Des installations du tramway de Casablanca sérieusement endommagées (PHOTOS)    Hamza monbb : des aveux mettent à mal les soeurs Batma    Tragique accident entre Marrakech et Imintanoute    Australie : le Maroc à l'honneur au Festival multiculturel de Canberra    Un conseiller du PJD arrêté à la frontière pour faux et usage de faux    Mutandis Auto réduit ses parts dans Immorente Invest    Coronavirus: les Marocains rapatriés de Wuhan ont quitté l'hôpital (VIDEO)    Paradis fiscaux: le Maroc peut mieux faire    PAM : des dirigeants du parti refusent de participer au bureau politique formé par Abdellatif Ouahbi    Lourde sanction contre les supporters de Dortmund    Crédit du Maroc dresse le bilan de son plan stratégique CAP 2020    Violence scolaire : Les nouvelles approches du ministère, selon Amzazi    Blocage de l'adoption du code pénal, la sèche mise au point de Ben Abdelkader    L'OMP organise une session de formation sur la protection des droits des détenus    Mehdi Lahlou : les banques islamiques ne sont aucunement différentes des banques classiques    Agadir : mise en échec d'une tentative de trafic de cigarettes et de tabac à narguilé    Une voiture interceptée à l'entrée de Salé    Equipementiers Une 4e usine pour TE Connectivity    L'autre guerre    Les Panafricaines alertent sur l'urgence climatique    Top mondial YouTube: Zouhair Bahaoui cartonne avec son nouveau clip (VIDEO)    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    Azilal : le parc jurassique ouvrira ses portes fin mars    Le Maroc prêt à apporter au Qatar tous les moyens humains et logistiques pour réussir le Mondial-2022 de football    Heureuse nouvelle pour Hamza Mendyl! (PHOTO)    Le mouvement de contestation populaire né il y a un an en Algérie cherche son second souffle    L'Allemagne renforce les mesures de sécurité après l'attentat raciste de Hanau    Dans le bagage des candidats à la Maison Blanche il y a aussi… des casseroles    Tout comme le patrimoine marocain en général : La judaica marocaine a souffert du pillage à travers le temps    Le Maroc, terre d'un patrimoine ancestral : Les trésors juifs de Casablanca    Adieu Abdeslam Alla    Le HCP note une baisse de 0,1% de l'indice des prix à la consommation    La déconstruction d'un mythe    Officiel: Badr Hari de retour sur le ring (VIDEO)    Transferts: Après Ziyech, Idrissi annoncé en Premier League?    U.E: Les «villes libres» réclament des subventions…    ONU : Omar Hilale briefe le Conseil de sécurité sur sa visite en RCA    Le coronavirus pourrait coûter jusqu'à 30 milliards de dollars au secteur aérien    Mohamed Benchaâboun: « Tous les indicateurs montrent que la dette marocaine est soutenable »    L'ambassadrice des Pays-Bas se félicite de l'intégration des MRE dans la société néérlandaise    Appel à la consécration d'une justice citoyenne    La Commission de la programmation n'en fait qu'à sa tête    Divers sportifs    Achraf Hakimi et son retour au Real Madrid    La Commission européenne salue les efforts du Royaume en matière de réformes fiscales    L'industrie du cinéma a été plus inclusive en 2019 que lors de la décennie précédente    Le CCM dévoile les jurys du 21ème Festival national du film de Tanger    L'espoir du rap Pop Smoke abattu chez lui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Libye: Accord international pour relancer les efforts de paix
Publié dans La Nouvelle Tribune le 20 - 01 - 2020

Les principaux pays concernés par le conflit en Libye ont promis dimanche de respecter un embargo sur les armes et de ne plus interférer dans ses affaires intérieures, pour tenter de ramener la paix dans ce pays déchiré par la guerre civile.
Toutefois, les conséquences de cet engagement pris lors d'un sommet international à Berlin sur le terrain, où règne une trêve des combats précaire entre les deux camps, restent incertaines: les deux rivaux directs, Fayez al-Sarraj, le chef du Gouvernement d'union nationale (GNA) reconnu par l'ONU à Tripoli, et son rival qui contrôle l'est libyen Khalifa Haftar, ont refusé de se rencontrer lors de la conférence sous l'égide de l'ONU.
Et le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a reconnu que si la conférence avait été « très utile », le fossé restait béant entre les deux hommes. « Il est clair qu'on n'a pas réussi pour l'instant à lancer un dialogue sérieux et stable entre eux », a-t-il déclaré à la presse à Berlin.
– « Petit pas » –
Tant M. Lavrov que la chancelière allemande Angela Merkel, hôte de la conférence, ont parlé d'un « petit pas en avant », tout en reconnaissant que beaucoup restait à faire pour parvenir à la paix.
Principale avancée de la réunion de Berlin, les dirigeants de onze pays, à commencer par la Russie et la Turquie qui jouent un rôle-clé en Libye, ont souligné dans une déclaration commune « qu'il n'y a pas de solution militaire au conflit », s'est félicité le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres.
« Tous les participants se sont engagés à renoncer à des interférences dans le conflit armé ou les affaires intérieures de la Libye », a indiqué M. Guterres, alors que la Turquie soutient militairement le GNA et que la Russie, malgré ses dénégations, est soupçonnée d'appuyer le maréchal Haftar, aux côtés de l'Egypte, de l'Arabie saoudite et des Emirats arabes unis.
Les participants ont aussi promis de respecter enfin l'embargo sur les livraisons d'armes à la Libye, décrété par l'ONU en 2011 mais resté largement lettre morte.
Depuis la reprise des combats entre camps rivaux en Libye en avril 2019, plus de 280 civils et 2.000 combattants ont été tués et, selon l'ONU, plus de 170.000 habitants ont été déplacés. Le pays est dans le chaos et miné par les violences et les luttes de pouvoir depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011.
Le chef de l'Etat français Emmanuel Macron, soupçonné par ses alliés européens de faire bande à part en soutenant le maréchal Haftar, a demandé lui l'arrêt de l'envoi de miliciens syriens pro-turcs et de militaires turcs pour soutenir le GNA.
– « Vive inquiétude » –
« Je dois vous dire la vive inquiétude que m'inspire l'arrivée de combattants syriens et étrangers dans la ville de Tripoli, il faut que cela cesse », a-t-il affirmé.
L'ONU espère surtout que cette conférence renforcera la trêve entrée en vigueur le 12 janvier à l'initiative de la Russie et la Turquie.
Une rencontre entre représentants militaires des deux camps devrait pouvoir se tenir « dans les prochains jours » selon l'ONU pour transformer cette accalmie en cessez-le-feu « permanent », comme les participants au sommet de Berlin l'ont appelé de leurs vœux.
Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a parlé de « progrès » faits à Berlin vers « un cessez-le-feu complet », même « s'il reste des questions » sur la capacité de la communauté internationale à en vérifier la réalité.
Pour Emadeddin Badi, expert au Middle East Institute, le résultat du sommet est plutôt « décevant », compte tenu « de l'importance des dirigeants » présents.
Les cours du pétrole étaient en hausse lundi après-midi, de plus de 1% sur les marchés asiatiques, du fait de l'inquiétude pour l'offre provoquée par le blocage des principaux terminaux pétroliers de l'Est de la Libye par les forces pro-Haftar.
– Force internationale ? –
Des escarmouches sont signalées presque quotidiennement, y compris le jour du sommet au sud de Tripoli. Et le camp Haftar a bloqué les exportations de pétrole libyennes, seule véritable source de revenus du pays, à la veille du sommet de Berlin.
Dans ce contexte, le chef du GNA a demandé dimanche l'envoi dans son pays d'une « force militaire internationale » sous l'égide de l'ONU.
Elle aurait pour mission de « protéger la population civile », a-t-il dit, faisant écho à des propos similaires cette semaine du chef de la diplomatie européenne Josep Borrell.
Plusieurs dirigeants, notamment les chefs de gouvernement italien et britannique, se sont dits ouverts dimanche à l'idée de l'envoi d'une mission internationale, voire d'une force, pour aider à garantir un cessez-le-feu, une fois qu'il aura été agréé entre les deux camps.
Les pays de l'UE doivent commencer à débattre lundi à Bruxelles d'une contribution dans ce domaine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.