Programme des principales rencontres du samedi 18 janvier    Les positions des séparatistes concernant le Rallye Africa Eco Race: des délires pathétiques (M.Bourita)    Centre hospitalier régional d'Al Hoceïma : le ministère de la Santé alerté par l'absence de 34 médecins    Ankara et Rabat ont 15 jours pour produire un ALE plus équilibré    Le groupe coréen "Hands" ouvre sa première unité de production africaine à Tanger    L'activité globale de la CCG en croissance de 23% en 2019    Insolite : Imiter Ghosn    Habib El Malki reçoit le secrétaire d'Etat rwandais chargé de la Communauté de l'Afrique de l'Est    Hommage à Noureddine Belhoucine    Le président de la Chambre des représentants s'entretient avec le ministre grec des Affaires étrangères    Cristiano Ronaldo : les secrets de sa forme insolente dévoilés !    Hicham Dekik : La sélection nationale fin prête pour la CAN de futsal à Laâyoune    Handball : Le CHAN à Laâyoune    Tant de dossiers à débattre et de relations à consolider    La forêt et le nouveau modèle de développement    Combien d'années de vie en bonne santé gagne-t-on en adoptant un mode de vie sain ?    Divers    Antonia Jiménez, rare femme dans le monde masculin de la guitare flamenca    YouTube diffusera une série documentaire sur Justin Bieber    Shakira est stressée à l'approche du Super Bowl    Liban: L'impasse politique se poursuit    Maroc/Turquie: Importations massives: Halte aux abus!    La Grèce encourage le maréchal Haftar dans le processus de paix libyen    WEF: Que faut-il surveiller en 2020?    Bulletin météorologique spécial : temps froid, chute de neige et fortes rafales de vents à partir de dimanche    Brèves Internationales    CAN Handball 2020 : le Maroc bat la Zambie    Le Sévillan Youssef En-Nesyri débutera par un choc face au Real    Clôture de la session parlementaire d'automne : le compte à rebours est lancé, le bilan s'annonce maigre    Le Conseil de gouvernement adopte deux projets de décrets relatifs aux indemnités des magistrats    Botola J-13: Avec le choc de haut de tableau RSB-RAJA    L'OCS réalise un pas en avant vers le carré d'Or    Le PAM accuse le PJD d'avoir utilisé de l'argent public pour organiser une soirée en l'honneur de l'épouse d'El Othmani    La BCP s'engage pour la TPE    La loi passe le cap de la 1ère Chambre    Boeing abattu en Iran: « le monde attend des réponses », avertit Ottawa    Amine Razouk et Mehdi Alaoui à la tête de l'Apebi    Arrestation d'un individu pour viol sur mineurs à El Jadida    Marrakech : Des voleurs de palmiers arrêtés en flagrant délit    Distinctions royales aux majors du Programme de lutte contre l'analphabétisme    Rapprochement entre Bank Al-Maghrib et le Conseil de la Concurrence    Sidi Slimane: Le gestionnaire délégué de la collecte des déchets ménagers se dote d'une convention collective    Le Sahara marocain «véritable trait d'union entre le Maroc et le reste de l'Afrique»    SM le Roi visite «Bayt Dakira» à la Médina d'Essaouira    Kaws expose pour la première fois au Moyen-Orient    #LesYeuxOuVerts, l'expo écolo pensée pour reconstruire des écoles    Les Moroccan cultural Days démarrent à Londres    Des œuvres d'arts disparaissent du Parlement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





En Algérie, une présidentielle dont la population ne veut pas
Publié dans La Nouvelle Tribune le 10 - 12 - 2019

Vent debout depuis neuf mois contre le pouvoir, les Algériens sont appelés à voter jeudi pour une présidentielle dont ils ne veulent pas, le scrutin étant perçu comme un moyen pour le régime de se régénérer.
Aucun sondage n'a été publié, mais les observateurs s'attendent à une abstention massive, dans un pays où elle était déjà chroniquement élevée au sein d'un régime politique jugé totalement figé.
Alors que la contestation populaire ne donne aucun signe d'essoufflement, le scrutin s'annonce comme « un fiasco total » en matière de participation, estime l'historienne Karima Dirèche, spécialiste du Maghreb contemporain.
Les bureaux de vote à l'étranger, ouverts depuis samedi, sont quasi-vides et les rares votants essuient les insultes et quolibets d'opposants au scrutin. « La diaspora est mobilisée contre les élections, or elle est traditionnellement conservatrice et proche du pouvoir », souligne Mme Dirèche, directrice de recherche au Centre national de recherche scientifique (CNRS).
Depuis le 22 février, le régime est massivement contesté par un mouvement (« Hirak ») inédit. Après avoir obtenu en avril la démission d'Abdelaziz Bouteflika, à la tête de l'Etat depuis 20 ans, le « Hirak » exige le démantèlement de l'ensemble du « système » politique au pouvoir depuis l'indépendance en 1962.
Pilier du régime, historiquement habitué aux coulisses, le haut commandement de l'armée assume ouvertement le pouvoir depuis la démission de M. Bouteflika.
Il s'obstine à vouloir rapidement élire un successeur afin de sortir de la crise politico-institutionnelle dans laquelle est plongé le pays. Et il a balayé les voies de « transition » proposées par l'opposition et la société civile pour réformer le régime, notamment sur la Constitution, qui a servi à légitimer le pouvoir d'Abdelaziz Bouteflika.
Faute de candidats, une présidentielle initialement prévue le 4 juillet avait dû être annulée et l'Algérie a depuis à sa tête un président par intérim effacé, Abdelkader Bensalah, dont le mandat légal a pris fin depuis cinq mois, et un gouvernement nommé par M. Bouteflika deux jours avant sa démission pour gérer les affaires courantes, avec à sa tête un fidèle, Noureddine Bedoui.
Dans la rue, les Algériens étaient exceptionnellement nombreux vendredi, dernier jour de mobilisation hebdomadaire avant le scrutin, pour scander leur refus de cette présidentielle. Et démentir les assertions du chef d'état-major de l'armée, le général Ahmed Gaïd Salah, lui aussi ex-soutien indéfectible du président Bouteflika, sur « l'élan populaire » suscité par l'élection.
– Enfants du « système » –
Les cinq candidats (Abdelaziz Belaïd, Ali Benflis, Abdelkader Bengrina, Azzedine Mihoubi et Abdelmajid Tebboune) ont vécu une campagne électorale –qui a pris fin dimanche à minuit– agitée et très compliquée, dans un climat de répression accrue.
Ils sont tous considérés comme des enfants du « système » pour leur rôle durant la présidence Bouteflika –deux ont été ses Premiers ministres et deux autres ses ministres– mais il leur est surtout reproché de servir de caution au régime en se présentant au scrutin.
Leurs meetings, aux entrées filtrées et sous forte protection policière, ont peiné à faire le plein, même dans des petites salles, et ils ont régulièrement été accueillis par des manifestations d'hostilité lors de leurs déplacements.
Après 20 ans de fraudes sous la présidence Bouteflika, les assurances du pouvoir –toujours aux mains d'anciens proches du président déchu– sur la « transparence » et la « sincérité » du scrutin n'ont pas convaincu, malgré une maigre retouche de la loi électorale transférant les prérogatives en matière d'organisation du ministère de l'Intérieur à une « Autorité indépendante ».
Le président qui sera élu « est d'ores et déjà discrédité. Il ne sera pas reconnu par l'opinion et aura un vrai problème de légitimité électorale », souligne Karima Dirèche, qui « voit le +Hirak+ comme une guerre d'usure » qui se poursuivra après l'élection.
Ce président élu « va être obligé de gouverner avec ce qu'a produit le +Hirak+, c'est à dire des oppositions et des contre-pouvoirs qui se sont structurés », assure l'historienne.
« L'armée veut s'assurer une continuité du pouvoir, comme celui-ci existait sous Bouteflika, mais c'est désormais impossible ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.