Cocimar diminue sa participation dans le capital de Ciments du Maroc    Royal Air Maroc a transporté plus de 160.000 passagers sur sa ligne Casablanca-Tunis en 2019    Alsa City Bus : Les raisons du débrayage    Trophées du FIFM: Le suspens est levé    Ligue des Champions de la CAF : Le WAC tenu en échec par Mamelodi Sundowns    Lalla Meryem préside l'inauguration du Bazar international de Bienfaisance à Rabat    Affaire du policier suspendu : La DGSN répond aux rumeurs    CAN de futsal 2020: le Maroc dans le groupe A avec la Guinée équatoriale, l'Afrique du Sud et la Libye    FIFM : Plusieurs projets récompensés dans le cadre des ateliers de l'Atlas    Rapport de l'UICN : Les océans en manque d'oxygène    MAPA : Conférence internationale sur les addictions    Visite de Pompéo : Les principales déclarations des responsables américains    PLF 2020 : Benchaâboun assure l'exécution rapide des décisions judiciaires    FIFM : Un bel hommage rendu à Robert Redford    Visite de Pompeo au Maroc: Le bilan    Informations    Enseignement: 2 écoliers sur 3 analphabètes!    L'Otan adopte une déclaration finale    Opep: Membres et partenaires se retrouvent à Vienne    Taxe Gafa: Les hostilités relancées…    Infantino va entrer au CIO en janvier    Des juges et des professionnels du sport débattent à Agadir des moyens pour lutter contre le hooliganisme    L'Afrique n'est pas la principale source des flux migratoires    La lutte contre la sextorsion requiert des mécanismes développés de surveillance et de traçage    Ralentissement économique attendu dans près des deux tiers des villes du monde en 2020-21    Une nouvelle antenne de la BERD inaugurée à Agadir    La filière oléicole assure une entrée de devises équivalente à 1,8 milliard de DH par an au Maroc    Comment protéger vos données personnelles    "Microfracture" pour Hazard, forfait pour le clasico    Bertrand Tavernier : L'arrogance est l'ennemi déclaré du réalisateur    Jeremy Thomas : L'inventivité est primordiale même sans budget    Le cinéma australien brille de mille feux à Marrakech    Académie du Royaume du Maroc : Concert mémorable de l'orchestre de l'opéra national du Pays de Galles    PLF2020: le RNI remonté contre le PJD, à cause de l'article 9    Arribat Center en feu !    Nouvel élan pour les relations entre le Maroc et les Etats-Unis    PCM-PLS-PPS: Un parti, un référentiel et un combat    Quarts de finale de la Coupe Mohammed VI : Le Raja contre le MC d'Alger ou Al Quwa Al Jawiya d'Irak    70e anniversaire de l'OTAN: Le sommet de la discorde…    Tous à Londres, personne à Madrid!    18ème Festival international du film de Marrakech : Mouna Fettou dédie son hommage à son fils    Salon de l'emploi : 1.000 postes à pourvoir pour une 1ère édition    Hakimi en lice pour le titre des jeunes, Ziyech chez les grands    Pyongyang s'inquiète d'une « rechute du gâtisme » de Trump    Le Congrès va entamer la rédaction de l'acte d'accusation de Trump    Fondation Al omrane : La 1ère classe préscolaire ouvre à Charafate    Météo: le temps qu'il fera ce vendredi    L'éducation à la petite enfance se porte bien, mais …    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Verdict
Publié dans L'Economiste le 17 - 03 - 2008

Le verdict rendu par la Cour suprême pour Laâfoura est peut-être un séisme mais pas nécessairement au sens où tout le monde pourrait l'entendre. Le dégonflement des charges pour cette affaire surmédiatisée, celle du projet immobilier Hassan II, fera sans doute jurisprudence: pour la première fois cette Cour jugeait un gouverneur. S'il y a eu inconsistance des charges, il est tout à fait normal que les magistrats effacent la peine rendue en première instance. Fût-il une ancienne star de l'ère Basri, Laâfoura avait droit à un procès équitable.
Ce genre de verdict reste, on le sait, exposé à la critique. Sur cette affaire, l'opinion se rend compte, surtout lorsque les prévenus sont en prison, que la Justice peut se montrer aussi sévère avec les puissants qu'avec les faibles. Le casting des justiciables, d'anciens commis de l'Etat, fait en sorte que le moindre geste des magistrats est guetté. Le prévenu a-t-il été relaxé, a-t-on atténué sa peine? Et si oui, comment faut-il l'interpréter? C'est comme si le statut devenait ici une circonstance aggravante pour justifier les peines prononcées. Mais sans preuves, cela consisterait à faire la part belle à une justice populaire.
Les magistrats ont vraisemblablement corrigé en appel ce qui risquait de devenir une erreur judiciaire.
La Cour suprême reste l'une des institutions juridiques les plus respectées. Et en appel, il faut souligner que c'est l'ensemble des chambres de cette Cour qui est amené à se prononcer. Du coup, le fonctionnement même du système autorise difficilement d'éventuelles collusions.
Maintenant, la Justice doit poursuivre son travail pour mettre la lumière, et toute la lumière sur les dessous de l'affaire du projet immobilier Hassan II. Sans cela, les Marocains percevront mal le message sur les efforts de moralisation publique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.