Démocratie participative: Le diagnostic de Habib El Malki    Lois électorales: Ce qui risque de changer    Nezha El Ouafi: «Nous travaillons sur le changement des paradigmes»    Séances sans relief    France: La Cour des comptes sort ses cartons    Hosni Moubarak n'est plus    Matières premières: L'effet coronavirus    L'après-Brexit Un long chemin semé d'embûches    Coronavirus : les bourses se portent mal    Rebondissement dans l'affaire de l'arbitre Hicham Tiazi    Le coronavirus plombe l'économie    La CCISCS scelle un partenariat avec l'AFEM    L'OMDH demande la mise en adéquation des lois nationales avec les conventions internationales signées par le Maroc    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    Plaidoyer pour un modèle de démocratie participative et inclusive    Célébration aujourd'hui du 13ème anniversaire de S.A.R la Princesse Lalla Khadija    Bouillon de culture    L'Emir du Qatar reçoit Fouad Ali El Himma à Doha    La politique immobilière nationale décortiquée par le CESE    Ligue des champions : Le Raja à l'assaut du Tout Puissant Mazembe    Divers sportifs    Moutaouali, la perle du Raja    Aucun cas de Coronavirus enregistré au Maroc    Le parc Murdoch victime d'un vandalisme aveugle    Caravane multidisciplinaire    U.S. Coronavirus Outbreak Would Pose Risk to Record Expansion    Record absolu d'œuvres vendues en 2019 sur le marché de l'art    Avant une cérémonie sous tension, les César nomment une présidente par intérim    Oualas : Bilan exceptionnel du 3ème Festival "Afrique du rire"    Boxe : quatre pugilistes qualifiés aux JO de Tokyo    Le Roi adresse un message de félicitations au Président de la République dominicaine    Spécial TPME : Le plan de bataille des banques…    Un don de Patrice de Mazières au profit des Archives du Maroc    Jeudis cinéma droits humains : Projection du film « Khartoum Offside»    «Trio Sophia Charaï» à l'Institut Cervantès de Casablanca    Des amendes pour soutenir les PME    Coronavirus: un Tétouanais dans les filets de la police    Jeux olympiques de Tokyo 2020 : Soufiane El Bakkali rejoint la Visa Team    OCS-AS FAR et MAT-RBM: nuls équitables    Taza à l'heure du 2e forum provincial pour la culture et le travail associatif    La réaction de Dounia Batma après sa confrontation avec Aïcha Ayach (VIDEO)    France: plusieurs morts et blessés dans un incendie à Strasbourg    Les notaires s'expliquent : Ils observent une grève les 27 et 28 février pour protester contre le plafonnement de leurs honoraires    Coronavirus: l'Arabie saoudite suspend les Omras (VIDEO)    Voici le temps qu'il fera ce jeudi    La détention de l'éditeur suédois Gui Minhai perturbe les relations entre la Chine et la Suède    Sous le feu de ses rivaux démocrates Sanders se pose en rempart à Trump    Zina Daoudia se défend après ses propos en Arabie Saoudite (VIDEO)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cactus, l'or vert d'Aït Baâmrane
Publié dans L'Economiste le 24 - 04 - 2013

COMMUNEMENT appelée «Karmous», la figue de barbarie a un succès indéniable auprès du consommateur. Toutefois, la plus-value générée par la vente de ces fruits dépend principalement des intermédiaires. Malgré une demande croissante, la production de la filière est restée longtemps peu valorisée vu que 40% est perdue faute de pouvoir être conservée. De par les nombreuses recherches réalisées sur ce produit, un changement de vision et de mécanisme d'exploitation ainsi que d'utilisation a été opéré. Ce qui en fait désormais un produit revalorisé et recherché avec un avenir prometteur. Le développement de cette filière, en tant que levier de croissance, est une priorité économique pour les régions au climat désertique. Un projet d'intensification et de valorisation du cactus d'Aït Baâmrane a d'ailleurs été lancé dans le cadre du pilier II du plan Maroc vert avec une enveloppe budgétaire globale de 95 millions de DH. L'objectif à travers ce projet est de définir de nouvelles perspectives pour la distribution de ce produit du terroir. Les efforts conjugués de la DPA de Tiznit, la DRA de Souss-Massa-Draâ et l'Agence de développement agricole (ADA) ont permis à ce projet d'être opérationnel pour la campagne 2012. Il consiste notamment en l'ouverture de 105 km de pistes afin de désenclaver les champs de production qui a nécessité, à elle seule, 57 millions DH. D'un autre côté, l'encadrement et l'organisation des agriculteurs vont être possibles grâce à la construction de deux centres de collecte appelés à jouer le rôle de «Rahba» au niveau des communes de Sboya et Mesti. La superficie réservée à cette composante est de 400m2 pour chaque centre. Ces deux locaux ont été aménagés et équipés en matériels adéquats pour un montant de 2,4 millions de DH.
Enfin, et c'est une première dans le pays, une unité de conditionnement et de valorisation des figues a été réalisée à Sidi Ifni. Elle a une capacité de conditionnement de 10.000 tonnes de fruits sans épines et de bonne qualité après triage durant la campagne. Ce qui représente deux camions de 20 tonnes de fruits par jour. Etalée sur une superficie de plus de 2.400 m2, l'aménagement et l'équipement de l'unité de conditionnement ont nécessité une enveloppe de 20 millions de DH.
Dans le but d'assurer le succès de l'opérationnalisation de cette unité, de sa gestion et de la commercialisation de ses produits sur les plans national et international, l'ADA a appuyé la DPA de Tiznit, dans le cadre de la Stratégie de développement des produits du terroir. L'ADA a ainsi encouragé la mise en place d'un partenariat entre le GIE d'Aït Baâmrane et la coopérative Adrar, qui est active depuis longtemps dans le conditionnement et l'exportation de la tomate et, depuis quelques années, dans le conditionnement du figuier de barbarie. Ce partenariat prévoit un transfert des connaissances aux membres du GIE et ce, de la réception du produit à son expédition vers les différents marchés. Sur une période de 24 jours, cet accompagnement a permis à l'unité de conditionnement d'exporter 120 tonnes de cactus frais en Europe et en Amérique. Pour la même période, 62 tonnes de fruits conditionnés ont pu être vendues sur le marché local. Cette première expérience a créé 56 emplois dont 31 réservés aux femmes. Par ailleurs, le ministère de l'Agriculture et l'ADA se penchent, dans le cadre de cette même stratégie, sur la recherche de nouveaux marchés pour ce produit et son positionnement à l'échelle nationale et internationale. De même que la promotion de l'Indication géographique Sobbar Aït Baâmrane, qui est avant tout un produit naturel disposant de tous les atouts pour prétendre au label bio. Maintenant que l'unité de conditionnement est opérationnelle, le ministère de l'Agriculture va continuer à encourager le rassemblement des producteurs de cactus autour des centres de collecte. Ceux-ci devront améliorer leurs techniques culturales et leurs méthodes de récolte afin d'assurer un approvisionnement de qualité à la station de conditionnement. L'optique étant de minimiser les écarts et les rejets pour l'intérêt de tous, particulièrement des agriculteurs de la province de Sidi Ifni.
IGP Sobbar Aït Baâmrane
EN avril 2011, au Siam, le Groupement d'intérêt économique (GIP) Cactus Aït Baâmrane décroche l'Indication géographique protégée (IGP) «Sobbar Aït Baâmrane». Parmi ses objectifs, la promotion des pratiques agricoles respectueuses de l'environnement (sol, biodiversité...) et la promotion d'une démarche qualité bénéfique pour les acteurs de la filière. Du point de vue économique, il s'agit d'assurer une commercialisation équitable pour soutenir les familles qui cultivent et exploitent le cactus dans la région.
L'objectif est aussi de créer des emplois localement. Il faut préciser que l'aire géographique concernée par l'IGP s'étend, d'un côté, sur les limites administratives du cercle de Sidi Ifni, à savoir Sidi Ifni ville, Mesti, Sboya, Tioughza, Amellou, Imi N'Fast, Aït Abdallah Mirleft et Tangarfa. De l'autre, sur le cercle de Ksabi de la province de Guelmim (Tiliouine). A elle seule, la culture du figuier de barbarie représente dans la région Souss-Massa-Draâ 48,9% de la production nationale, et 57% du chiffre d'affaires agricole total généré par la filière au niveau national, selon le rapport de la DPA de Tiznit. La superficie totale du cactus varie entre 120.000 et 150.000 hectares. Au niveau de la zone d'Aït Baâmrane, la superficie couverte par le figuier de barbarie est de 36.000 ha et elle augmente de plus de 4% chaque année. La culture de ce produit du terroir occupe une place importante chez les habitants. En effet, ils réalisent plusieurs préparations traditionnelles à base de fruits, raquette et fleurs de cactus, comme le «Tousrimt», fruit nettoyé et séché entier, et le «Tozlimt» où seule la chair découpée est séchée. Très nutritif, riche en vitamine C, contenant de l'albumine, du sucre incristallisable et du mucilage, le figuier de barbarie a un autre avantage: il est possible d'en extraire une huile très nourrissante.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.