin-off by PIS" dédié à l'entrepreneuriat des jeunes    Le Maroc constitue la première destination des exportations valenciennes en Afrique    Le cancer n'est pas une fatalité    Divers    L'OMDH-Casablanca sensibilise des élèves contre les dangers d'Internet    L'ambassadeur de Cuba exprime la volonté de son pays de renforcer ses relations avec le Maroc    L'ambassadrice des Pays-Bas se félicite de l'intégration des MRE dans la société néérlandaise    L'industrie du cinéma a été plus inclusive en 2019 que lors de la décennie précédente    Le CCM dévoile les jurys du 21ème Festival national du film de Tanger    L'espoir du rap Pop Smoke abattu chez lui    La DG du FMI salue le partenariat avec le Maroc    Le BTP poursuit ses bonnes performances    Classement FIFA: Le Maroc se maintient à la 43ème position    CSMD : Chakib Benmoussa initie à Paris une série de réunions d'écoute avec des Marocains du monde    Errachidia: ce qu'a saisi la police à bord d'une voiture    Un Mexicain arrêté aux Etats-Unis pour espionnage au profit de la Russie    «Archéologie de l'intime» à la Fondation Dar Bellarj de Marrakech    Tournoi féminin UNAF : Victoire du Maroc face à la Tanzanie    Basket-ball : La sélection nationale s'incline en amical face à l'Algérie    Ouverture officielle d'un consulat à Laâyoune    Les jurys du 21e Festival National du Film dévoilés!    CMA CGM s'engage dans l'accompagnement des start-ups    Dortmund de Haaland et Hakimi s'offre le PSG de Neymar    Elections régionales allemandes: Alliance Droite-Extrême droite    Allemagne : deux attaques visant des bars font neuf morts près de Francfort    6 chômeurs sur 10 sont à la recherche de leur premier emploi    Coronavirus: le point sur la situation en Chine    Bloomberg sous le feu de ses rivaux lors d'un débat démocrate tendu    Erdogan menace la Syrie de déclencher rapidement une opération à Idleb    La pièce «Daïf Al Ghafla» présentée à Bruxelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Otan tente d'afficher son unité lors de son 70e anniversaire
Publié dans La Nouvelle Tribune le 04 - 12 - 2019

Les 29 membres de l'Otan tentent mercredi d'afficher leur unité lors du sommet du 70e anniversaire de l'Alliance et de masquer les divergences exposées au grand jour entre les Etats-Unis, la France et la Turquie.
« Ce n'est pas la première fois que l'Alliance est confrontée à des différences et elle a toujours su les surmonter », a soutenu son secrétaire général Jens Stoltenberg au cours d'un point de presse avant le début de la séance de travail du sommet dans un hôtel de luxe sur un golf transformé en camps retranché à Watford, dans la banlieue de Londres.
Trente ans après la chute du mur de Berlin, l'organisation héritée de la Guerre froide se trouve confrontée à des défis considérables entre la militarisation de l'espace, le retour en force de la Russie sur la scène internationale et la montée en puissance de la Chine comme puissance militaire.
Mais l'ambiance est tendue par de multiples différends, et les échanges surpris par les caméras mardi soir montrant Emmanuel Macron, Boris Johnson et Justin Trudeau semblant se moquer de Donald Trump lors d'une réception donnée à Buckingham Palace ne devraient rien arranger.
Mardi, les premiers échanges ont été dominés par les passes d'armes découlant des déclarations récentes d'Emmanuel Macron jugeant l'Otan en état de « mort cérébrale » et l'appelant à revoir sa stratégie.
Le président français a maintenu ses propos très critiqués par ses alliés et a exigé des explications de la Turquie sur son intervention contre les forces kurdes du nord de la Syrie. Il a accusé à cette occasion Ankara de travailler avec des extrémistes proches du groupe Etat islamique.
M. Macron a également appelé à la reprise « d'un « dialogue stratégique » sans naïveté avec Moscou, toujours considéré par l'Otan comme un adversaire.
Ses déclarations ont jeté le froid et risquent de perturber la séance de travail.
La Turquie bloque l'adoption des plans de défense pour les Etats Baltes et la Pologne et le président Recep Tayyip Erdogan pourrait refuser d'adopter la déclaration du sommet, a indiqué Jens Stoltenberg.
« Je suis persuadé que nous serons en mesure de trouver une solution en ce qui concerne la mise à jour des plans de défense. Nous en avons discuté avec le président Erdogan mardi soir et nous y travaillons en ce moment même », a-t-il assuré.
La déclaration du sommet fait de l'espace un terrain d'opérations de défense pour l'Otan et prend en compte les défis posés par l'essor de la Chine, deuxième budget militaire au monde.
Jens Stoltenberg devrait se voir confier une mission de réflexion sur la stratégie de l'Alliance face aux nouvelles menaces, notamment le terrorisme international.
« Il est très important que l'Alliance reste unie. Il y a beaucoup, beaucoup plus de choses qui nous unissent que de choses qui nous divisent, et je pense que chaque dirigeant ici est absolument déterminé à reconnaître l'importance vitale de l'Otan pour notre sécurité collective », a lancé le Premier ministre britannique Boris Johnson à son arrivée à Watford.
Mais ce message d'unité est mis en péril par la zizanie entre dirigeants de l'Alliance née en 1949, malgré l'appel de Jens Stoltenberg à resserrer les rangs.
Le président français a insisté mardi sur l' »ennemi commun » que représente le terrorisme et a déploré le fait que « nous n'avons pas la même définition du terrorisme autour de la table ».
La critique vise l'exigence du président turc de faire considérer les forces kurdes en Syrie comme des terroristes, ce que refuse Emmanuel Macron.
Le président français explique avoir souhaité donner un coup de fouet à l'Alliance, et dénoncer les décisions unilatérales et non concertées des Etats-Unis et de la Turquie qui ont mis en péril les opérations contre l'Etat islamique en Syrie, dans lesquelles sont engagées des forces françaises et d'autres pays alliés.
Mais le président américain n'a pas caché son mécontentement face aux critiques du président français sur l'Alliance. Le propos est « très insultant » et « très très méchant », a soutenu Donald Trump, pour qui « personne n'a plus besoin de l'Otan que la France ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.