PAM : des dirigeants du parti refusent de participer au bureau politique formé par Abdellatif Ouahbi    Lourde sanction contre les supporters de Dortmund    Accident mortel sur l'autoroute de Taza (PHOTOS)    Mehdi Lahlou : les banques islamiques ne sont aucunement différentes des banques classiques    Crédit du Maroc dresse le bilan de son plan stratégique CAP 2020    Violence scolaire : Les nouvelles approches du ministère, selon Amzazi    Blocage de l'adoption du code pénal, la sèche mise au point de Ben Abdelkader    Marocains rapatriés de Wuhan: les précisions du ministère    L'OMP organise une session de formation sur la protection des droits des détenus    Une voiture interceptée à l'entrée de Salé    Agadir : mise en échec d'une tentative de trafic de cigarettes et de tabac à narguilé    L'autre guerre    Les Panafricaines alertent sur l'urgence climatique    Equipementiers Une 4e usine pour TE Connectivity    Top mondial YouTube: Zouhair Bahaoui cartonne avec son nouveau clip (VIDEO)    Résultats financiers: CIH Bank tire son épingle du jeu en 2019    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    Azilal : le parc jurassique ouvrira ses portes fin mars    Le Maroc prêt à apporter au Qatar tous les moyens humains et logistiques pour réussir le Mondial-2022 de football    Heureuse nouvelle pour Hamza Mendyl! (PHOTO)    Le mouvement de contestation populaire né il y a un an en Algérie cherche son second souffle    Coronavirus : nouveaux foyers en Asie, morts en Iran, l'inquiétude remonte    L'Allemagne renforce les mesures de sécurité après l'attentat raciste de Hanau    Dans le bagage des candidats à la Maison Blanche il y a aussi… des casseroles    Tout comme le patrimoine marocain en général : La judaica marocaine a souffert du pillage à travers le temps    Le Maroc, terre d'un patrimoine ancestral : Les trésors juifs de Casablanca    Adieu Abdeslam Alla    Le HCP note une baisse de 0,1% de l'indice des prix à la consommation    Ce que pense Nouamane Lahlou de Dounia Batma et Saad Lamjarred (VIDEO)    La déconstruction d'un mythe    Le coronavirus pourrait coûter jusqu'à 30 milliards de dollars au secteur aérien    Officiel: Badr Hari de retour sur le ring (VIDEO)    Transferts: Après Ziyech, Idrissi annoncé en Premier League?    U.E: Les «villes libres» réclament des subventions…    ONU : Omar Hilale briefe le Conseil de sécurité sur sa visite en RCA    Mohamed Benchaâboun: « Tous les indicateurs montrent que la dette marocaine est soutenable »    Economie nationale : 2020 devrait connaître un ralentissement    Wana retire sa plainte contre Maroc Telecom    Pourquoi Marrakech perd ses événements    L'ambassadrice des Pays-Bas se félicite de l'intégration des MRE dans la société néérlandaise    Appel à la consécration d'une justice citoyenne    La Commission de la programmation n'en fait qu'à sa tête    Divers sportifs    Achraf Hakimi et son retour au Real Madrid    La Commission européenne salue les efforts du Royaume en matière de réformes fiscales    L'industrie du cinéma a été plus inclusive en 2019 que lors de la décennie précédente    Le CCM dévoile les jurys du 21ème Festival national du film de Tanger    L'espoir du rap Pop Smoke abattu chez lui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Année judiciaire 2020 : La dématérialisation des tribunaux, grande ambition de Mustafa Fares…
Publié dans La Nouvelle Tribune le 27 - 01 - 2020

A l'occasion de l'ouverture de l'année judiciaire 2020, le premier président de la Cour de Cassation, président délégué du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire, Mustafa Fares, n'a pas fait dans la dentelle : la chose judiciaire devrait être à jour de l'avancée digitale, un chantier de taille à même d'assurer équité et égalité entre les justiciables.
M. Fares a précisé dans ce sens que le nombre d'affaires jugées en 2019 a connu une forte augmentation, atteignant 46.726 décisions, soit un bond de 17,1%, ajoutant que le taux de cas résolus en moins d'un an s'est établi à 77%.
Et de souligner la nécessité pour tous de s'engager dans le chantier des tribunaux électroniques, notamment à travers les notifications électroniques, la délibération électronique et autres services judiciaires électroniques afin de se mettre au diapason de l'accélération technologique que connaît le monde.
À cet égard, il a rappelé le lancement de l'application de la e-délibération dans nombre de services de la Cour de Cassation, la dématérialisation des décisions et de l'archivage, outre un éventail de projets techniques qui seront lancés durant 2020 dans plusieurs circonscriptions judiciaires pilotes, avant leur généralisation aux autres juridictions du Royaume.
Pour ce qui est du bilan de l'action judiciaire dans les différents tribunaux du Royaume au cours de l'année 2019, il a indiqué que les juges ont rendu 3.172.653 décisions judiciaires, avec une moyenne annuelle de 1.113 décisions par juge, ce qui constitue une augmentation significative par rapport à 2018. Au niveau de la Cour de cassation, le responsable a relevé que 51.591 affaires ont été enregistrées, soit une augmentation de 2,21%, une hausse appréciable par rapport aux autres cours de cassation dans le monde, ce qui reflète la grande confiance des justiciables en la justice et l'efficacité de la Cour de Cassation.
Pour sa part, le Procureur général du Roi près la Cour de Cassation, président du ministère public, Mohamed Abdenabaoui, a affirmé que la réforme du système judiciaire est un « choix stratégique du Royaume » dont le Souverain a déterminé les orientations à plusieurs reprises, notamment dans le discours royal du 20 août 2009, qui a dressé une feuille de route pour garantir l'indépendance du pouvoir judiciaire et le hisser au rang de troisième pouvoir dans le pays. M. Abdenabaoui a indiqué que l'ouverture de la nouvelle année judiciaire coïncide avec l'achèvement du ministère public de sa deuxième année en tant qu'institution indépendante affiliée à l'autorité judiciaire unifiée, conformément aux dispositions de la Constitution et de la loi. Et d'ajouter que l'étape actuelle nécessite davantage d'efforts pour établir les règles d'un « ministère public citoyen » attentif aux préoccupations des citoyens et en interaction avec les événements qui suscitent leur intérêt, tout en saluant le travail accompli par tous les magistrats du Ministère public, ainsi que ses fonctionnaires, ses cadres et les officiers de la police judiciaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.