Didier Six,l'entraîneur de la Guinée: C'est vrai que le plus gros morceau, c'est le Maroc    Coupe du Monde 2022/ Eliminatoire Zone Afrique : Le calendrier des Lions    Qatar 2022 : Les Lions de l'Atlas connaissent leurs adversaires du 1er tour    (Live) Les PJDistes s'interrogent: Quelle place pour la "famille" dans les politiques publiques?    La situation économique du pays n'est pas faite pour rassurer les Marocains    Lamia Tazi nommée PDG du laboratoire pharmaceutique Sothema    L'artisanat, un miroir ondoyant mais luisant d'espoir aux mains de l'artisan    Les avocats de Trump veulent un acquittement "immédiat" à son procès en destitution    Venezuela: Pompeo annonce plus d'actions contre la "tyrannie" de Maduro    Poutine dépose ses propositions d'amendements à la Constitution    Forte participation au sommet Royaume-Uni-Afrique    Colloque sur le financement de l'économie nationale à la Chambre des représentants    La Chambre des conseillers s'ouvre aux ONG    Victoire contestée du Wydad à Safi    Coupe arabe U 20 : Le Maroc dans le groupe B    Session de formation sur l'arbitrage en sports collectifs    Les drones pourraient bientôt voler comme des oiseaux    Insolite : Le chat fugueur    Ces stars mariées à leur amour de jeunesse    Le caftan marocain brille de mille feux à Paris    Le patrimoine amazigh à l'honneur à Imintanoute    Forum national des créations de l'enfant à Fès    Sébastien Desabre reprend les rênes du Wydad de Casablanca    Jouahri insiste sur la nécessité d'améliorer la production de données économiques au Maroc    La coordination des enseignants contractuels annonce un nouveau programme de protestations    Faut-il craindre le nouveau virus chinois?    UK-Morocco Business Dialogue: Turbo sur la coopération !    Abyaba et l'Union des écrivains accordent leurs violons    Botola Pro D1 : Le fauteuil du leader n'est plus immunisé    Le président du Forum Crans Montana voit en Dakhla un laboratoire de développement pour l'Afrique    Maroc-GB, l'après Brexit a déjà commencé !    Lilia Zakraoui, signe sa première publication    L'ex-patron chinois d'Interpol condamné à treize ans de prison    Tanger Med : Plus de 65 millions de tonnes de marchandises traitées en 2019    Suite à la fin de la convention de la concession «Assiaqa Card» : M2M anticipe une baisse de ses résultats 2020    Forum de Davos. Entrée fracassante de Donald Trump et Greta Thunberg    Najate Limet: «Nous voulons sensibiliser des donateurs marocains»    Pearl Jam de retour avec un nouvel album    Le nombre de chômeurs dans le monde devrait repartir à la hausse    Venezuela: Reconnaître Guaido comme président, mais payer ses impôts à Maduro    La Bolivie retire sa reconnaissance de la "rasd"    Escroquerie financière et piratage de cartes de paiement électroniques : Quatre individus devant le parquet à Rabat    China's Mysterious New Virus Spreads Beyond the Epicenter    Le procès historique de Donald Trump entre dans le vif du sujet    Boeing ukrainien: l'Iran confirme le tir de deux missiles    Le patrimoine amazigh à l'honneur à Imintanoute    L'Inspecteur Général des FAR reçoit le DG de l'Etat-Major Militaire International de l'OTAN    Nouveau système d'évaluation du handicap, les précisions d'El Moussali    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Deuxième plainte de Huawei contre l'administration Trump
Publié dans La Nouvelle Tribune le 06 - 12 - 2019

Huawei a annoncé jeudi une deuxième procédure judiciaire contre l'administration américaine, qui a exclu le géant chinois des télécoms de certaines subventions au nom de la sécurité nationale.
En plein affrontement commercial, technologique et diplomatique entre Pékin et Washington, Huawei a dénoncé une décision « illégale » de la part de l'administration Trump, qui voit dans le leader mondial des équipements 5G un cheval de Troie du régime chinois.
« Huawei est une entreprise chinoise. C'est la seule excuse » de Washington pour poursuivre le groupe, a dénoncé devant la presse le chef des services juridiques du géant des télécoms, Song Liuping.
Lors d'une conférence de presse au siège du groupe à Shenzhen, dans le sud de la Chine, M. Song a annoncé le dépôt d'une plainte aux Etats-Unis contre sa mise à l'écart d'un fonds fédéral destiné à développer les infrastructures de télécommunications en zones rurales.
Huawei, ainsi que son compatriote ZTE, tous deux soupçonnés par Washington d'espionnage potentiel au profit de Pékin, ont été exclus le mois dernier d'un fonds de 8,5 milliards de dollars géré par la Federal Communications Commission (FCC).
Invoquant « une menace pour la sécurité nationale », la commission fédérale des communications a interdit aux opérateurs télécoms américains de recourir à son Fonds de service universel (USF) pour financer des équipements des deux entreprises chinoises.
Elle a également proposé « d'exiger des entreprises recevant des fonds de l'USF (…) qu'elles retirent et remplacent les équipements et services » qui auraient déjà été fournis par Huawei et ZTE.
Le président de la FCC, Ajit Pai, a justifié sa décision par le fait que Huawei et ZTE « ont des liens étroits avec le gouvernement communiste et l'appareil militaire chinois ».
– Liste noire –
Huawei, numéro deux mondial du téléphone portable, est au coeur de l'affrontement technologique entre les deux géants du Pacifique. Notamment parce que le groupe, fondé par un ancien ingénieur de l'armée chinoise, Ren Zhengfei, est considéré comme incontournable pour la fourniture des équipements 5G, la cinquième génération de l'internet mobile.
M. Song a estimé que la décision de la FCC n'établissait pas que l'entreprise chinoise constituerait une menace pour la sécurité des Etats-Unis.
« Bannir une entreprise comme Huawei, simplement parce que nous avons démarré en Chine, ne résout pas les questions de cybersécurité », a-t-il déclaré.
Huawei a déjà porté plainte en mars dernier aux Etats-Unis contre la loi de finances du ministère américain de la Défense, qui interdit aux administrations d'acheter des équipements ou services fournis par le géant chinois.
Le département du Commerce avait par ailleurs placé en mai Huawei et ses filiales sur une liste noire d'entreprises interdites de faire du commerce avec des sociétés américaines.
Un coup très dur pour Huawei, qui dépend de la technologie américaine pour ses smartphones, notamment le système d'exploitation Android de Google.
Mais dur aussi pour les entreprises américaines pour qui Huawei est un gros client, ou pour les opérateurs qui comptent sur ses équipements pour installer la 5G.
Résultat, l'administration Trump a indiqué le mois dernier avoir commencé à donner un feu vert spécifique à des entreprises américaines désireuses de fournir des composants à Huawei, mais uniquement à celles exportant des produits non sensibles sur le plan de la sécurité nationale.
Ce nouveau répit de 90 jours est le troisième depuis mai. Il est justifié par le département du Commerce par le fait qu'il faut continuer de desservir des zones rurales les plus reculées des Etats-Unis qui risquent d'être privées de technologie mobile.
ZTE a pour sa part frôlé la faillite l'année dernière après que des entreprises américaines ont été empêchées de lui vendre des composants vitaux en raison de ses relations avec l'Iran et la Corée du Nord. Donald Trump est ensuite revenu sur sa décision et a permis à ZTE de reprendre ses importations mais à de strictes conditions.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.