Coronavirus : Kia Maroc se mobilise pour sa clientèle    Othman Ferdaous nommé ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports    Les universités diffusent des cours à la radio    Un appel à projets R&D national contre le Covid-19    Decathlon: La vente des masques Easybreath bloquée au Maroc aussi    Covid19: Tétouan passe aux services en ligne    S.M le ROI reçoit Amzazi et El Firdaouss    Lorie donne de surprenants conseils pour supporter le confinement en couple    Rejouer ou pas, le foot italien se déchire    Le Crédit Agricole du Maroc accompagne les Ramedistes pour faire aboutir le dispositif de soutien aux populations vulnérables    SM le Roi exonère des droits de bail les locataires des locaux des Habous    Amrani appelle à une solidarité africaine renouvelée    Lévinas, le visage, l'humanité    La pandémie du Covid- 19 vue par deux économistes    Appel de la présidence du Ministère public à l'application stricte des dispositions sur le port du masque    S.M le Roi reçoit Saaid Amzazi et Othman El Firdaous    Driss Lachguar, lors de la rencontre virtuelle organisée par la Fondation Lafqui Titouani    La croissance nationale devrait enregistrer une régression de 1,8% au deuxième trimestre    La SERMP se réorganise pour la fabrication de respirateurs 100% marocains    Baisse de la croissance et de 11,6 points du taux de couverture    L'enseignement à distance à l'ère du coronavirus    Vibrant hommage aux professionnels de santé    Les marchés calent, inquiets face au coronavirus et à son impact économique    L'Europe ne s'entend pas sur la riposte économique à l'épidémie    Dr Souad Jamaï: «ce que le confinement a changé dans ma vie?»    Les confessions de Benatia sur son passage à l'AS Rome    5 millions de masques produits par jour dès mardi prochain    Entreprises en difficulté : Le report des cotisations CNSS du 1er mars au 30 juin activé    Les Marocains bloqués à l'étranger sollicitent l'intervention du Roi    La culture, un réconfort en crise en période d'anxiété    A l'heure de la pandémie, la Pologne adopte le vote par correspondance…    Le Wisconsin vote en pleine pandémie    Aicha Lablak: «La priorité aux questions en liaison avec l'état d'urgence sanitaire»    Coronavirus : Le Maroc prélève 3 milliards de dollars de sa Ligne de précaution auprès du FMI    Un concours à distance pour dénicher les jeunes talents de Taroudant et Tata    Confinement : l'Institut du monde arabe se virtualise et lance #LImaALaMaison    Mobilité, logements et restauration assurés : Une chaîne de solidarité au profit du corps médical de Marrakech    Une œuvre conçue en plein confinement : «Guelssou feddar», un nouveau single de la chanteuse Bouchra    L'engouement culturel à l'ère du confinement    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Football : Les clubs marocains dans le flou total    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Emploi et Carrière
La neuroéconomie pour prendre la bonne décision
Publié dans L'Economiste le 09 - 11 - 2010

· Etude de la prise de décision et de ses mécanismes cérébraux
· Remise en cause de la théorie économique classique
Avec le développement récent des techniques d'imagerie cérébrale, d'imagerie par résonance magnétique (IRM fonctionnelle) et l'analyse des mécanismes responsable de la prise de décision, la neuroéconomie a commencé à voir le jour. C'est une discipline émergente, qui se situe entre la neuroscience cognitive et l'économie traditionnelle. Son objectif central est l'étude de la prise de décision et de ses mécanismes cérébraux. Elle est utilisée dans les études des comportements en situation de marché financier, et dans les études marketing d'analyse des décisions des consommateurs…
«La neuroéconomie se situe au croisement de l'économie expérimentale qui s'applique, par des «jeux» expérimentaux, à isoler les paramètres d'une décision d'investissement, d'achat, de prise de risque ou de consommation, et des neurosciences», explique Sacha Bourgeois-Gironde, professeur chercheur à l'institut Jean-Nicod et auteur de nombreux ouvrages sur la neuroéconomie et la théorie de la décision, lors d'une conférence organisée récemment par Royal Air Maroc sur ce thème.
Le principal apport de la neuroéconomie consiste à redéfinir les critères de notre rationalité, en mettant en lumière les mécanismes émotionnels qui semblent indispensables à toute bonne prise de décision. «C'est une remise en cause de la théorie économique classique qui affirme que l'individu est entièrement rationnel, porté sur la maximisation de son utilité personnelle. Or, la neuroéconomie implique que nous sommes prêts à des sacrifices pour rétablir des normes sociales», affirme Sacha Bourgeois. Il s'agit surtout de décrire et d'expliquer pourquoi, dans certaines situations, les individus adoptent un comportement qui peut sembler paradoxal ou irrationnel.
Dans ce sens, les neurologues se sont aperçus que certaines modélisations issues d'expériences d'économie comportementale pouvaient servir à l'analyse des connexions neuronales, désormais visibles grâce aux nouvelles techniques d'imagerie cérébrale, essentiellement par résonance magnétique (IRM).
L'analyse neuroéconomique montre que nous éprouvons un plaisir à sacrifier nos intérêts dès lors que ce sacrifice permet de rétablir une justice sociale.
«La neuroéconomie ne cherche pas à manipuler, mais à mieux comprendre les mécanismes de notre cerveau dans toute sa complexité», renchérit Sacha Bourgeois.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.