Programme Intelaka: Mieux couvrir le périurbain et le rural    Cuir: «La menace turque ne fait pas peur!»    Wikileaks: Les enjeux du procès de Julian Assange    Brèves Internationales    Coronavirus/Maroc: les dernières précisions du ministère    Les notaires se disent "ouverts" à un dialogue avec le gouvernement sur les honoraires    Insolite : Défi original    Mohamed Benabdelkader : Aucun nouveau cas de spoliation foncière n'a été enregistré    Colloque à la Chambre des représentants sur le thème de "La démocratie participative entre problématiques actuelles et perspectives de développement"    Rabat et Mexico conviennent de créer une plateforme de coopération parlementaire    Moubarak, l'autocrate déchu à l'image corrompue    Sous le feu de ses rivaux démocrates Sanders se pose en rempart à Trump    La détention de l'éditeur suédois Gui Minhai perturbe les relations entre la Chine et la Suède    En vidéo: Les obsèques de l'ancien président égyptien Hosni Moubarak    Tunisie : vote de confiance attendu pour le nouveau gouvernement    Soufiane El Bakkali vise l'or aux JO de Tokyo    Rabat se prépare à la 13ème édition de la Course féminine de la victoire    Le MAT et l'OCS accrochés El Guisser voit rouge    Les syndicats en mal de syndiqués    Le coronavirus se répand dans le monde mais tue moins en Chine    Manger gras et sucré dérègle le cerveau en à peine une semaine    Le calvaire des mères célibataires    "Chi wqat", nouveau titre de Khaoula Moujahid    Le streaming continue de stimuler l'industrie musicale    Nouvelle édition du Salon régional du livre et de l'édition à Laâyoune    Coronavirus : l'Iran accuse les Etats-Unis de répandre « la peur »    Virgin Galactic : près de 8.000 personnes sur la liste d'attente des voyages dans l'espace    Maria Sharapova annonce sa retraite    Champions League: le Wydad et le Raja dans une mauvaise passe    Cinq boxeurs marocains en demi-finales du Tournoi pré-olympique de Dakar    5ème Festival du livre de Marrakech : Leïla Slimani invitée d'honneur    «Chi wqat» : Nouveau titre de Khaoula Moujahid et Abdelilah Arraf    Mutandis Auto réduit ses parts dans Immorente Invest    Zina Daoudia se défend après ses propos en Arabie Saoudite (VIDEO)    «30 Melyoun» cartonne au cinéma    Basket-ball : La NBA s'invite en Afrique    Zouhair Feddal sur le point de rejoindre ce club    Abdelouahed Radi: “J'étais un disciple de Mehdi Ben Barka” (VIDEO)    Volvo Cars appelle à lutter contre les inégalités en matière de sécurité routière    Agadir, ce n'est pas si mauvais que cela!    La JS tire la sonnette d'alarme sur l'approfondissement de la perte de confiance    Les notaires « ouverts » à un dialogue avec le gouvernement sur leurs honoraires    Matinées de l'industrie : M. Elalamy met le cap sur la production décarbonée    Salé sous le choc après un parricide    Coronavirus : Tanger Med muscle les contrôles    Suite aux mouvements de grève annoncés pour mars prochain : Le ministère de l'éducation suspend le dialogue avec les enseignants    Les efforts du Maroc en matière de lutte contre la torture mis en relief à Genève    3e édition de l'Afrique du Rire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Espagne: l'ex-chef de la police catalane sur le banc des accusés
Publié dans La Nouvelle Tribune le 20 - 01 - 2020

Après le procès historique des dirigeants indépendantistes catalans, c'est au tour de l'ex-chef de la police catalane d'être jugé en Espagne à partir de lundi pour son rôle dans la tentative de sécession de la Catalogne en 2017.
Ancien chef des Mossos d'Esquadra, Josep Lluis Trapero, est accusé de rébellion par le parquet, qui réclame 11 ans de prison à son encontre. Le procès débute à 10H00 (9H00 GMT) devant le haut tribunal de l'Audience Nationale à San Fernando de Henares, près de Madrid.
Deux autres responsables de la police et du ministère catalan de l'Intérieur, Pere Soler y César Puig, sont également accusés de rébellion et risquent aussi 11 ans. La quatrième accusée, Teresa Laplana, un officier, est accusée de sédition et risque quatre ans.
Ce procès s'ouvre trois mois après la condamnation le 14 octobre à de lourdes peines de prison de neuf dirigeants indépendantistes. Elle avait entraîné des manifestations parfois violentes dans la riche région du nord-est, maintenue en ébullition depuis dix ans par les séparatistes.
Dans un précédent qui pourrait bénéficier à M. Trapero, la Cour suprême avait écarté le chef d'accusation de rébellion contre ces neuf dirigeants, et opté pour celui de sédition, passible de peines moins lourdes.
– Police catalane passive –
Les audiences doivent durer jusqu'au 19 mars. Certains des dirigeants indépendantistes en prison ont été appelés à témoigner.
Le tribunal se penchera sur le rôle des Mossos en 2017, année où les indépendantistes, au pouvoir en Catalogne, organisèrent un référendum d'autodétermination pourtant interdit par la justice avant de proclamer en vain une république catalane indépendante.
La justice reproche à la police régionale sa « passivité totale » à l'heure d'empêcher ce référendum, émaillé de violences de la part des forces de l'ordre nationales.
Des accusations dont se défend M. Trapero qui avait affirmé, lors du procès des dirigeants indépendantistes, que le dispositif mis en place par les Mossos « n'avait aucunement pour intention de faciliter le référendum ».
Prenant ses distances avec les anciens dirigeants catalans, dont il a dénoncé l' »irresponsabilité », il avait en outre assuré que ses troupes s'étaient tenues prêtes à arrêter l'ancien président catalan Carles Puigdemont si l'ordre leur en avait été donné. Ce dernier a fui en Belgique pour échapper aux poursuites après l'échec de la tentative de sécession.
Dès la déclaration d'indépendance, Madrid avait démis le gouvernement catalan et M. Trapero, dissous le parlement régional et suspendu l'autonomie de la région.
Deux mois plus tôt, le chef des Mossos faisait figure de héros pour avoir capturé les auteurs d'attentats, revendiqués par l'organisation de l'Etat islamique, qui avaient 16 morts en Catalogne.
– Changement de ton gouvernemental –
Ce nouveau procès sur la tentative de sécession de 2017 coïncide à une semaine près avec la prise de fonction, le lundi précédent, du nouveau gouvernement de Pedro Sanchez. Celui-ci doit sa reconduction au pouvoir à l'appui d'une partie des séparatistes catalans.
En échange de cet appui, le socialiste a promis la mise en place d'une négociation destinée à trouver une solution au « conflit politique » en Catalogne et a affiché sa volonté d'arrêter d'attaquer systématiquement en justice les initiatives des séparatistes catalans; comme l'avait fait jusqu'ici le gouvernement central.
Dans ce contexte, Sanchez va faire nommer son ancienne ministre de la Justice, Dolores Delgado, à la tête du parquet général. L'institution pourra avoir de l'influence dans les affaires en cours, dont un autre procès à venir contre des membres du bureau du parlement catalan, et dans l'éventuelle obtention par les séparatistes emprisonnés de régimes de semi-liberté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.