Le Parlement adopte deux projets de loi sur le domaine maritime marocain    Le HCP appelle à l'élaboration d'un modèle de développement adapté aux nouvelles évolutions nationales et internationales    SM le Roi reçoit plusieurs ambassadeurs étrangers    Présidence de la CGEM: Alj et Tazi l'emportent avec une grande majorité    Vahid veut jouer contre les grandes sélections du continent Africain    Walid Regragui quitte le FUS pour rejoindre Al-Duhail    Le CESE présente son rapport sur le foncier au Maroc    Tanger Med : solutions dématérialisées pour l'export agroalimentaire    Système statistique national: Le sujet de la réforme enfin sur la table    Le coronavirus de Wuhan : Panique sur toute la ligne    Le PPS rend hommage au militant et à l'intellectuel engagé    Abdelkader Ababou: adieu l'artiste doux…    Le Groupe dresse son bilan 2019 : Renault Maroc performe à nouveau avec près de 400.000 véhicules produits    Procès en destitution de Trump: Mardi glacial au Capitole    Botola Pro D1 : Le Wydad de Casablanca nouveau leader    CAN-2020 de futsal : Objectif, conserver le titre    L'opposition russe en désarroi après la réforme éclair de Poutine    La Grèce sur le point d'être présidée pour la première fois par une femme    Au titre de l'année 2019 : 80 rencontres culturelles dans 35 cafés littéraires de par le Maroc    Improvisation sur «Des tranches de vie nées du néant»    "Mon corps, ma liberté", un mouvement sur les pas de "El Violador eres tu!    Italie: Les «sardines» défient Salvini…    La Caravane «Maroc-Innov» fait escale à Chichaoua au profit des jeunes porteurs de projets    Taroudant : Un couple soupçonné d'agression sur sa fille    Sommet UK-Afrique : Le Maroc en force à Londres    Perspectives prometteuses pour l'économie nationale : La DEPF table sur un taux de croissance de 3,7% en 2020    Burkina Faso : 48 heures de deuil national après une nouvelle attaque terroriste    Retraites : la CGT a mis à l'arrêt la plus grande usine hydro-électrique de France    L'enfant terrible de la mode Jean-Paul Gaultier raccroche au sommet de la gloire    Lamia Tazi nommée PDG du laboratoire pharmaceutique Sothema    Edito : Nouvelle victoire    Classement Rekrute: Qui sont les 25 employeurs les plus attractifs?    Arrestation à Meknès d'une vagabonde pour enlèvement présumé d'un nourrisson    Le sommeil contrecarre le larcin planifié par un Marocain dans un complexe commercial en Italie    Le directeur sportif du FC Séville”Monchi”: Youssef En Nesyri a un énorme potentiel    Didier Six,l'entraîneur de la Guinée: C'est vrai que le plus gros morceau, c'est le Maroc    Session de formation sur l'arbitrage en sports collectifs    Les drones pourraient bientôt voler comme des oiseaux    Insolite : Le chat fugueur    Ces stars mariées à leur amour de jeunesse    Vers un deuxième acte de l'affaire Tiazi    Jean-Paul Carteron : Dakhla sera la future Floride du Maroc    Venezuela: Pompeo annonce plus d'actions contre la "tyrannie" de Maduro    Colloque sur le financement de l'économie nationale à la Chambre des représentants    La Chambre des conseillers s'ouvre aux ONG    Le caftan marocain brille de mille feux à Paris    Le patrimoine amazigh à l'honneur à Imintanoute    Forum national des créations de l'enfant à Fès    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rabat: Trois tentatives avortées d'immolation
Publié dans L'Economiste le 20 - 01 - 2012

Rebondissement tragique dans le dossier épineux des diplômés chômeurs à Rabat. Trois d'entre eux se sont immolés, le 18 janvier vers 16h30, près de l'annexe du ministère de l'Education nationale située sur l'avenue Ibn Toumarte. «Deux cas se trouvent dans un état grave, le premier avec 50% (Mahmoud Hawass) de surface corporelle brûlée, et le second (Abdelouahad Zaïdoune à 20%», précise un médecin au niveau de l'hôpital Ibn Sina. Avant d'ajouter, «nous les avons gardés 24h en réanimation pour nous assurer que leur état de santé ne présentait pas de danger sur le plan respiratoire». Mais les deux jeunes brûlés ont été transférés, jeudi 19 janvier, au service des grands brûlés à l'hôpital Ibn Rochd à Casablanca. Le 3e est brûlé aux pieds et se trouve à l'hôpital Avicennes à Rabat.
Si rien ne filtre du côté des autorités, le chef improvisé de la bande de chômeurs squatteurs est plutôt prolixe. Pour lui, «ces jeunes sont arrivés au stade de mettre leur vie en péril, pour faire entendre leur voix ». Mais, il ne nie pas que le bâtiment (annexe du ministère de l'Education) duquel ces jeunes ont essayé de se jeter ou se brûler vifs, est aussi squatté par eux. D'ailleurs, sans vergogne, il explique que «ces immolations étaient aussi une manière de protester contre le comportement des forces de l'ordre qui encerclent l'annexe du ministère de l'Education que nous occupons depuis 15 jours», raconte le dirigeant de ce groupe composé de 180 diplômés chômeurs. Et le comble, c'est que le chef de la bande déplore les «conditions» dans lesquelles ils vivent dans ce bâtiment de l'Etat qu'ils squattent. «Nous vivons dans des conditions difficiles: le bâtiment n'est pas alimenté en eau potable en plus de l'interdiction de faire rentrer des produits alimentaires et des médicaments», explique-t-il. «Le jour de l'incident, les jeunes qui se sont immolés ont d'abord été maltraités par les forces de l'ordre lorsque ils sont sortis de l'annexe pour récupérer des aliments apportés par d'autres diplômés chômeurs se trouvant à l'extérieur», explique notre source. Rappelons que ces jeunes font parti d'un groupe de près de 180 diplômés exclus du PV du 20 juillet par lequel le gouvernement s'était engagé à recruter les diplômés chômeurs titulaires de Masters et de doctorats. Du fait qu'ils ont obtenu leur diplôme début 2011, alors que le PV concerne les personnes ayant leur diplôme en 2010 ou avant, ils n'étaient pas concernés par l'opération de recrutement. «Mais cette condition qui nous est imposée n'a pas été respectée d'une manière générale dans les dernières opérations d'embauche», conteste notre source. Pour étayer ses propos, il évoque comme exemple l'opération de recrutement dernièrement de 160 jeunes, qui se trouvaient alors dans la même situation que celle du groupe qu'il défend.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.