Rhamna Innovation Lab désormais fonctionnel    «Agadir Souss-Massa Aménagement» tient son conseil d'administration    CIFP : Les administrations publiques face au défi de la culture digitale    Face au virus, Taïwan mise sur des mascottes et une communication apaisée    Affaire «Hamza monbb»: Saida Charaf répond aux rumeurs    Rémi Bonhomme, nouveau directeur artistique du FIFM    Rabat désignée capitale africaine de la culture    Résultats financiers : Une année 2019 au vert pour Mutandis    Syrie : le régime de Damas reprend le contrôle de « près de 30 villages et localités » entourant la ville d'Alep    L'OPM et le Yacobson Ballet s'accordent pour «Le Lac des Cygnes»    Festival du film d'animation de Meknès : Bruno Coulais présidera le jury    Météo: ce qui est prévu à partir du mardi au Maroc    Mais quelle mouche a piqué El Moutaraji    «Le contexte réglementaire a de nouveau frappé avec la Lydec»    Le prétendu «intergroupe» du PE et les balivernes de l'APS    16ème journée de la Botola Pro D1 : Le Wydad rate le coche, la RSB refuse le cadeau gadiri et le MCO continue de presser    Sport équestre : Le concours national de saut d'obstacles s'invite à Béni Mellal    Coupe arabe Mohammed VI des clubs : L'OCS quitte la compétition la tête haute    Pros marocains d'Europe    Panique à bord d'un vol Oujda-Bruxelles (VIDEO)    Tramway de Rabat: le nombre de passagers depuis sa mise en service    La DTFE dévoile le classement 2019 des banques IVT les plus actives sur le marché des BDT    Maroc Telecom signe une bonne année 2019    Coupe Mohammed VI des clubs : le Raja s'incline en Egypte au match aller    Intelligence artificielle : l'UE va actualiser son logiciel    «Urgence climatique, les médias africains acteurs du changement»    Mohamed Benabdelkader inaugure le siège du tribunal de première instance de Tinghir    Etats-Unis: un « parrain de la désinformation » se joue des conservateurs    Le Burkina Faso décide d'ouvrir un consulat général à Dakhla    Le coronavirus pourrait avoir un impact négatif sur la croissance en 2020, selon le FMI    Huawei représente une menace pour l'Otan, selon Washington    SIEL 2020 : Près de 500 000 visiteurs, selon Abyaba    Le livre d'art n'a pas le vent en poupe!    L'Agence Bayt Mal Alqods Acharif sensibilise les élèves aux "Couleurs d'Al Aqsa" au SIEL    Al Jayl Al Akhdar projette l'agriculture marocaine en 2030    Le Maroc dans l'opinion publique espagnole : Imaginaire, préjugés et stéréotypes    La province de Midelt, ébranlée par deux secousses sismiques    De retour en Afrique du Sud, Miss Univers "inspire" les jeunes Noires    Deux romans de Loubna Serraj et Valérie Morales-Attias font escale au Salon du livre    Cameroun : 22 civils tués dans une nouvelle attaque    La terre a tremblé dans plusieurs villes du Maroc, des répliques attendues    Point de vue : Campagne «Sois jeune, sois civique !»    En Algérie, des milliers de personnes ont défilé à Kherrata, berceau de la contestation    Clôture de la 6ème édition du raid solidaire "Sahraouiya"    Aéroport Mohammed V : 4,75 kg de drogues extraits des intestins de six ressortissants ivoiriens    L'AS FAR sanctionnée de quatre matchs à huis clos    La police d'Agadir fait tomber un trafiquant de Chira    Un chauffe-eau défectueux fait 3 victimes à Fès    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Boeing ukrainien: l'Iran confirme le tir de deux missiles
Publié dans La Nouvelle Tribune le 21 - 01 - 2020

Un rapport d'enquête iranien confirme que deux missiles ont été tirés en direction du Boeing 737 d'Ukraine International Airlines abattu le 8 janvier près de Téhéran par les forces armées de la République islamique.
La catastrophe aérienne a fait 176 morts, en majorité des Iraniens et des Canadiens, et a suscité des appels à une enquête transparente de la part d'Ottawa et Kiev notamment.
« Les enquêteurs […] ont accédé aux informations de [l'état-major] et ont découvert que deux missiles [de conception russe] M1-TOR avaient été tirés en direction de l'avion depuis le nord », peut-on lire dans ce rapport d'enquête préliminaire publié dans la nuit de lundi à mardi par l'Organisation de l'aviation civile iranienne (CAO).
« L'effet de ces [tirs de] missiles sur l'accident et l'analyse de cette action sont en cours d'investigation », ajoute le document, confirmant ainsi une information du New York Times qui avait dit avoir authentifié une vidéo montrant que deux missiles avaient été tirés en direction de l'appareil.
L'état-major iranien avait reconnu le 11 janvier, trois jours après le drame, la responsabilité des forces armées dans le crash.
Endossant la « responsabilité totale » de l'accident, le général de brigade Amirali Hajizadeh, chef de la branche aérospatiale des Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique iranienne, n'avait parlé ce jour-là que d'un seul « missile de courte portée » tiré en direction de l'appareil.
Selon les forces armées iraniennes, l'avion a été abattu à la suite d'une « erreur humaine ».
– Boîtes noires –
Le général Hajizadeh avait indiqué que l'opérateur d'une batterie de missile avait pris l'avion pour un « missile de croisière » alors que la défense du pays était placée en alerte de niveau « guerre » par crainte d'une attaque américaine.
Le vol PS752 d'UIA a été abattu quelques heures après que l'Iran eut attaqué des cibles militaires américaines en Irak à coups de missiles en représailles à l'élimination d'un important général iranien tué le 3 janvier à Bagdad par une frappe de drone américaine.
Ces tirs de missiles ont blessé onze soldats américains, selon l'armée américaine. Elles ont également provoqué d'importants dégâts matériels.
Le rapport d'étape de la CAO indique d'autre part que « la lecture des [boîtes noires du Boeing ukrainien] est impossible en Iran » compte tenu du fait qu'il s'agit d'appareils « parmi les plus avancés au monde ».
L'Ukraine a pressé l'Iran de lui remettre les deux boîtes noires, tandis que le Canada insiste pour qu'elles soient envoyés en France ou en Ukraine.
Mais le rapport de la CAO laisse penser que l'Iran souhaite pour l'instant conserver les boîtes noires.
« Si des périphériques [permettant la récupération des données et leur lecture] sont fournis, les informations peuvent être restaurées et récupérées en peu de temps », peut-on lire.
Selon la CAO, « la liste des accessoires nécessaires a été demandée aux laboratoires français BEA [Bureau enquêtes accident] et américain NTSB » ainsi que le « transfert éventuel » de ces équipements vers l'Iran.
« Jusqu'à présent, [ni l'un ni l'autre] n'ont répondu positivement » à un tel transfert, ajoute le texte.
Le rapport indique sans plus de détail que la liste des équipements nécessaires a été transmise à l'Iran en vue d'un possible achat.
Kiev a loué jusqu'à présent la « pleine coopération » de l'Iran mais exige que les boîtes noires lui soient remises afin que l'Iran prouve ainsi « être disposé à […] une enquête impartiale », a-t-il ajouté.
La nouvelle de la responsabilité des forces armées iraniennes dans le drame a suscité en Iran quelques jours de manifestations contre le pouvoir, essentiellement à Téhéran, dénonçant « les menteurs » et ce que certains contestataires ont présenté comme une volonté délibérée des autorités d'étouffer la vérité.
Le président iranien Hassan Rohani a nié que le gouvernement – qui n'aurait été prévenu par les forces armées de la cause véritable du drame que le 10 janvier dans l'après-midi – ait cherché à masquer la vérité au peuple et a demandé des « explications » à l'état-major.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.