Programme Intelaka: Mieux couvrir le périurbain et le rural    Cuir: «La menace turque ne fait pas peur!»    Wikileaks: Les enjeux du procès de Julian Assange    Brèves Internationales    Coronavirus/Maroc: les dernières précisions du ministère    Les notaires se disent "ouverts" à un dialogue avec le gouvernement sur les honoraires    Insolite : Défi original    Mohamed Benabdelkader : Aucun nouveau cas de spoliation foncière n'a été enregistré    Colloque à la Chambre des représentants sur le thème de "La démocratie participative entre problématiques actuelles et perspectives de développement"    Rabat et Mexico conviennent de créer une plateforme de coopération parlementaire    Moubarak, l'autocrate déchu à l'image corrompue    Sous le feu de ses rivaux démocrates Sanders se pose en rempart à Trump    La détention de l'éditeur suédois Gui Minhai perturbe les relations entre la Chine et la Suède    En vidéo: Les obsèques de l'ancien président égyptien Hosni Moubarak    Tunisie : vote de confiance attendu pour le nouveau gouvernement    Soufiane El Bakkali vise l'or aux JO de Tokyo    Rabat se prépare à la 13ème édition de la Course féminine de la victoire    Le MAT et l'OCS accrochés El Guisser voit rouge    Les syndicats en mal de syndiqués    Le coronavirus se répand dans le monde mais tue moins en Chine    Manger gras et sucré dérègle le cerveau en à peine une semaine    Le calvaire des mères célibataires    "Chi wqat", nouveau titre de Khaoula Moujahid    Le streaming continue de stimuler l'industrie musicale    Nouvelle édition du Salon régional du livre et de l'édition à Laâyoune    Coronavirus : l'Iran accuse les Etats-Unis de répandre « la peur »    Virgin Galactic : près de 8.000 personnes sur la liste d'attente des voyages dans l'espace    Maria Sharapova annonce sa retraite    Champions League: le Wydad et le Raja dans une mauvaise passe    Cinq boxeurs marocains en demi-finales du Tournoi pré-olympique de Dakar    5ème Festival du livre de Marrakech : Leïla Slimani invitée d'honneur    «Chi wqat» : Nouveau titre de Khaoula Moujahid et Abdelilah Arraf    Mutandis Auto réduit ses parts dans Immorente Invest    Zina Daoudia se défend après ses propos en Arabie Saoudite (VIDEO)    «30 Melyoun» cartonne au cinéma    Basket-ball : La NBA s'invite en Afrique    Zouhair Feddal sur le point de rejoindre ce club    Abdelouahed Radi: “J'étais un disciple de Mehdi Ben Barka” (VIDEO)    Volvo Cars appelle à lutter contre les inégalités en matière de sécurité routière    Agadir, ce n'est pas si mauvais que cela!    La JS tire la sonnette d'alarme sur l'approfondissement de la perte de confiance    Les notaires « ouverts » à un dialogue avec le gouvernement sur leurs honoraires    Matinées de l'industrie : M. Elalamy met le cap sur la production décarbonée    Salé sous le choc après un parricide    Coronavirus : Tanger Med muscle les contrôles    Suite aux mouvements de grève annoncés pour mars prochain : Le ministère de l'éducation suspend le dialogue avec les enseignants    Les efforts du Maroc en matière de lutte contre la torture mis en relief à Genève    3e édition de l'Afrique du Rire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Coran: Une nouvelle «fatwa» pour l'édition
Publié dans L'Economiste le 15 - 06 - 2012

Du nouveau dans l'édition du Coran au Maroc. Relevant exclusivement des Habous et des Affaires islamiques, l'édition du Coran est en passe de basculer en partie dans le giron du privé. En effet, Ahmed Taoufiq, ministre de tutelle, vient de finaliser un projet de décret visant à réglementer l'édition du Livre Saint par le privé. Le décret qui n'attend que la signature à la Primature vient en application de l'article 7 du Dahir du 23 février 2010, portant création de la «Fondation Mohammed VI pour l'édition du Saint Coran». Concrètement, cet article stipule qu'un organe scientifique rattaché au conseil d'administration de la Fondation est chargé des missions à caractère scientifique et technique. Parmi les prérogatives de la Fondation, «l'étude des demandes d'autorisation d'imprimer, l'édition ou la distribution du Coran présentées par des personnes physiques ou morales conformément aux conditions et modalités fixées par voie réglementaire». La Fondation se doit également de s'assurer que les demandeurs répondent auxdites conditions. Les résultats sont ensuite soumis au conseil d'administration pour statuer sur lesdites demandes». Manifestement, cette réglementation devra reconfigurer un marché jusque-là entre les mains des importateurs. En fait, le Coran provient de deux principales sources: le ministère de tutelle (via la Fondation Mohammed VI) et le circuit d'importation. «En 2011, 800.000 exemplaires ont franchi la frontière. Ils sont essentiellement en provenance du Liban, de la Syrie et de l'Egypte», précise Rachid Bennani, président de l'Union des associations des libraires du Maroc (UALM). Bien évidemment, ces proportions seront révisées à la baisse dès cette année. Le président de l'Union des libraires précise qu'un nombre important «de Corans importés ne répond pas au rite malékite». Décliné en plusieurs formats et niveaux de qualité, le prix du Livre Saint varie en moyenne entre 5 et 90 DH. Il peut aller jusqu'à 30.000 DH! Pour sa part, Hamid Hammani, directeur de la Fondation Mohammed VI pour l'édition du Coran, affirme «qu'en 2011, la Fondation a édité plus de 600.000 exemplaires qu'elle a distribués gratuitement aux mosquées nationales. 25.000 unités ont été exportées en France et 1.500 en Guinée-Bissau». En valeur, cela se traduit par un coût de 27 millions de DH supporté par le ministère de tutelle, à raison de 45 DH l'unité.
De source sûre, le décret des Habous prévoit des conditions «strictes» auxquelles doivent répondre les futurs demandeurs/éditeurs. Parmi les prérequis, l'éditeur doit être de confession musulmane. Toute demande émanant d'un non-musulman sera systématiquement rejetée. L'éditeur doit aussi justifier d'un lieu de résidence ou de travail au Maroc et payer d'avance les frais arrêtés par la Fondation Mohammed VI.
Autre exigence, le décret interdit ce marché aux distributeurs et imprimeurs dont la nature d'activité est en contradiction avec les préceptes de l'Islam. Selon Ahmed Aâouam, directeur des Etudes islamiques au ministère des Habous, «ce décret intervient pour mettre fin aux multiples irrégularités grammaticales et calligraphiques entachant le Livre sacré». L'objectif est de ne retenir que les livres dont la narration traduit les principes de la lecture Warsh et du rite malékite.
Lecture Warsh
«Riwayat Warsh» d'après Nafiî, c'est la lecture du Coran adoptée par le Maroc. Appelée également lecture de Médine, elle correspond à l'exégèse de l'imam Malik. De son vrai nom Abi Saïd Uthman Ibn Saïd Al Misri, appelé Warsh (le blond), il est l'un des 7 lecteurs les plus réputés. C'est aussi l'un des disciples de l'imam Nafiî. Originaire d'Egypte, sa lecture se particularise par l'existence de deux versions: «Al Azrak» et «Al Asbahani». Les différences entre les deux versions sont difficiles à nuancer pour les non-initiés aux psalmodies. Dans le cas du Maroc, la version officielle adoptée par le ministère des Habous et des Affaires islamiques est celle d'Al Azrak.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.