Les positions des séparatistes concernant le Rallye Africa Eco Race: des délires pathétiques (M.Bourita)    Centre hospitalier régional d'Al Hoceïma : le ministère de la Santé alerté par l'absence de 34 médecins    Chefchaoun : un incendie ravageur se déclare dans la forêt Sidi Abdelhamid    L'entraîneur Julen Lopetegui: Youssef En-Nesyri doit continuer à progresser    King Cup : Le but d'Abderrazak Hamdellah    La Grèce encourage le maréchal Haftar dans le processus de paix libyen    WEF: Que faut-il surveiller en 2020?    Brèves Internationales    Liban: L'impasse politique se poursuit    BCP veut déverrouiller le foncier aux TPME    Partenariat public-privé: Le projet de loi adopté en plénière    CAN Handball 2020 : le Maroc bat la Zambie    Apebi: Election du binôme Amine Zarouk-Mehdi Alaoui    Adel El Fakir : « Casablanca-Pékin aura un impact positif sur le tourisme marocain »    Bulletin météorologique spécial : temps froid, chute de neige et fortes rafales de vents à partir de dimanche    Maroc-Chine. De la culture pour faire du business    Une rupture épistémologique?    La Grèce qualifie le Plan d'autonomie d'approche sérieuse et crédible pour parvenir à une solution au Sahara    Entretiens maroco-onusiens sur la lutte contre le terrorisme    Nouveau coup dur pour le Polisario : Le Gabon et la Guinée-Conakry ouvrent ce vendredi leurs consulats généraux à Laâyoune et Dakhla    Boeing abattu en Iran: « le monde attend des réponses », avertit Ottawa    Destitution: Trump compte sur des républicains au garde-à-vous    Inauguration à Rabat de l'ambassade du Rwanda    Nasser Bourita : Les ingérences étrangères risquent d'impacter négativement le rétablissement de la stabilité en Libye    Clôture de la session parlementaire d'automne : le compte à rebours est lancé, le bilan s'annonce maigre    Le Conseil de gouvernement adopte deux projets de décrets relatifs aux indemnités des magistrats    Le PAM accuse le PJD d'avoir utilisé de l'argent public pour organiser une soirée en l'honneur de l'épouse d'El Othmani    Botola J-13: Avec le choc de haut de tableau RSB-RAJA    L'OCS force un précieux nul à Jeddah    Zemamra cartonne Berkane, le Raja corrige à Tanger    La CAN remet son manteau d'hiver pour 2021    Stress, confiance et communication, l'art d'être co-pilote    Rapprochement entre Bank Al-Maghrib et le Conseil de la Concurrence    Essaouira : SM le roi inaugure des projets hydrauliques    Al Karama. 35 MDH pour l'unité d'embouteillage de Kénitra    Des vidéos mises en ligne mènent à l'arrestation d'un chauffard…    Distinctions royales aux majors du Programme de lutte contre l'analphabétisme    Destruction de drogue et de produits de contrebande estimés à 190 millions de dirhams    Marrakech : Des voleurs de palmiers arrêtés en flagrant délit    Incendies en Australie: le secteur du tourisme va perdre des milliards de dollars    S.M le Roi visite "Bayt Dakira"    A Bangkok, les jeunes défient le pouvoir…    Dans la banlieue parisienne, la fierté de voir "Les Misérables" aux Oscars    Appel à la valorisation du patrimoine juif du Sud du Maroc    Kaws expose pour la première fois au Moyen-Orient    #LesYeuxOuVerts, l'expo écolo pensée pour reconstruire des écoles    Les Moroccan cultural Days démarrent à Londres    Des œuvres d'arts disparaissent du Parlement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Etude: Ralentissement économique attendu dans près des deux tiers des villes du monde en 2020-21
Publié dans La Nouvelle Tribune le 06 - 12 - 2019

Sur les 900 principales villes du monde, près des deux tiers (586) vont connaître un ralentissement économique en 2020-2021 en raison essentiellement du commerce international, selon une étude d'Oxford Economics.
Dans le top 10 des plus grandes villes en terme de Produit intérieur brut, seule Londres fera exception avec une accélération de l'expansion attendue (+2,1% en 2020-2021 contre 1,5% en 2018-2019).
Paris verra sa croissance ralentir à 1,7% soit une baisse de 0,2 point de pourcentage.
« En France, Lyon était la star du pays en matière de performances plus tôt cette décennie mais sa croissance s'est également ralentie », écrivent les auteurs.
New York n'échappera pas non plus à la décélération avec une projection de 1,8% de croissance contre 2,2%.
– Commerce mondial –
« La raison principale est clairement le ralentissement du commerce mondial », écrivent les auteurs de l'étude, relevant que de nombreuses villes du monde ont d'importants secteurs manufacturiers.
Elles sont « donc directement affectées par le ralentissement de la croissance du commerce mondial », poursuivent-ils.
Dans certains cas, le ralentissement est plus marqué à l'échelle de la ville qu'à celle du pays quand le secteur manufacturier représente une part importante de l'économie municipale.
Les économistes citent ainsi l'exemple de Barcelone, en Espagne, où cette industrie représente 19% de l'économie locale. A Taipei (Taïwan), ce secteur compte même pour 23%.
Le ralentissement du secteur manufacturier n'explique cependant pas tout.
Le ralentissement du commerce international affecte en effet également la demande pour les services en particulier, les voyages ou les assurances, qui tendent à être concentrés dans les villes.
« De plus, il y a des impacts indirects du ralentissement sur les dépenses de consommation, via des réductions de salaires et de croissance de l'emploi », écrivent-ils.
S'agissant des difficultés du secteur manufacturier, elles ne s'expliquent pas seulement pas les tensions commerciales entre les Etats-Unis et ses partenaires qui affaiblissent les échanges dans le monde.
En Europe, certaines villes, abritant d'importantes usines de voitures, continuent par exemple de ressentir les effets de la mise en oeuvre en 2018 de nouvelles normes anti-polluantes. Elles doivent aussi s'adapter à l'évolution de la demande, les consommateurs se tournant davantage vers les voitures électriques ou hybrides.
D'autres villes, comme Sendai au Japon, connaissent, elles, des situations particulières: la période de reconstruction suivant des catastrophes naturelles est en voie d'achèvement.
En Amérique latine, les troubles politiques pèsent sur l'économie des villes. « Caracas est clairement la principale ville en grande détresse », commente Oxford Economics.
Aux Etats-Unis, San Jose, située dans la Silicon Valley, pourrait être la ville dont le ralentissement sera le plus marqué, avancent les auteurs de cette étude.
En Asie, la croissance des villes chinoises s'essoufflera elle aussi tandis que les villes indiennes sont en plein essor. Ho Chi Minh-Ville et Phnom Penh pourraient, elles, figurer également parmi les plus performantes pour les deux prochaines années.
« A l'horizon 2035, les villes asiatiques auront globalement dépassé les villes nord-américaines et européennes », résument les économistes. « Quatre villes chinoises feront partie du top 10, mais New York, Tokyo, Los Angeles et Londres resteront les plus grandes du monde en termes de PIB ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.