Les positions des séparatistes concernant le Rallye Africa Eco Race: des délires pathétiques (M.Bourita)    Centre hospitalier régional d'Al Hoceïma : le ministère de la Santé alerté par l'absence de 34 médecins    Chefchaoun : un incendie ravageur se déclare dans la forêt Sidi Abdelhamid    L'entraîneur Julen Lopetegui: Youssef En-Nesyri doit continuer à progresser    King Cup : Le but d'Abderrazak Hamdellah    La Grèce encourage le maréchal Haftar dans le processus de paix libyen    WEF: Que faut-il surveiller en 2020?    Brèves Internationales    Liban: L'impasse politique se poursuit    BCP veut déverrouiller le foncier aux TPME    Partenariat public-privé: Le projet de loi adopté en plénière    CAN Handball 2020 : le Maroc bat la Zambie    Apebi: Election du binôme Amine Zarouk-Mehdi Alaoui    Adel El Fakir : « Casablanca-Pékin aura un impact positif sur le tourisme marocain »    Bulletin météorologique spécial : temps froid, chute de neige et fortes rafales de vents à partir de dimanche    Maroc-Chine. De la culture pour faire du business    Une rupture épistémologique?    La Grèce qualifie le Plan d'autonomie d'approche sérieuse et crédible pour parvenir à une solution au Sahara    Entretiens maroco-onusiens sur la lutte contre le terrorisme    Nouveau coup dur pour le Polisario : Le Gabon et la Guinée-Conakry ouvrent ce vendredi leurs consulats généraux à Laâyoune et Dakhla    Boeing abattu en Iran: « le monde attend des réponses », avertit Ottawa    Destitution: Trump compte sur des républicains au garde-à-vous    Inauguration à Rabat de l'ambassade du Rwanda    Nasser Bourita : Les ingérences étrangères risquent d'impacter négativement le rétablissement de la stabilité en Libye    Clôture de la session parlementaire d'automne : le compte à rebours est lancé, le bilan s'annonce maigre    Le Conseil de gouvernement adopte deux projets de décrets relatifs aux indemnités des magistrats    Le PAM accuse le PJD d'avoir utilisé de l'argent public pour organiser une soirée en l'honneur de l'épouse d'El Othmani    Botola J-13: Avec le choc de haut de tableau RSB-RAJA    L'OCS force un précieux nul à Jeddah    Zemamra cartonne Berkane, le Raja corrige à Tanger    La CAN remet son manteau d'hiver pour 2021    Stress, confiance et communication, l'art d'être co-pilote    Rapprochement entre Bank Al-Maghrib et le Conseil de la Concurrence    Essaouira : SM le roi inaugure des projets hydrauliques    Al Karama. 35 MDH pour l'unité d'embouteillage de Kénitra    Des vidéos mises en ligne mènent à l'arrestation d'un chauffard…    Distinctions royales aux majors du Programme de lutte contre l'analphabétisme    Destruction de drogue et de produits de contrebande estimés à 190 millions de dirhams    Marrakech : Des voleurs de palmiers arrêtés en flagrant délit    Incendies en Australie: le secteur du tourisme va perdre des milliards de dollars    S.M le Roi visite "Bayt Dakira"    A Bangkok, les jeunes défient le pouvoir…    Dans la banlieue parisienne, la fierté de voir "Les Misérables" aux Oscars    Appel à la valorisation du patrimoine juif du Sud du Maroc    Kaws expose pour la première fois au Moyen-Orient    #LesYeuxOuVerts, l'expo écolo pensée pour reconstruire des écoles    Les Moroccan cultural Days démarrent à Londres    Des œuvres d'arts disparaissent du Parlement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le couteau sur la gorge pour les bons citoyens, le coup d'éponge pour les tricheurs !
Publié dans La Nouvelle Tribune le 05 - 12 - 2019

La mise en œuvre le 1er janvier prochain de la Loi de Finances marquera une injustice profonde envers des millions de nos concitoyens. En effet, elle contiendra des dispositions précises qui constituent des primes à la triche, à la fraude, à la dissimulation, fiscale et fiduciaire !
Des amnisties sont prévues pour ceux qui ont émis des chèques en bois, pour ceux qui détiennent indûment des avoirs à l'étranger, pour les entreprises en mal d'IS, d'IR et de TVA, sur leurs trois derniers exercices et pour tous ceux qui fuient les circuits bancaires et qui disposent de fonds sous leurs matelas, dans des coffres, etc.
Ces «offres alléchantes» pour tous ceux qui ne respectent pas la loi sont faites au moment mêmes où les autorités publiques nous tiennent le discours de l'équité et la justice fiscales pour tous !

Prime à la fraude
Ainsi, tous les bons citoyens qui s'acquittent volontairement de l'IR, toutes les entreprises qui se soumettent à l'IS, l'IR et la TVA, tous ceux qui prônent et pratiquent la transparence, sans pour autant être exonérés de contrôles fiscaux d'ailleurs, sont dans le faux…
Par contre, les magouilleurs et les margoulins, les seigneurs du black, les adeptes du chèque non provisionné, les proprios de villas ou appartements en dehors du territoire national, seront récompensés de leurs actes délictueux (au regard de la loi), par des coups d'éponges radicaux, ces fameuses amnisties, moyennant quelques cacahuètes versées dans les caisses de l'Etat !
Et, mieux encore, ou plutôt pire, «la réparation» de leurs méfaits n'est pas exigible immédiatement puisqu'ils bénéficieront d'un délai généreux de plusieurs mois, notamment jusqu'en octobre 2020 pour le rapatriement des avoirs à l'étranger.
Cette situation est proprement inadmissible et scandaleuse pour tous les autres Marocaines et Marocaines soumis à la règle générale.
Et, de surcroît, elle induit des situations proprement kafkaïennes pour ceux et celles qui, respectant les dispositions fiscales, n'en craignent pas moins les services du fisc dont les contrôles se terminent rarement par l'absolution…
Imaginez, par exemple, un pharmacien qui s'acquitte régulièrement de ses impôts et taxes et à qui l'on recommande néanmoins de souscrire aux amnisties précitées, sous peine de figurer sur une liste des «contributeurs douteux» parce qu'il n'aura pas versé son écot supplémentaire.
Sa première réaction est de s'insurger et de refuser de figurer sur la liste des fraudeurs. Sa seconde est de se plier et de payer pour éviter d'être blacklisté.
Mais, ce faisant il fera partie du lot des tricheurs et sera toujours susceptible d'un «retour de bâton» du fisc agissant en application de l'adage «qui a bu, boira»…
Savez-vous que des professions entières sont aujourd'hui dans le doute, l'indécision, portées par la PEUR ?
Au point qu'elles réunissent leurs instances collégiales pour discuter, avec les conseils de leurs fiscalistes, de la nécessité ou non de souscrire à ces amnisties, alors que, par principe elles sont transparentes ?
Imaginez également ce baron de l'informel, qui a pourtant pignon sur rue, qui achète et vend en dehors des circuits légaux, qui ignore la TVA et qui, en sus, planque son argent chez lui, refusant chèques et factures.
Donnera-t-il suite à la proposition d'amnistie qui lui est faite ? Probablement pas, parce que, par PEUR, il préfèrera poursuivre sa voie dans l'illégalité, à l'abri des regards inquisiteurs de la Direction des Impôts, en application de la règle des tricheurs, «pas vu, pas pris» !
Imaginez enfin ce gros possédant qui a mis «quelques sous» à l'extérieur et qui est sommé de rapatrier volontairement ces fonds moyennant une «amende» de 5%.
Le ferait-il en temps et heures voulues, c'est-à-dire avant le 30 octobre 2020 ou bien mettrait-il à profit ce délai de dix mois pour chercher d'autres paradis fiscaux comme Dubaï ou Singapour qui n'appliqueraient pas les dispositions internationales de transmission automatique des données financières pour les comptes non-résidents ?
L'Etat fabricant de fraudeurs ?
Nos responsables publics ont-ils réellement mesuré les conséquences de ces propositions d'amnisties envers toutes les catégories de tricheurs sur l'état d'esprit des citoyens et citoyennes lambda ?
Ont-ils perçu que les sentiments d'injustice, d'iniquité et d'indignation seront encore plus forts au 1er janvier prochain chez ces millions de contributeurs fiscaux honnêtes, ces millions de salariés prélevés à la source, qui comprendront encore plus que la Loi n'est pas la même pour tous et que les fraudeurs sont récompensés de leurs turpitudes tous les quatre ou cinq ans ?
La solution, que l'Etat connaît certainement, serait que la Loi, dans toute son amplitude, soit applicable et appliquée par tous, sans exception et que les services idoines, en l'occurrence le fisc, plutôt que de perdre du temps à traquer des peccadilles chez les entreprises fiscalisées ou les professions libérales globalement «réglo», envoie ses bataillons d'inspecteurs, libérés par les progrès du e-gov mis en place par la DGI, sur le front de la traque aux tricheurs patentés.
Grâce à la patente notamment, ceux-là sont connus, identifiés, mais intouchables jusqu'à présent.
Cela doit, impérativement, changer !
Dans le cas contraire, au lieu de mettre fin à ces pratiques frauduleuses, l'Etat, lui-même, fabriquera de nouveaux (sans doute par milliers), réfractaires à l'impôt, qui attendront patiemment, les prochaines amnisties, tandis que les indécrottables bons citoyens perdront encore plus confiance en l'Etat de droit !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.