CGEM/DGI : Echange autour des dispositions de la Loi de Finances 2020    Botola: Le programme de la14 e journée    Turquie : un séisme fait au moins 21 morts dans l'est du pays    Syrie : plus de 38.000 déplacés en cinq jours dans le nord-ouest    La ministre espagnole des Affaires étrangères : le Maroc a le droit de délimiter son espace maritime    Le Maroc instaure le contrôle sanitaire aux ports et aéroports internationaux    Jamal Sellami: Nous sommes venus ici pour décrocher au moins un point    Hausse des exportations agro-alimentaires en 2019    Ajax : Tadic relativise l'importance du forfait de Ziyech    4ème Congrès du PAM : des pamistes toujours en quête d'un candidat rassembleur, proposent Mekki Zizi    Les enseignants contractuels reviennent à la charge    CGEM: Passation des pouvoirs entre Mohamed Bachiri et Chakib Alj    Ligue des Champions de la CAF : Le Wydad décroche son ticket pour les quarts    ONEE-TAQA : Prorogation du Contrat d'achat et de fourniture d'électricité de la centrale de Jorf Lasfar    Maroc-Espagne : Le « dialogue » pour résoudre le chevauchement des droits maritimes    L'ambassade du Maroc en Chine met en place une cellule de crise    Le nouvel Ambassadeur du Maroc au Liberia remet ses lettres de créance au Président Weah    Voici le temps qu'il fera ce samedi    Habib El Malki reçoit l'ambassadeur d'Autriche à Rabat    Thomas Reilly : Les progrès réalisés par le Maroc le placent en pole position en Afrique    La SIE change de positionnement    L'IFC octroie une enveloppe de 100 millions de dollars à la région de Casablanca-Settat    Le surfeur Boukhiam fier de représenter le Maroc, le monde arabe et l'Afrique aux JO 2020    La Bundesliga veut abaisser à 16 ans l'âge minimum pour jouer en pro    Rajoy, d'ex-chef du gouvernement à président de la fédération espagnole de football ?    La Chambre des représentants adopte une proposition et cinq projets de loi    En marge de l'ouverture à Laâyoune des consulats généraux de la RCA et de Sao Tomé    En recevant Merkel, Erdogan met en garde contre une propagation du chaos libyen    Paris au défi de convaincre le Pentagone de rester au Sahel    Arrêter de fumer 4 semaines avant une opération réduit le risque de complications    Insolite : Brève cavale    Des failles de sécurité constatées sur le navigateur web Safari    Piers Faccini, le maître de la complainte    Les vraies raisons de la perte de poids d'Adele    Bientôt, un musée Kylie Jenner    Zalar Agri réussit à lever 24 millions de dollars auprès de l'IFC    Irak : des milliers de manifestants réclament le départ des troupes américaines    Une publication en hommage posthume à Abdelkébir Khatibi    Brexit: Signature de l'accord à Bruxelles avant sa ratification par le Parlement européen    Adam de Maryam Touzani    Coronavirus : L'ambassade du Maroc en Chine suit la situation de près    Le Raja accroché à la veille de son départ en Tunisie    Proche-Orient: Trump promet son plan de paix dans les jours à venir    Indice de perception de la corruption 2019 : Le Maroc perd 7 places    «Sourtna», quand de jeunes photographes prennent d'assaut le Fort Rottenbourg    Le Souverain accorde une audience à l'archevêque de Rabat    Comment les étudiants voient leurs rêves s'éloigner    Cinéma : Adam, la force des femmes devant et derrière la caméra    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dernière ligne droite avant des élections britanniques décisives pour le Brexit
Publié dans La Nouvelle Tribune le 09 - 12 - 2019

Le Premier ministre britannique Boris Johnson et son adversaire travailliste Jeremy Corbyn entrent lundi dans la dernière ligne droite avant les élections anticipées de jeudi, dont l'issue décisive pour le Brexit va tracer le chemin du Royaume-Uni pour les décennies à venir.
Arrivé au pouvoir en juillet, le dirigeant conservateur a fait le pari de convoquer ces législatives pour mettre en oeuvre la sortie de l'Union européenne, pour laquelle les Britanniques ont voté à 52% il y a trois ans et demi mais qui a plongé le pays dans une profonde crise politique.
S'il est donné en tête des sondages, le contexte politique très agité rend l'issue incertaine et le scrutin s'annonce serré dans de nombreuses circonscriptions, poussant les partis à redoubler d'efforts dans les derniers jours de campagne.
Après avoir promis dimanche de se « battre pour chaque vote », Boris Johnson doit faire campagne lundi dans le nord du pays, pour y répéter que la seule manière de réaliser le Brexit est d'opter pour une majorité conservatrice. Il reste « trois jours pour sortir de l'impasse », doit-il déclarer lors d'un discours à Sunderland, ville qui abrite une usine géante du constructeur automobile japonais Nissan, selon des extraits diffusés par ses services.
« L'impact de cette élection se fera ressentir pour les décennies à venir », a-t-il encore souligné dans une lettre ouverte publiée par le Sunday Telegraph.
Boris Johnson espère décrocher la majorité qui lui a fait défaut pour pouvoir faire adopter par le Parlement l'accord de Brexit qu'il a négocié avec Bruxelles. Le leader conservateur de 55 ans promet qu'après trois reports du Brexit, le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 janvier.
– Fractures –
Sa prédécesseure Theresa May, qui avait également fait le pari de convoquer des élections en 2017 pour asseoir sa légitimité, était également donnée en tête dans les enquêtes d'opinion jusqu'au bout de la campagne. Elle n'avait finalement pas obtenu la majorité absolue à la Chambre des communes, plongeant encore plus son pays dans la crise.
Accusé de s'être dérobé à un redoutable intervieweur de la BBC qui voulait le cuisiner sur la confiance que les Britanniques peuvent accorder à un dirigeant épinglé pour de multiples mensonges, Boris Johnson se voit reprocher de nombreuses annonces biaisées: 40 nouveaux hôpitaux dont seuls six sont financés, effectifs supplémentaires dans la police qui ne viennent que compenser les précédentes suppressions…
Face à lui, le chef du parti travailliste Jeremy Corbyn, vétéran socialiste de 70 ans bien plus à gauche que ses prédécesseurs, mène une campagne radicale, promettant nationalisations et investissements massifs dans les services publics.
Pour guérir les fractures qui secouent le pays depuis trois ans, il veut renégocier un accord de sortie de l'Union européenne qui maintiendrait des liens étroits avec les 27, qu'il soumettrait à un nouveau référendum proposant comme alternative le maintien dans l'UE. Une position qui lui vaut d'être critiqué pour son manque de clarté.
Mais avec un parti libéral-démocrate dont la promesse d'annuler purement et simplement le Brexit suscite, selon les sondages, bien peu d'enthousiasme, le vote travailliste peut apparaître pour beaucoup comme le seul susceptible de permettre d'empêcher le Royaume-Uni de quitter l'Union européenne.
– Alliance –
Le camp du « leave », lui, est uni derrière Johnson, qui a reçu jeudi le ralliement de quatre eurodéputés du parti du Brexit de l'europhobe Nigel Farage, voyant le vote conservateur comme le seul moyen d'écarter le maintien dans l'Union européenne.
Malgré son retard dans les sondages, les espoirs de Jeremy Corbyn demeurent. Si les conservateurs échouent à obtenir la majorité, le leader travailliste pourrait remporter les clés du 10 Downing Street au gré d'une alliance avec les indépendantistes écossais du SNP, farouchement opposés au Brexit.
La campagne a vu resurgir les accusations d'antisémitisme au sein du Labour, au point que selon le Daily Mail, le centre Simon Wiesenthal a désigné dimanche Jeremy Corbyn comme la personne la plus antisémite de l'année, avertissant que le Royaume-Uni deviendrait un Etat « paria » s'il remportait les élections.
Le mois dernier, le grand rabbin du Royaume-Uni avait lancé une lourde charge contre Corbyn et son incapacité à éradiquer le « poison » de l'antisémitisme au sein de son parti, appelant les électeurs à « voter en conscience ».
Dans une campagne marquée, comme en 2017, par un attentat jihadiste meurtrier à London Bridge, le père de l'une des deux victimes a reproché à Boris Johnson de faire campagne sur la mort de son fils, engagé dans la réinsertion des détenus. Dans une série de tweets, David Merrit a appelé le Royaume-Uni à se « réveiller »: « cet homme est une escroquerie. C'est le pire d'entre nous et il vous promène ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.