«Géopolitique d'un Roi»: Les liaisons incestueuses entre le Polisario et le terrorisme    Tourisme: Tanger consolide sa croissance grâce au TGV    Volkswagen offre 830 millions d'euros au profit de 400.000 clients    Bourse de Casa: la performance hebdomadaire (10-14 janvier) dans le vert    Botola Pro : classement et résultats de la 16ème journée    Fédération royale marocaine de basket-ball : une étape cruciale du plan d'urgence    La Tunisie dévoile son nouveau gouvernement    France: la ministre de la Santé a démissionné    Voici les prévisions météo pour la journée du lundi 17 février 2020    Coupe Mohammed VI : Al Ismaily bat le Raja    Safi : 12 individus arrêtés pour hooliganisme en marge du match OCS-Ittihad Jeddah    Les Tangérois Next Kids remportent la compétition nationale de robotique "First Lego League"    SIEL 2020 : le CNDH discute de la situation carcérale au Maroc    Le RCA affronte l'égyptien Al Ismaïli pour la demi-finale de la Coupe arabe Mohammed VI    Mohammed VI félicite le président lituanien    Le Roi Mohammed VI félicite le président lituanien à l'occasion de la fête nationale de son pays    Japon : le nombre de cas atteints de coronavirus sur le paquebot Diamond Princess grimpe à 355    Des roquettes s'abattent près de l'ambassade américaine à Bagdad    De rupture en échec    On n'arrête plus Youssef El Arabi (vidéo)    Marché des changes (février): le dirham s'apprécie face à l'euro    Raviver le potentiel du Souss Massa!    Pourquoi Ziyech est parfait pour Chelsea?    Coupe arabe Mohammed VI des clubs : L'Olympic de Safi quitte la compétition    Investissements : une mission d'affaires de Valence en prospection au Maroc, du 16 au 19 février    SM le Roi lance la nouvelle stratégie de développement agricole et forestier    Italie: le Sénat autorise le renvoi de Salvini devant la justice…    Algérie : une mobilisation populaire massive se prépare avant le 1er anniversaire du « Hirak »    Faiblesse du taux de la production éditoriale marocaine en langue amazighe!    Météo: les températures prévues au Maroc ce dimanche (villes)    Rabat nommée capitale africaine de la culture    Le Maroc isole le polisario sur les scènes africaine et internationale    Tunisie: Ennahdha a pris une décision    Afrique : Rabat désignée capitale africaine de la culture    Coronavirus: premier décès en France    Le Lac des Cygnes, un monument de danse classique à Rabat    La Cour européenne des droits de l'Homme disculpe Madrid    Fès intègre le réseau mondial des villes les plus engagées contre le sida    Divers    Mohamed Benabdelkader : La communication publique, une exigence démocratique et un impératif de bonne gestion    Driss Lachguar en visite au SIEL    Jennifer Lopez: La renaissance d'une icône    Sharon Stone évoque son expérience avec les sites de rencontres    Britney Spears en danger ?    Dans son nouveau recueil : La nouvelle, tout un art chez Abdellah Baïda    L'IRCAM et l'Académie de la langue arabe absorbée par le CNLCM    SIEL 2020 : Le CESE présente son rapport sur la promotion de la lecture au Maroc    Salvini, le chef de l'extrême droite italienne, touché mais pas coulé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Iran: Rohani dit vouloir éviter « la guerre », défend le dialogue
Publié dans La Nouvelle Tribune le 16 - 01 - 2020

Le président iranien Hassan Rohani a affirmé vendredi vouloir éviter la guerre après que Téhéran et Washington ont paru à deux doigts de l'affrontement militaire direct début janvier, pour la deuxième fois en moins d'un an.
A l'approche des législatives du 21 février, annoncées comme difficiles pour le camp modéré de M. Rohani, et dans un contexte de tensions croissantes entre Téhéran et les Occidentaux sur le programme nucléaire iranien, M. Rohani a déclaré également vouloir continuer de dialoguer avec le monde sur cette question.
« Le gouvernement travaille quotidiennement à empêcher un affrontement militaire ou la guerre », a-t-il dit dans un discours à la banque centrale.
Le 8 janvier, Téhéran a attaqué des cibles militaires américaines en Irak en représailles à l'élimination par Washington du général iranien Qassem Soleimani cinq jours plus tôt à Bagdad.
Selon M. Rohani, avec ces frappes ayant fait d'importants dégâts matériels, mais aucune victime selon les Etats-Unis, l'Iran a obtenu « la compensation militaire » voulue pour la mort de Soleimani, l'architecte de sa stratégie régionale.
– Meilleure gouvernance –
La tension entre les deux ennemis semble être retombée à la suite du drame du Boeing de Ukraine International Airlines (UIA), que l'Iran a abattu par erreur quelques heures après ces tirs de missiles, alors que la défense du pays était en alerte « guerre » par crainte d'une riposte américaine.
La tragédie a fait 176 morts, majoritairement Iraniens et Canadiens. Téhéran a présenté des excuses mais affirmé que le drame résultait de l' »aventurisme américain ».
Ottawa a reproché à la politique de M. Trump d'avoir contribué à l'escalade des tensions ayant mené au drame.
En juin 2019, déjà, les Etats-Unis et la République islamique avaient paru au bord de l'affrontement militaire direct après que Téhéran eut abattu un drone américain accusé d'avoir violé son espace aérien.
M. Trump avait alors affirmé avoir annulé des frappes de représailles à la dernière minute.
L'animosité entre Washington et Téhéran va grandissant depuis que la Maison Blanche a dénoncé en 2018 l'accord sur le nucléaire iranien conclu à Vienne en 2015, et rétabli des sanctions économiques contre Téhéran.
En Iran, le catastrophe aérienne a suscité l'indignation. M. Rohani a reconnu implicitement l'existence d'une crise de confiance envers les autorités.
De samedi à mercredi, des manifestations antipouvoir ont eu lieu chaque jour.
Concentrées surtout dans la capitale, elles sont apparues d'une ampleur nettement inférieure à la vague de contestation nationale de novembre contre la hausse du prix de l'essence, matée au prix d'une répression ayant fait au moins 300 morts, selon Amnesty International.
Tentant apparemment de reprendre la main sur le plan politique, M. Rohani a plaidé mercredi pour une meilleure gouvernance et davantage de pluralisme.
Jeudi, il a défendu sa politique d'ouverture internationale, sous le feu constant des critiques des ultraconservateurs, particulièrement virulents contre l'accord de Vienne.
« Bien sûr, c'est difficile », a-t-il reconnu, mais « les gens nous ont élu (pour) faire baisser la tension et l'animosité » entre la République islamique et le monde.
M. Rohani a tenu ces propos à la veille d'un discours attendu du guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, qui doit présider vendredi à Téhéran la grande prière hebdomadaire musulmane pour la première fois depuis 2012.
– « Tyran de cour de récréation » –
M. Khamenei répète régulièrement que les Occidentaux ne sont pas dignes de confiance et a interdit tout dialogue avec le gouvernement Trump.
Dans une phrase ambiguë semblant adressée aux ultraconservateurs, M. Rohani a affirmé que l' »enrichissement quotidien » d'uranium par l'Iran était aujourd'hui « supérieur à ce qu'il était avant » l'accord de Vienne.
En riposte au retrait américain de ce pacte, l'Iran s'est affranchi depuis mai de plusieurs points clef de ce texte qui limitait drastiquement ses activités nucléaires.
Berlin, Londres et Paris, les trois capitales européennes parties à l'accord, ont annoncé mardi avoir déclenché le mécanisme de règlement des différends (MRD) prévu par ce texte afin, selon elles, de contraindre Téhéran à revenir au respect de tous ses engagements.
Mais Berlin a confirmé jeudi une information du Washington Post selon laquelle les Etats-Unis avaient secrètement menacé d'imposer des taxes de 25% sur les automobiles européennes pour les forcer à activer le MRD.
Le ministre des Affaires étrangères iranien Mohammad Javad Zarif a accusé les Européens d'avoir sacrifié l'accord de Vienne sur l'autel de leurs intérêts économiques et d'avoir cédé au chantage d'un Trump, « tyran de cour de récréation ».
Selon l'Union européenne, M. Zarif a rencontré jeudi à Vienne le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, qui a pressé l'Iran de « préserver » l'accord de Vienne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.