Des installations du tramway de Casablanca sérieusement endommagées (PHOTOS)    Hamza monbb : des aveux mettent à mal les soeurs Batma    Tragique accident entre Marrakech et Imintanoute    Australie : le Maroc à l'honneur au Festival multiculturel de Canberra    Un conseiller du PJD arrêté à la frontière pour faux et usage de faux    Mutandis Auto réduit ses parts dans Immorente Invest    Coronavirus: les Marocains rapatriés de Wuhan ont quitté l'hôpital (VIDEO)    Paradis fiscaux: le Maroc peut mieux faire    PAM : des dirigeants du parti refusent de participer au bureau politique formé par Abdellatif Ouahbi    Lourde sanction contre les supporters de Dortmund    Crédit du Maroc dresse le bilan de son plan stratégique CAP 2020    Violence scolaire : Les nouvelles approches du ministère, selon Amzazi    Blocage de l'adoption du code pénal, la sèche mise au point de Ben Abdelkader    L'OMP organise une session de formation sur la protection des droits des détenus    Mehdi Lahlou : les banques islamiques ne sont aucunement différentes des banques classiques    Agadir : mise en échec d'une tentative de trafic de cigarettes et de tabac à narguilé    Une voiture interceptée à l'entrée de Salé    Equipementiers Une 4e usine pour TE Connectivity    L'autre guerre    Les Panafricaines alertent sur l'urgence climatique    Top mondial YouTube: Zouhair Bahaoui cartonne avec son nouveau clip (VIDEO)    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    Azilal : le parc jurassique ouvrira ses portes fin mars    Le Maroc prêt à apporter au Qatar tous les moyens humains et logistiques pour réussir le Mondial-2022 de football    Heureuse nouvelle pour Hamza Mendyl! (PHOTO)    Le mouvement de contestation populaire né il y a un an en Algérie cherche son second souffle    L'Allemagne renforce les mesures de sécurité après l'attentat raciste de Hanau    Dans le bagage des candidats à la Maison Blanche il y a aussi… des casseroles    Tout comme le patrimoine marocain en général : La judaica marocaine a souffert du pillage à travers le temps    Le Maroc, terre d'un patrimoine ancestral : Les trésors juifs de Casablanca    Adieu Abdeslam Alla    Le HCP note une baisse de 0,1% de l'indice des prix à la consommation    La déconstruction d'un mythe    Officiel: Badr Hari de retour sur le ring (VIDEO)    Transferts: Après Ziyech, Idrissi annoncé en Premier League?    U.E: Les «villes libres» réclament des subventions…    ONU : Omar Hilale briefe le Conseil de sécurité sur sa visite en RCA    Le coronavirus pourrait coûter jusqu'à 30 milliards de dollars au secteur aérien    Mohamed Benchaâboun: « Tous les indicateurs montrent que la dette marocaine est soutenable »    L'ambassadrice des Pays-Bas se félicite de l'intégration des MRE dans la société néérlandaise    Appel à la consécration d'une justice citoyenne    La Commission de la programmation n'en fait qu'à sa tête    Divers sportifs    Achraf Hakimi et son retour au Real Madrid    La Commission européenne salue les efforts du Royaume en matière de réformes fiscales    L'industrie du cinéma a été plus inclusive en 2019 que lors de la décennie précédente    Le CCM dévoile les jurys du 21ème Festival national du film de Tanger    L'espoir du rap Pop Smoke abattu chez lui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pour 2020, le FMI prédit une « reprise poussive » de la croissance mondiale
Publié dans La Nouvelle Tribune le 20 - 01 - 2020

La signature de l'accord commercial sino-américain est une bouffée d'oxygène pour l'économie mondiale, dont la croissance va rebondir cette année. Mais la reprise sera « poussive » et fragilisée par la persistance de risques géopolitiques, a prévenu lundi le FMI devant l'élite économique mondiale à Davos.
Le Fonds monétaire international s'est montré moins optimiste qu'en octobre dans ses dernières prévisions de croissance mondiale publiées lundi, tablant désormais sur 3,3% cette année et 3,4% l'an prochain (-0,1 point et -0,2 point respectivement).
Mais c'est bien mieux que l'an passé quand, sous l'effet de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine, la hausse du volume du commerce international avait fondu (+1% après 3% en 2018) et fait tomber la croissance de la planète à 2,9%, son plus faible niveau depuis la crise financière.
« Après un ralentissement synchronisé en 2019, nous nous attendons à une reprise modérée de la croissance mondiale cette année et l'année prochaine », a commenté la directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva, lors d'une conférence de presse. Mais « nous ne sommes pas encore sortis d'affaire », a-t-elle ajouté à la veille de l'ouverture du 50e Forum économique mondial à Davos, en Suisse.
La reprise est freinée par exemple par de « mauvaises nouvelles » venues d'Inde qui souffre entre autres du déclin de la consommation, des investissements, des déficits budgétaires et des retards pris dans les réformes structurelles.
De plus, dans d'autres pays, les économies sont secouées par une profonde contestation de la rue.
Au Chili, des manifestations d'étudiants contre une hausse du prix du ticket de métro en octobre se sont muées en une révolte d'ampleur inédite depuis la fin de la dictature du général Augusto Pinochet (1973-1990).
L'ONG Oxfam a à cet égard dénoncé lundi, dans son rapport annuel sur les inégalités mondiales, la concentration grandissante des richesses: selon ses calculs, les 2.153 milliardaires du globe détiennent désormais plus d'argent que les 4,6 milliards les plus pauvres de la planète.
Ces inégalités « sont au coeur de fractures et de conflits sociaux partout dans le monde », a estimé Pauline Leclère, porte-parole d'Oxfam France, dans un communiqué.
– Risques climatiques –
Autre obstacle à la croissance selon le FMI: le regain de tensions géopolitiques, notamment entre les Etats-Unis et l'Iran, pourrait perturber l'approvisionnement mondial en pétrole, nuire au moral et affaiblir les investissements commerciaux déjà timides.
Sur le front du commerce international, la trêve entre Washington et Pékin, scellée la semaine dernière par la signature d'un accord bilatéral, ne résout pas tout.
Il va certes stimuler la croissance de la Chine cette année. Le FMI table désormais sur une hausse de 6%, soit 0,2 point de plus que l'estimation d'octobre.
Les Etats-Unis profiteront eux aussi de cet accord qui va doper leurs exportations de produits agricoles, industrielles et du secteur de l'énergie.
Mais l'expansion s'essouffle. La croissance du PIB américain va ralentir à 2% (-0,1 point) après 2,3% l'an passé, les effets de la réforme fiscale s'estompant.
Pour autant, la première puissance au monde va continuer de faire la course en tête des pays avancés, bien loin des pays de la zone euro (+1,3%) et du Japon (+0,7%).
Les pays émergents et en développement vont s'accroître, eux, de 4,4% après 3,7% en 2019.
Le volume du commerce international, qui a porté la reprise après la récession mondiale, va se reprendre cette année (+2,9% contre 1% l'an passé).
Mais l'augmentation sera inférieure à celle estimée en octobre et loin des 3,7% enregistrés en 2018.
Sur une note plus positive, des facteurs temporaires qui avaient ralenti la production mondiale tels que les adaptations du secteur automobile aux nouvelles normes d'émissions semblent s'estomper.
Reste que toutes ces projections « dépendent dans une large mesure de la capacité (des dirigeants) à éviter une nouvelle escalade des tensions commerciales américano-chinoises (…), à éviter un Brexit sans accord et les ramifications économiques des troubles sociaux et des tensions géopolitiques », prévient l'institution de Washington.
Le cas échéant, la reprise pourrait être sérieusement entamée, souligne le FMI à l'entame du Forum de Davos, qui devrait voir cette année nombre de discussions tourner autour de l'urgence climatique et des désordres mondiaux avec en invités vedettes de sa première journée, mardi, le président américain Donald Trump et la militante du climat Greta Thunberg.
Aux Etats, la directrice du FMI a donné deux conseils: « continuer à faire ce qui marche », à savoir les politiques monétaires accommodantes, et « se concentrer sur ce qui peut doper la croissance », avec des mesures budgétaires et des réformes économiques et financières plus poussées.
Pour Mme Georgieva, les responsables devraient notamment renforcer les efforts destinés à mieux résister aux risques pesant sur le système financier et aux risques climatiques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.