DGSN: arrestation hollywoodienne aux environs de Casablanca    Lois électorales: Laftit change de méthode    BAM: l'économie marocaine se contracterait de 6,3% en 2020    Le commerce en réseau crée sa fédération    Prix à la consommation: Voici les plus fortes hausses    Covid19: Le tourisme encaisse des pertes par milliards    M6 interdite en Algérie    Covid19: Durcissement des mesures à Jerada    Incendie dans un dépôt à Casablanca: un riverain témoigne (VIDEO)    Bilan quotidien: Casa-Settat continue de s'accaparer la part du lion (Covid-19)    Covid-19, le virus dévastateur    Botola Pro D1 : Le FUS de Rabat terrasse l'OCS    Driss Lachguar réitère le soutien historique et de principe de l'USFP à la cause palestinienne    Evolution du Coronavirus au Maroc : 2.227 nouveaux cas, 105.346 au total, mardi 22 septembre à 18 heures    Raja: les transferts pour renflouer les caisses du club?    Le moment où Hamieddine est entré au tribunal (VIDEO)    Luis Suarez soupçonné de triche, le parquet ouvre une enquête    Malgré les critiques, Fati Jamali lance une nouvelle chanson (VIDEO)    Enseignement supérieur : Une rentrée universitaire bousculée, des étudiants décalés mais non recalés    Congrès extraordinaire du PJD à l'horizon    «The Moderator» : Un film sur la violence à l'égard des femmes    «Artcurial» présente le bilan de sa première année de présence au Maroc    Kénitra: un repris de justice ayant menacé des policiers interpellé    Youssef Amrani déplore «le non-Maghreb», un «gâchis économique, un handicap politique et une aberration historique»    L'OFPPT lance les travaux de construction de sa 5ème Cité des Métiers et des Compétences    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Le Maroc de l'ancien monde    L'effervescence des supporters envahit les réseaux sociaux    UFC: Khamzat Chimaev, le Khabib 2.0 !    Violeur en série. Des aveux à vous glacer le sang    RCAZ: Saïd Chiba démis de ses fonctions    Inédit : Des journalistes et universitaires arabes débattent avec des responsables et des journalistes israéliens    Au siège de l'AIEA, une fontaine marocaine s'offre un lifting    Cinéma. Nisrine Erraddi nominée à l'Académie de Sotigui    Une grande perte pour la recherche sur l'amazighe    Mme Fettah Alaoui: «La culture est un pilier majeur pour le tourisme marocain»    Entre le monde des Arts et l'univers des Lettres    Cameroun : dix ans de réclusion pour des militaires ayant abattu deux femmes et leurs enfants    Présidentielle en Côte d'Ivoire : le représentant de l'ONU appelle à la «retenue»    Au Mali, l'ex-ministre de la défense Ba N'Daou nommé président de transition    CORPS SECURITAIRE DE NOUVELLE GENERATION : LA METHODE HAMMOUCHI    Lesieur Cristal : Plus de 2 MMDH de chiffre d'affaires réalisés au 1er semestre    Tourisme : Marrakech affûte ses armes pour la reprise    Le produit net bancaire du groupe BCP s'est amélioré    Joe Biden. « 200 millions d'Américains morts du Covid »    Moha Ouali Tagma désigné membre de la délégation de haut niveau à l'OIF    Djokovic: « Nadal reste le favori pour Roland-Garros »    Reda Boudina expose sa démarche du graffiti    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Flux étrangers directs: L'Afrique à la traîne
Publié dans L'Economiste le 15 - 05 - 1997

L'Afrique a du retard à rattraper en termes d'investissements étrangers di-rects. Ces derniers ne sont plus uniquement attirés par l'exploitation des matières premières. Ils ciblent de plus en plus le secteur tertiaire. Bilan de la CNUCED.
Un changement dans les flux d'investissements étrangers directs (IED) est en train de s'opérer en Afrique.
L'industrie des services et plus particulièrement les secteurs financiers et des assurances drainent des flux croissants. Le secteur des matières premières, lui, perd du terrain. En effet, hormis le Botswana pour les diamants et le Zimbabwe pour le tabac, l'IED en Afrique ne se concentre plus sur le secteur primaire. La répartition sectorielle des encours de l'IED dans des pays tels que l'Egypte ou l'Afrique du Sud montre au contraire que les secteurs tertiaire et manufacturiers absorbent l'essentiel de ces flux.
Il est à rappeler que le Maroc est le troisième bénéficiaire des IED avec 500 millions de Dollars entre 1991 et 1995.
Le World Investment Directory on Africa publié par la CNUCED révèle en outre l'émergence de sociétés transnationales (STN) africaines. Ce sont les politiques de libéralisation des régimes d'investissement et des régimes commerciaux engagées notamment en Afrique du Sud, au Maroc et en Zambie qui expliquent ces mutations.
Les données collectées par le World Investment Directory on Africa chiffrent à 4,5 milliards de Dollars les mouvements d'IED en Afrique en 1996. En outre, l'IED contribue pour 4,8% dans la formation du capital, niveau comparable à celui enregistré en Asie et en Europe occidentale. Sa part dans le PIB africain ne dépasse pas, elle, 10% contre 13% pour les autres régions dans le monde.
Cependant, en terme de volume global d'IED, l'Afrique reste à la traîne. Entre 1991 et 1995, elle aura attiré 5% des flux drainés par les pays en développement et à peine 2% des flux mondiaux.
De plus, sur ce continent, l'IED reste concentré sur quelques pays.
Au cours de la première moitié des années 90, l'Egypte et le Nigeria ont absorbé la moitié de l'IED drainé en Afrique. Le Maroc s'est, lui, hissé au troisième rang des pays bénéficiaires avec en moyenne 500 millions de Dollars par an.
La situation des pays les moins avancés (PMA) s'est, pour sa part, considérablement dégradée durant les vingt dernières années. Ces derniers n'ont attiré que le cinquième des investissements réalisés en Afrique. L'essentiel de ces flux a été affecté à l'industrie pétrolière de l'Angola et aux transports maritimes du Liberia.
Les principaux pourvoyeurs d'IED sont les investisseurs d'Europe occidentale. La France et la Grande-Bretagne assurent à elles seules plus des quatre cinquièmes de l'encours des investissements de l'Europe occidentale. Les USA totalisent 20% des apports des pays développés. Parmi les nouveaux investisseurs sur le continent, les pays du Sud-Est asiatique commencent à cibler l'Afrique du Sud et ses pays voisins.
Autre nouveauté: l'apparition de sociétés africaines transnationales qui investissent à l'étranger. Le montant de l'IED réalisé par celles-ci s'élève à 25 milliards de Dollars en 1994.
Elles demeurent encore peu nombreuses et de taille modeste mais, selon la CNUCED, elles peuvent être compétitives tant au niveau des échanges que de la production sur les marchés étrangers.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.