Didier Six,l'entraîneur de la Guinée: C'est vrai que le plus gros morceau, c'est le Maroc    Coupe du Monde 2022/ Eliminatoire Zone Afrique : Le calendrier des Lions    Qatar 2022 : Les Lions de l'Atlas connaissent leurs adversaires du 1er tour    (Live) Les PJDistes s'interrogent: Quelle place pour la "famille" dans les politiques publiques?    La situation économique du pays n'est pas faite pour rassurer les Marocains    Lamia Tazi nommée PDG du laboratoire pharmaceutique Sothema    L'artisanat, un miroir ondoyant mais luisant d'espoir aux mains de l'artisan    Les avocats de Trump veulent un acquittement "immédiat" à son procès en destitution    Venezuela: Pompeo annonce plus d'actions contre la "tyrannie" de Maduro    Poutine dépose ses propositions d'amendements à la Constitution    Forte participation au sommet Royaume-Uni-Afrique    Colloque sur le financement de l'économie nationale à la Chambre des représentants    La Chambre des conseillers s'ouvre aux ONG    Victoire contestée du Wydad à Safi    Coupe arabe U 20 : Le Maroc dans le groupe B    Session de formation sur l'arbitrage en sports collectifs    Les drones pourraient bientôt voler comme des oiseaux    Insolite : Le chat fugueur    Ces stars mariées à leur amour de jeunesse    Le caftan marocain brille de mille feux à Paris    Le patrimoine amazigh à l'honneur à Imintanoute    Forum national des créations de l'enfant à Fès    Sébastien Desabre reprend les rênes du Wydad de Casablanca    Jouahri insiste sur la nécessité d'améliorer la production de données économiques au Maroc    La coordination des enseignants contractuels annonce un nouveau programme de protestations    Faut-il craindre le nouveau virus chinois?    UK-Morocco Business Dialogue: Turbo sur la coopération !    Abyaba et l'Union des écrivains accordent leurs violons    Botola Pro D1 : Le fauteuil du leader n'est plus immunisé    Le président du Forum Crans Montana voit en Dakhla un laboratoire de développement pour l'Afrique    Maroc-GB, l'après Brexit a déjà commencé !    Lilia Zakraoui, signe sa première publication    L'ex-patron chinois d'Interpol condamné à treize ans de prison    Tanger Med : Plus de 65 millions de tonnes de marchandises traitées en 2019    Suite à la fin de la convention de la concession «Assiaqa Card» : M2M anticipe une baisse de ses résultats 2020    Forum de Davos. Entrée fracassante de Donald Trump et Greta Thunberg    Najate Limet: «Nous voulons sensibiliser des donateurs marocains»    Pearl Jam de retour avec un nouvel album    Le nombre de chômeurs dans le monde devrait repartir à la hausse    Venezuela: Reconnaître Guaido comme président, mais payer ses impôts à Maduro    La Bolivie retire sa reconnaissance de la "rasd"    Escroquerie financière et piratage de cartes de paiement électroniques : Quatre individus devant le parquet à Rabat    China's Mysterious New Virus Spreads Beyond the Epicenter    Le procès historique de Donald Trump entre dans le vif du sujet    Boeing ukrainien: l'Iran confirme le tir de deux missiles    Le patrimoine amazigh à l'honneur à Imintanoute    L'Inspecteur Général des FAR reçoit le DG de l'Etat-Major Militaire International de l'OTAN    Nouveau système d'évaluation du handicap, les précisions d'El Moussali    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Destitution: le vote préliminaire sur le renvoi de Trump en procès reporté à vendredi
Publié dans La Nouvelle Tribune le 13 - 12 - 2019

Après quatorze heures d'un débat houleux, les démocrates ont surpris en repoussant à vendredi matin l'adoption attendue en commission de l'acte d'accusation de Donald Trump, qui marquera une étape décisive avant le vote historique sur son probable renvoi en procès pour destitution.
« Tribunal fantoche », « dictateur »: Marquées par les déclarations outrées de républicains, les dernières minutes de ce débat fleuve ont, comme toute la procédure, reflété les profondes divisions des Américains sur le sujet.
Avec virulence, les élus de la commission judiciaire de la Chambre des représentants débattaient depuis la matinée des deux chefs d'inculpation retenus par les démocrates contre le président dans l'affaire ukrainienne: « Abus de pouvoir » et « entrave à la bonne marche du Congrès ».
Peu après 23H00, le chef démocrate de la commission a annoncé qu'il ajournait le débat jusqu'à vendredi 10H00 (15H00 GMT). Un vote est alors attendu sur chacun des chefs d'inculpation.
Il reviendra ensuite à la Chambre de voter sur ces textes lors d'une séance plénière, prévue mercredi selon des médias américains.
Comme chaque camp reste soudé, Donald Trump est quasi assuré d'être mis en accusation à la chambre basse, où les démocrates disposent d'une majorité confortable, puis acquitté au Sénat, contrôlé par les républicains, sans doute dès janvier.
Le chef de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, l'a d'ailleurs affirmé jeudi soir sur Fox News: « Il n'y a aucune chance que le président soit destitué ».
Sa mise en accusation au Congrès entachera néanmoins le bilan de Donald Trump et ternira sa campagne de réélection.
Avant lui, seuls deux présidents américains, Andrew Johnson en 1868 et Bill Clinton en 1998, ont vécu une telle épreuve. Mis en cause dans le scandale d'espionnage politique du « Watergate », le républicain Richard Nixon avait démissionné en 1974 pour éviter cet « impeachment ».
– « Au-dessus des lois » –
Lors du débat en commission, les républicains ont dénoncé une « mascarade » ou encore un « coup monté » contre le président.
« Personne n'est au-dessus des lois », ont rétorqué les démocrates. « Aucun président n'est censé être un dictateur aux Etats-Unis », a renchéri le chef de la commission, Jerry Nadler.
Donald Trump est dans la tourmente pour avoir demandé, cet été, à l'Ukraine d'enquêter sur le démocrate Joe Biden, bien placé pour l'affronter lors de la présidentielle de 2020, et sur les affaires de son fils Hunter dans ce pays.
Or, une aide militaire cruciale pour Kiev, en conflit armé avec la Russie, avait été bloquée quelques jours avant cette demande, sans explication.
De ces faits incontestés, démocrates et républicains tirent des conclusions aux antipodes.
Pour les premiers, Donald Trump a commis un « abus de pouvoir » à des fins personnelles, mettant en jeu l'intégrité des élections et la sécurité des Etats-Unis.
Les démocrates lui reprochent aussi d'avoir ensuite « entravé » le travail du Congrès en refusant de participer à leur enquête.
Jugeant la procédure « inconstitutionnelle », la Maison Blanche a en effet interdit à des conseillers du président de témoigner ou de fournir des documents réclamés par la Chambre.
– « Examen de conscience » –
Donald Trump et ses partisans jurent de leur côté qu'il n'y a eu « aucune pression » exercée sur l'Ukraine et que les demandes d'enquête étaient légitimes pour lutter contre des soupçons de « corruption ».
Selon eux, Hunter Biden a été employé par le groupe gazier ukrainien Burisma uniquement parce que son père était à l'époque vice-président des Etats-Unis.
Ces échanges n'ont pas échappé à Donald Trump, qui a tweeté ou retweeté plus de cent fois jeudi, un record, dont des dizaines de messages sur la procédure de destitution.
L'impact de cette procédure sur l'opinion est incertain, les Américains apparaissant divisés: 47,3% pour et 45,9% contre, selon la moyenne des sondages établie par le site FiveThirtyEight.
En annonçant l'ajournement jeudi soir, Jerry Nadler a affirmé qu'il voulait laisser le temps aux élus de « faire un examen de conscience avant de se prononcer ».
Furieux, les républicains l'ont accusé de les avoir trahis en modifiant par surprise le calendrier. Les démocrates ont répliqué que les républicains avaient tenté, en proposant une litanie d'amendements, de dissimuler ce vote embarrassant pour Donald Trump au milieu de la nuit.
« Nous voulons le faire en pleine lumière du jour », a expliqué un démocrate. « Les Américains méritent la vérité », a tweeté une autre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.