Juan Carlos Garrido est le nouveau coach du Wydad Casablanca    Saad Lamjarred et Fnaire ont-ils plagié une chanson de Hamid Zaher ? (VIDEO)    La coopération entre les services de renseignements arabes au centre d'un forum au Caire    SUEZ remporte deux contrats dans le secteur automobile au Maroc    Habib El Malki recadre certains politiciens d'Europe    Italie : le virus en Toscane et Sicile, des ministres européens à Rome    Modèle de développement: Le forum des jeunes d'Al Akhawayn formule une série de recommandations    Casablanca: un “khettaf” percute volontairement un fourgon de police    Les souvenirs du séisme d'Agadir!    La RSB rate le leadership à Oued Zem    Autre revers cinglant pour la fantomatique «RASD»    Hamidou Zemmouri n'est plus    L'ancien président égyptien Hosni Moubarak n'est plus    Coronavirus: grosse panique chez les Marocains d'Italie    L'escalade continue    3e édition de l'Afrique du Rire    Varroc Lighting Systems Maroc obtient un nouveau prêt auprès de la BERD    Tour des championnats européens de football    Primaires démocrates : Sanders en pole position, Biden sous pression    Huawei sort la nouvelle version de son mobile pliable, à un prix très haut de gamme    6 jeunes auteurs en résidence d'écriture pour le film d'animation    Tennis : le Med Avenir du COC a rendez-vous avec son 33e tournoi incontournable    Allemagne: Une voiture fonce dans un défilé de carnaval, 30 blessés    Coronavirus : à Wall Street, pire séance en deux ans pour le Dow Jones    Thaïlande: La Cour Constitutionnelle dissout un parti d'opposition…    Alliances Développement Immobilier : Alami Lazraq franchit à la hausse le seuil de participation    Pétitions, le Parlement fait le point    Attijariwafa bank : un nouvel organigramme    Eliminatoires africaines de taekwondo : Trois Marocains sur quatre qualifiés aux JO de Tokyo    4ème édition de Oulad Mogador Music Action : Deux groupes sélectionnés    Prévisions météorologiques pour ce mardi 25 février    63ème Championnat marocain de cross-country    Insolite : Anniversaire présidentiel    Les cygnes blancs de 2020    Le DG de l'ONEE présente à Kampala le bilan positif de la présidence marocaine de l'Association africaine de l'eau    Marrakech abrite une journée nationale sur les NTI et le développement informatique    Les éditeurs marocains exposent au Salon international du livre à Mascate    Participation du Maroc à la 43ème session du CDH    Divers    Pompeo appelle le Premier ministre irakien désigné à protéger les troupes américaines    200ème but de Cavani sous les couleurs du PSG    Le Zamalek se retire du championnat égyptien    Mubawab annonce le lancement de sa nouvelle Business Unit "Mubawab Transaction"    Dounia : Un monodrame poignant sur le parcours d'une jeune femme en quête d'identité existentielle    Avec "Pinocchio", Matteo Garrone signe un conte noir pour enfants    Lancement du programme de prévention des jeunes à l'addiction au tabac et aux drogues    Parution: «Celui qui vient de l'avenir, Abdelkébir Khatibi»    Carton plein pour Saad Lamjarred et Fnaire (VIDEO)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Entreprises familiales
Vendre à un tiers n'est plus exclu Entretien avec Zakaria Fahim, Managing Partner BDO
Publié dans L'Economiste le 20 - 12 - 2011

L'idée de transmission fait de plus en plus son chemin auprès des dirigeants d'entreprises familiales. Reste, souligne Zakaria Fatim, Managing Partner BDO, qu'il est primordial de former et informer les cédants potentiels sur l'intérêt d'une transmission préparée et sur le danger de ne rien faire.
- L'Economiste: Qu'est-ce qui caractérise aujourd'hui une entreprise familiale?
- Zakaria Fahim: Elle est caractérisée par un patriarche et une «cour», c'est surtout vrai quand les enfants n'ont pas fait d'études et ont démarré leur carrière dans la société du père. L'entreprise familiale, si elle reste très proactive, et moins tournée vers des aspects financiers en privilégiant une création de valeur patrimoniale pêche par son refus de s'ouvrir sur d'autres partenaires. Elle est obsédée par l'indépendance sans souvent prendre le temps de voir les différents mécanismes offerts pour grandir notamment en termes de capital-investissement. Par ailleurs, la faiblesse de la taille et l'opacité de ces entreprises en général ne leur permettent pas d'aller en nombre sur le marché boursier qui constitue une belle opportunité de garder le pouvoir tout en recevant de l'argent frais. L'entreprise doit rajeunir et cela ne passe pas toujours par les enfants.
- Quels sont, à votre avis, les défis majeurs auxquels ces entreprises sont confrontées?
- Le premier défi, c'est d'accompagner les dirigeants de PME familiales à considérer de façon claire qu'il n'y pas de lien entre la disparition du fondateur et la fin de l'entreprise.
- Quelles évolutions avez-vous remarquées depuis la dernière enquête en 2009?
- Les dirigeants semblent moins intéressés à s'impliquer dans le management de leur entreprise après cession. Par ailleurs, les entreprises, sont moins nombreuses à avoir opéré des changements en vue d'une transmission (1 sur 10 contre 3 sur 10 en 2009). De même, les repreneurs déclarent mieux connaître le secteur d'activité de l'entreprise acquise. Les relations cédant-acquéreur et les problèmes familiaux constituent les principales difficultés/ appréhensions en 2011. L'année dernière, ce sont les problèmes administratifs qui étaient invoqués avec plus de récurrence.
- Quels sont les principaux enseignements tirés de l'enquête?
- Le principal enseignement, c'est qu'il n'y a pas de culture de l'entrepreneuriat au Maroc. En effet, il semble que pour beaucoup d'entrepreneurs, la transmission soit d'abord une affaire d'hérédité. Il n'en reste pas moins que le recours à la vente à un tiers plutôt que la succession familiale semble faire son chemin dans l'esprit des dirigeants.
En 2011, 4 dirigeants sur 10 l'ont évoqué contre 3 sur 10 en 2009. Par ailleurs, les amis et les proches restent le principal soutien externe auquel les dirigeants ont recours dans la transmission. Et une confirmation du premier baromètre, les experts comptables sont les partenaires privilégiés.
- Quelles seraient, à votre avis, les actions à entreprendre à la lumière des conclusions de l'enquête 2011?
- Avant tout, il s'agit de former et d'informer les cédants potentiels sur l'intérêt d'une transmission préparée et sur le danger de ne rien faire. Il est important de vulgariser l'outil mis en place par l'ANPME en partenariat avec BDO à savoir le Guide de la transmission des entreprises familiales. Par ailleurs, une formation des experts censés les accompagner est primordiale afin de fluidifier ce processus. Il est aussi nécessaire de développer un portail sur la transmission des entreprises familiales pour informer et surtout apporter du testimonial aux cédants potentiels en mettant à l'honneur des success-stories. Nous pensons qu'il faudrait également repenser la politique fiscale pour donner des incentives à ceux et celles qui transmettent leur entreprise de leur vivant.
La fiscalité doit être un outil de politique économique capable d'apporter des solutions pour sécuriser la pérennité des entreprises.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.