La lune et le doigt    Casablanca/transport par bus: Faut-il revenir à la gestion directe?    Managem renforce son engagement RSE    Terres collectives: Le dispositif bientôt en plénière    Ecole publique: Sortir de l'idéologie de l'échec    Enfin un lycée français international à Oujda    Brèves Internationales    Brèves    Johnny Clegg, un blanc parmi les Zoulous    Une investiture à haut risque se profile pour Pedro Sanchez    La Juventus casse sa tirelire pour la pépite de Ligt    Klopp restera à Liverpool    Eliminatoires de la CAN 2021    Nasser Bourita : Le Maroc dispose de tous les atouts pour se positionner en tant que partenaire crédible de l'Europe    Rapport du gouvernement sur la situation des droits de l'Homme    Cryptomonnaie Le casse du siècle    Des peines de mort prononcées contre les assassins de deux Scandinaves à Imlil    Familly School, l'éducation comme figure de proue    Les bateaux de pêche européens retournent dans les eaux territoriales marocaines    Grogne à la CGEM    Kabiné Komara : L'eau est à la fois une ressource indispensable et un facteur potentiel de conflit entre les individus et les nations    Tom Cruise présente la bande-annonce du nouveau "Top Gun"    "Accro" à Terminator, Schwarzenegger ne pouvait refuser une suite    Muslim et Cheb Younes enchantent le public oujdi    Qui va remporter la CAN ?    Du casse-tête à la dream team ? la future Commission Von der Leyen    Soulaliyates. Premier cap franchi pour trois projets de loi    Maroc-UE. L'Espagne "satisfaite" de l'adoption de l'Accord de pêche    L'Iran a saisi un tanker étranger soupçonné de « contrebande »    CAN 2021 : Le Maroc connaît ses adversaires pour les éliminatoires    Sbagha Bagha 2019. Les murs ont des poèmes...    Adam Naas : Vieille âme du futur    Partenariat CGEM/SFI pour stimuler l'employabilité des femmes    Le Crédit Agricole du Maroc : un passage réussi au Parlement    CAN 2019: Algérie-Sénégal en finale inédite    Communiqué du Bureau politique du PPS    La MAP inaugure son nouveau siège à Casablanca    Boucetta met en avant à Washington l'engagement continu du Maroc en faveur des libertés religieuses    Ramid présente le premier rapport sur "les réalisations en matière des droits de l'homme au Maroc"    Préscolaire, le ministère dresse son bilan    Rabat. Un quinquagénaire arrêté pour meurtre    Primes : La CAF augmente le «prize money»    Polémique sur un meeting Trump, une élue le traite de « fasciste »    L'UE sanctionne la Turquie pour forage au large de Chypre…    10.000 dollars d'amende pour la fédération algérienne    La syphilis regagne du terrain    Avant Trump, Clinton n'était pas épargné par la diplomatie britannique    Bouillon de culture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Théâtre: Le président Barowski séduit
Publié dans L'Economiste le 16 - 03 - 2012

En 2009, aucune chaîne de télévision n'en a voulu. «Le sujet risque de froisser les hautes sphères», a-t-on répondu au metteur en scène Bernard Uzan, lorsqu'il a présenté son projet de téléfilm: «Le président, sa femme et moi». Il décide finalement de l'adapter au théâtre, en prenant toutes les précautions «pour que la pièce ne soit pas attaquable». Et la comédie a vraiment cartonné: 200.000 spectateurs pour 200 représentations, dont 50 en tournée. Mieux, la pièce a été diffusée sur Paris Première et là, les téléspectateurs se comptent quasiment en millions. De leur côté, les comédiens (Alexandra Vandernoot, Cedric David, Leslie Bevillard, Thibaut de Lussy, Aurélie Nollet) avouent s'être bien «amusés à jouer cette comédie» qui se situe totalement dans le théâtre de boulevard. Le sujet est surtout «très people» et concerne la vie de l'actuel président français. «A son arrivée à la tête de l'Etat, j'ai été impressionné -comme bon nombre de Français- par son omniprésence dans les médias. Il était partout. On parlait de ses déplacements, de ses affaires de cœur, de ses hobbies. En une journée, il pouvait aller de Lille à Marseille, en passant par Berlin. Une énergie presque surnaturelle pour un seul homme. Et là, je me suis dit qu'il avait certainement un sosie», explique Bernard Uzan. C'est comme ça qu'est née l'idée de cette pièce. «Il n'y a rien de plus inspirant pour un auteur que d'avoir un président qui soit le remix de Napoléon, d'Astérix et Louis de Funès», ajoute le metteur en scène. Avant de préciser que «le président n'est pas le sujet central de cette comédie mais son sosie». «Le seul but est d'offrir au public un spectacle de qualité, avec à la fois du rire et de l'émotion», renchérit le comédien et imitateur Cédric David, qui interprète le rôle du président Barowski. Sa ressemblance avec le chef d'Etat français est hallucinante. «J'ai été agressé une fois dans le métro. On m'a pris pour lui», déclare-t-il. Résultat, il forme avec Alexandra Vandernoot un duo très fun et 100% crédible dans son interprétation comique de la vie du couple présidentiel. Et Isabelle (la femme de Barowski) apprécie tellement le sosie qu'elle quitte finalement l'original!
Le public marocain devait lui aussi apprécier la pièce, présentée jeudi 15 mars, au Mégarama Casablanca à l'initiative de Top Event Production dans le cadre de la deuxième édition des «Théâtrales, le meilleur du théâtre parisien». A noter que c'est la deuxième représentation dans un pays du Maghreb, après Tunis en mai 2011. «C'était émouvant de jouer en Tunisie juste après le début du printemps arabe», affirme Alexandra Vandernoot à L'Economiste.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.