Le HCP note une baisse de 0,1% de l'indice des prix à la consommation    Le poison du racisme fait trembler l'Allemagne    Bulletin météorologique spécial : de fortes rafales de vent, attendues ce week-end    Ce que pense Nouamane Lahlou de Dounia Batma et Saad Lamjarred (VIDEO)    Modèle de développement : La DG du FMI livre sa recette    La déconstruction d'un mythe    ONU : Omar Hilale briefe le Conseil de sécurité sur sa visite en RCA    Le coronavirus pourrait coûter jusqu'à 30 milliards de dollars au secteur aérien    Trump remplace le patron du renseignement après un briefing lié à la Russie    U.E: Les «villes libres» réclament des subventions…    Basket : le Maroc remporte un match amical face à l'Algérie    Transferts: Après Ziyech, Idrissi annoncé en Premier League?    L'Atalanta Bergame séduit l'Europe    Officiel: Badr Hari de retour sur le ring (VIDEO)    Taghazout Bay: la notion introuvable du développement    Coronavirus : le nombre de nouveaux cas en forte baisse, près de 900 nouvelles contaminations    Commission spéciale du modèle de développement : Chakib Benmoussa à l'écoute à Paris des Marocains du Monde    Wana retire sa plainte contre Maroc Telecom    Lancement à Hay Hassani d'une plateforme d'intégration économique dédiée aux jeunes    Education à la santé sexuelle et reproductive : Les Nations Unies appuient le ministère de l'éducation nationale    Economie nationale : 2020 devrait connaître un ralentissement    Voici le temps qu'il fera ce vendredi    Hicham Alaoui, paradoxes et prétéritions    Opacité financière: Le Maroc dans le rouge    Pourquoi Marrakech perd ses événements    Contemporary African Art Fair: à Marrakech, la culture reste «Capitale»    Divers sportifs    Achraf Hakimi et son retour au Real Madrid    Le Maroc constitue la première destination des exportations valenciennes en Afrique    Divers Economie    La Commission européenne salue les efforts du Royaume en matière de réformes fiscales    Entretiens maroco-mauritaniens sur les moyens de renforcer la coopération bilatérale    Appel à la consécration d'une justice citoyenne    Le cancer n'est pas une fatalité    Divers    L'OMDH-Casablanca sensibilise des élèves contre les dangers d'Internet    L'ambassadrice des Pays-Bas se félicite de l'intégration des MRE dans la société néérlandaise    Lancement de la deuxième édition du programme "Spin-off by PIS" dédié à l'entrepreneuriat des jeunes    La Commission de la programmation n'en fait qu'à sa tête    L'industrie du cinéma a été plus inclusive en 2019 que lors de la décennie précédente    Le CCM dévoile les jurys du 21ème Festival national du film de Tanger    L'espoir du rap Pop Smoke abattu chez lui    CSMD : Chakib Benmoussa initie à Paris une série de réunions d'écoute avec des Marocains du monde    Classement FIFA: Le Maroc se maintient à la 43ème position    «Archéologie de l'intime» à la Fondation Dar Bellarj de Marrakech    Ouverture officielle d'un consulat à Laâyoune    Les jurys du 21e Festival National du Film dévoilés!    Erdogan menace la Syrie de déclencher rapidement une opération à Idleb    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Découpage électoral
Pourquoi l'accouchement a été difficile
Publié dans L'Economiste le 18 - 10 - 2011

Plus qu'une opération technique, le découpage électoral est une question purement politique. Les acteurs politiques s'accordent à dire que c'est la cartographie des circonscriptions et le nombre de sièges qu'elles regroupent qui donnent une visibilité à l'opération électorale. La mise en place du nouveau découpage dans le cadre de la préparation du prochain scrutin a suscité beaucoup de débats au sein de la classe politique. Cette question a fait couler beaucoup d'encre à cause des positions divergentes des différents intervenants. Le ministère de l'Intérieur, qui voulait inscrire sa démarche dans le cadre de l'approche de consultation adoptée pour les autres textes électoraux, a eu du mal à aboutir sur un consensus à propos de la nouvelle carte des circonscriptions. L'objectif de l'adhésion des acteurs politiques butait sur la position réticente de certaines formations, comme le PJD, qui ont critiqué la méthode adoptée pour la définition du découpage. Ils sont même allés jusqu'à accuser le gouvernement de réaliser un découpage sur mesure.
Le tracé des circonscriptions servirait, selon eux, les intérêts de certains partis au détriment des autres. Les dirigeants du parti islamiste étaient les plus virulents dans leurs critiques. Ils estimaient que «la mise en place de la nouvelle cartographie électorale risquait de les priver de certains sièges dans des circonscriptions où ils ont de grandes chances de gagner». Ils ont fait de cette question l'un des principaux points de leur stratégie de victimisation. Une stratégie qu'ils adoptent depuis quelques mois afin de «pallier leur perte de vitesse et justifier tout échec lors du prochain scrutin». Autre élément qui bloquait l'avancement des consultations autour de ce projet: les tailles des circonscriptions. Les discussions ont porté sur deux grandes orientations, à savoir l'élargissement des circonscriptions locales aux provinces ou bien le maintien de la configuration actuelle. Au moment où certains partis appelaient à la mise en place de grandes circonscriptions, «afin de couper avec la corruption» et «éviter de transformer le scrutin de liste en mode uninominal déguisé».
D'autres estimaient qu'il serait plus pertinent «de définir des circonscriptions moins étendues pour préserver la relation entre élus et citoyens». La difficulté de faire aboutir les négociations s'est traduit par un retard dans la publication de la version finale du découpage. Un retard critiqué par certains dirigeants partisans qui ont estimé que cela ne permettait pas d'avoir «une visibilité dans la préparation du rendez-vous électoral». Car l'étendue des circonscriptions et le nombre des sièges dans chacune d'entre elles est déterminant dans la démarche du choix des candidats, et la mise en place de la stratégie électorale au niveau local. Surtout que la bataille électorale qui fait rage dans plusieurs formations ne pourrait être tranchée sans disposer de la version définitive du découpage. Celle-ci a d'ailleurs apporté quelques nouveautés, notamment en termes de nombre de sièges au niveau de certaines circonscriptions.
Responsabilité politique
La préparation du découpage électoral par le ministère de l'Intérieur n'a pas été vue d'un bon œil par certaines formations politiques. Des dirigeants partisans ont clairement exprimé leur volonté que le découpage électoral fasse partie du domaine législative. Le texte définissant la cartographie électorale «doit être débattu au Parlement, et que l'on puisse y introduire des amendements», avance cet acteur politique. Sauf que des responsables gouvernementaux soulignent que dans les pays démocratiques, c'est la majorité gouvernementale qui se charge de cette mission. Celle-ci devra en «assumer la responsabilité politique».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.