Sahara marocain: un haut responsable nippon réitère la position claire de son pays    «Agadir Souss-Massa Aménagement» tient son conseil d'administration    CIFP : Les administrations publiques face au défi de la culture digitale    Face au virus, Taïwan mise sur des mascottes et une communication apaisée    Affaire «Hamza monbb»: Saida Charaf répond aux rumeurs    Rémi Bonhomme, nouveau directeur artistique du FIFM    Rabat désignée capitale africaine de la culture    Résultats financiers : Une année 2019 au vert pour Mutandis    Syrie : le régime de Damas reprend le contrôle de « près de 30 villages et localités » entourant la ville d'Alep    L'OPM et le Yacobson Ballet s'accordent pour «Le Lac des Cygnes»    Festival du film d'animation de Meknès : Bruno Coulais présidera le jury    Météo: ce qui est prévu à partir du mardi au Maroc    Mais quelle mouche a piqué El Moutaraji    «Le contexte réglementaire a de nouveau frappé avec la Lydec»    Le prétendu «intergroupe» du PE et les balivernes de l'APS    16ème journée de la Botola Pro D1 : Le Wydad rate le coche, la RSB refuse le cadeau gadiri et le MCO continue de presser    Sport équestre : Le concours national de saut d'obstacles s'invite à Béni Mellal    Coupe arabe Mohammed VI des clubs : L'OCS quitte la compétition la tête haute    Pros marocains d'Europe    Panique à bord d'un vol Oujda-Bruxelles (VIDEO)    Tramway de Rabat: le nombre de passagers depuis sa mise en service    La DTFE dévoile le classement 2019 des banques IVT les plus actives sur le marché des BDT    Maroc Telecom signe une bonne année 2019    Coupe Mohammed VI des clubs : le Raja s'incline en Egypte au match aller    Intelligence artificielle : l'UE va actualiser son logiciel    «Urgence climatique, les médias africains acteurs du changement»    Mohamed Benabdelkader inaugure le siège du tribunal de première instance de Tinghir    Etats-Unis: un « parrain de la désinformation » se joue des conservateurs    Le Burkina Faso décide d'ouvrir un consulat général à Dakhla    Le coronavirus pourrait avoir un impact négatif sur la croissance en 2020, selon le FMI    Huawei représente une menace pour l'Otan, selon Washington    SIEL 2020 : Près de 500 000 visiteurs, selon Abyaba    Le livre d'art n'a pas le vent en poupe!    L'Agence Bayt Mal Alqods Acharif sensibilise les élèves aux "Couleurs d'Al Aqsa" au SIEL    Al Jayl Al Akhdar projette l'agriculture marocaine en 2030    Le Maroc dans l'opinion publique espagnole : Imaginaire, préjugés et stéréotypes    La province de Midelt, ébranlée par deux secousses sismiques    De retour en Afrique du Sud, Miss Univers "inspire" les jeunes Noires    Deux romans de Loubna Serraj et Valérie Morales-Attias font escale au Salon du livre    Cameroun : 22 civils tués dans une nouvelle attaque    La terre a tremblé dans plusieurs villes du Maroc, des répliques attendues    Point de vue : Campagne «Sois jeune, sois civique !»    En Algérie, des milliers de personnes ont défilé à Kherrata, berceau de la contestation    Clôture de la 6ème édition du raid solidaire "Sahraouiya"    Aéroport Mohammed V : 4,75 kg de drogues extraits des intestins de six ressortissants ivoiriens    L'AS FAR sanctionnée de quatre matchs à huis clos    La police d'Agadir fait tomber un trafiquant de Chira    Un chauffe-eau défectueux fait 3 victimes à Fès    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le procès historique de Donald Trump entre dans le vif du sujet
Publié dans La Nouvelle Tribune le 21 - 01 - 2020

Le procès historique de Donald Trump entre mardi dans le vif du sujet au Sénat américain où s'affrontent deux camps irréductibles: l'opposition démocrate qui réclame la destitution du président des Etats-Unis, et la majorité républicaine déterminée à l'acquitter, si possible au pas de course.
Quatre mois après le début de l'affaire ukrainienne qui empoisonne la fin du premier mandat du républicain, et à moins de dix mois de l'élection présidentielle à laquelle il compte en briguer un second, les cent sénateurs vont se retrouver à 13H00 (18H00 GMT) sous la présidence du chef de la Cour suprême John Roberts.
La tâche de ces élus qui ont prêté serment jeudi en tant que jurés lors de l'ouverture formelle du procès: déterminer si Donald Trump est bien coupable d'abus de pouvoir et d'entrave au travail du Congrès, comme le décrit l'acte d'accusation adopté en décembre par la Chambre des représentants.
Le rendez-vous s'annonce d'autant plus grave et solennel qu'il s'agit seulement du troisième procès en destitution d'un président américain, après Andrew Johnson en 1868 et Bill Clinton en 1999.
Donald Trump sera physiquement absent des audiences au Sénat et y sera représenté par une équipe d'avocats. Au moment des premières joutes, il aura prononcé un premier discours au Forum économique mondial de Davos, où il retrouve pour deux jours le gotha de la politique et de l'économie mondiales.
Au coeur du scandale: un coup de téléphone en juillet au cours duquel le président américain demandait à son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky d'enquêter sur Joe Biden, son adversaire démocrate potentiel à la présidentielle de novembre.
Les démocrates, majoritaires à la Chambre qui a mené l'enquête, accusent l'ex-magnat de l'immobilier d'avoir exercé un chantage sur Kiev: vous lancez l'enquête, ou nous bloquons une aide militaire cruciale.
– « Rien fait de mal » –
« Le président n'a rien fait de mal », répondent les avocats de Donald Trump dans leur argumentaire de 110 pages soumis lundi au Sénat.
C'est la ligne de défense de l'ex-homme d'affaires new-yorkais âgé de 73 ans, qui enchaîne les provocations et aime casser les codes politiques. Depuis des mois, il fustige une « chasse aux sorcières » et affirme que son coup de fil était « parfait ».
Dénonçant un « processus truqué » qui a abouti à « une perversion dangereuse de la Consitution », ses avocats ont estimé que les chefs d'accusation adoptés avec les seules voix démocrates n'étaient pas passibles de destitution car « ils ne comportent aucun crime ou violation de la loi ».
L'équipe juridique de la Maison Blanche, qui a recruté quelques vedettes des prétoires comme l'ex-procureur Kenneth Starr qui tenta de faire tomber Bill Clinton dans l'affaire Lewinsky, a d'ailleurs appelé le Sénat à « acquitter immédiatement » le 45e président des Etats-Unis.
Pour les démocrates chargés de porter l'accusation lors du procès, Donald Trump affirme ainsi « que le Sénat ne peut pas le destituer même si les accusations contre lui sont prouvées ».
– « Tiercé de fauts constitutionnelles » –
Celui qui assumera le rôle de procureur général, l'élu démocrate Adam Schiff, entend au contraire prouver que le locataire de la Maison Blanche « s'est livré à un tiercé de fautes constitutionnelles méritant une destitution »: « il a sollicité une ingérence étrangère, a mis en danger notre sécurité nationale et tenté de tricher en vue de la prochaine élection ».
« Il est le pire cauchemar des pères de la Constitution », a-t-il martelé lundi.
En réalité, l'acquittement semble pratiquement assuré pour Donald Trump, grâce à la majorité républicaine du Sénat qui fait bloc derrière lui. La durée des débats reste en revanche une question en suspens.
A quelques heures de l'ouverture des débats, en effet, le plus grand flou planait encore sur le déroulement du procès, qui devrait d'ailleurs démarrer par des votes pour fixer la procédure.
Selon des membres du camp présidentiel, l'influent Mitch McConnell, chef de la majorité républicaine au Sénat, souhaite imposer des débats à marche forcée, bien décidé à offrir à Donald Trump l'acquittement rapide qu'il espère, idéalement dans un délai de deux semaines.
Au programme, selon des règles du jeu proposées lundi soir, Mitch McConnell prévoit deux journées de 12 heures pour l'accusation et autant pour la défense afin qu'elles exposent leurs arguments, puis 16 heures de questions des sénateurs.
Beaucoup trop court, selon l'opposition démocrate au Sénat. Leur chef, Chuck Schumer, a dénoncé une « honte nationale ».
Ce n'est qu'après cette première phase que Mitch McConnell entend mettre aux voix la question cruciale des témoins.
Les démocrates réclament que quatre acteurs-clés de l'affaire ukrainienne soient convoqués à la barre, dont le chef de cabinet de la Maison Blanche Mick Mulvaney et l'ex-conseiller à la sécurité nationale John Bolton.
Mais pour cela, ils doivent remporter à chaque fois un vote, ce qui s'annonce difficile au regard du rapport de forces au Sénat, où les républicains disposent de 53 élus sur 100.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.