Tuez-les par balle» : tel est l'ordre du président philippin contre ceux qui refusent le confinement    Coronavirus : M'jid El Guerrab interpelle le ministre français de l'Education nationale    Coronavirus : 17 nouveaux cas confirmés, 708 au total, jeudi 2 avril à 21h    Zaïo : arrestation d'un individu impliqué dans la diffusion de contenu numérique incitant à la haine    ADD: Tout savoir sur les initiatives digitales en faveur de l'administration publique    Agriculture : La situation du marché à un niveau normal    Condoléances du roi Mohammed VI à la famille de feu Marcel Botbol    TIBU Maroc s'adapte au coronavirus    Aswak Assalam lance prochainement «Aswak Delivery», un service de livraison à domicile    Coronavirus : le groupe CDG annonce de nouvelles mesures au profit des TPME    Covid-19: Le ministère de la Santé appelle à la patience    Le vrai du faux sur le coronavirus au Maroc, ce jeudi 2 avril    Confinement: nouvelles pratiques, vieilles fractures    Enchères de Sotheby's: Melehi et Belkahia en vedette    Mohamed Belmou : «Nous sommes pour l'idée d'allouer le budget des festivals pour lutter contre le corona»    Fonds Spécial Covid-19    Saad Lamjarred réagit au décès de Marcel Botbol (PHOTO)    Les éboueurs, des soldats nocturnes qui veillent à la propreté    Covid-19: l'Espagne passe à la phase de “ralentissement” de la pandémie    CDM reporte les échéances des crédits pour les clients impactés    Sous le thème «Philosophie de jeu de la FRMF» : La FRMF tient son séminaire en ligne    Coronavirus : plus de 700.000 bénéficiaires de l'indemnité forfaitaire    Confinement : que regardent les téléspectateurs marocains?    La télévision au temps de Coronavirus et la reprise du pouvoir d'initiative    Le Maroc a été parmi les premiers à fournir la chloroquine malgré la forte demande au niveau mondial    Coronavirus: La Corée du Nord épargnée ?    Le football français en deuil : De Marseille à toute la L1, hommage unanime à Pape Diouf    Lutte anti-coronavirus : Evacuation d'un grand marché populaire à Laâyoune    Un joueur du FUS se blesse pendant ses entraînements à domicile    Adieu Si Fadel    En Guinée, le président Alpha Condé, 82 ans, obtient une très large majorité parlementaire    Mustapha Adib, ex-espion des services de l'hexagone, tombe bien bas    Décès de Marcel Botbol à cause du Covid-19: ce que l'on sait    Parlement: Dispositif exceptionnel pour la session du printemps    Brèves Internationales    Les réserves des centrales syndicales    La Chambre des représentants mobilisée pour répondre aux exigences de la situation sanitaire    Nouvelle pauvreté et nouvelles solidarités en Italie    Le coaching mental, un impératif pour les sportifs à l'heure du confinement    Report des Jeux méditerranéens d'Oran à 2022    Après la crise sanitaire, vers un foot plus vertueux ?    Le Maroc n'y échappera pas    De la culture gratuite pour combattre l'ennui du confinement    Le rappeur français Booba prêche le respect des mesures préventives    Les musiques reposantes ont le vent en poupe    Un projet terroriste déjoué en Tunisie    Ça ne va pas si mal que ça pour nos étudiants au Canada    La production dans la construction en hausse de 3,6% dans la zone euro    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





AMO: Plus de 1.500 médecins spécialistes déconventionnés
Publié dans L'Economiste le 15 - 09 - 2010


· Ils demandent la revalorisation des tarifs
· La Cnops refuse et la CNSS fait une proposition
· Seule issue: l'arbitrage de la ministre de la Santé
PLUS de 1.550 médecins spécialistes privés ont manifesté par écrit leur «déconventionnement» de l'AMO. Au total, plus de 30% des praticiens spécialistes sont concernés. A ce jour, les demandes sont déposées au niveau du Collège syndical des médecins spécialistes privés.
Selon Sâad Agoumi, le président du Collège, «le syndicat espère pour le moment une issue positive aux négociations avec l'Agence nationale de l'assurance maladie». Toutefois, les praticiens ne se font pas d'illusions sur ce point.
La Cnops aurait refusé de réviser ses tarifs et ses procédures. «Ce refus a été signalé à la ministre de la Santé. Baddou a demandé qu'il lui soit notifié par écrit», révèle Agoumi.
Pour sa part, la CNSS a proposé une revalorisation des tarifs AMO de 50% pour certains actes après acceptation des médecins. La revalorisation des 50% restants devant intervenir dans les 18 mois suivant l'accord avec les praticiens. Mais a priori, cette proposition ne semble pas convaincre les médecins qui crient «au chantage».
Aux yeux de Saâd Agoumi, les prescriptions des médecins sont libres de par la loi. Autrement dit, «ni l'administration ni les organismes gestionnaires de l'AMO n'ont le droit d'imposer des tarifs aux particiens», martèle Agoumi. Cependant, le président du Collège nuance: «Ce processus de revalorisation des tarifs par la CNSS devra faire l'objet d'une campagne de communication pour expliquer aux médecins les avantages de cette proposition». En tout cas, cette situation ne prédit pas une résolution aux problèmes opposant les praticiens à l'Anam et aux organismes gestionnaires de l'AMO.
Les médecins spécialistes comptent camper sur leur position. Ils affirment qu'ils ne céderont pas d'un iota sur cinq revendications principales. Et c'est la condition sine qua non pour toute relance du processus de négociation, répète-t-on à l'envi.
En clair, le Collège réclame une remise des consultations à 200 DH et la révision des tarifs de la réanimation. Il réclame aussi la signature de deux conventions séparées avec l'Anam. La première avec les médecins et la deuxième avec les cliniques. «Ce qui est également bénéfique pour les patients qui auront plus de visibilité sur leurs factures», note My Saïd Afif, secrétaire général du Collège.
Le paiement séparé des honoraires (médecins/ cliniques) pour plus de clarté fiscale fait également partie des réclamations. Enfin, le syndicat demande la création d'un deuxième secteur (en plus de celui reposant sur la tarification nationale de référence) qui sera conventionné, mais avec des dépassements des honoraires déclarés. Sauf que ce secteur, où l'adhésion serait volontaire, sera plafonné. Ainsi, les praticiens y adhérant devraient prévenir préalablement les patients en affichant clairement cette inscription dans les cabinets.
------------------------------------------------------------------------
Arbitrage
LA convention de l'assurance maladie obligatoire stipule qu'en l'absence d'un accord, les parties doivent recourir à l'arbitrage de la ministre de la Santé. Le délai pour trouver un terrain d'entente a expiré le 17 juillet dernier. «La ministre tente d'avoir un consensus qui arrange l'ensemble des parties», explique le président du Collège syndical.
Quant au projet de texte relatif à l'organisation du Conseil national de l'Ordre des médecins, il est déposé au sein du conseil. Selon le collège syndical des médecins spécialistes privés, ce projet devrait atterrir avant la rentrée parlementaire chez la tutelle. En attendant, ce retard décrédibilise les structures régionales du Conseil de l'Ordre et crée une confusion au niveau de leur gestion, affirme Saâd Agoumi, président du Collège.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.