SM LE ROI NOMME DE NOUVEAUX AMBASSADEURS : LA LISTE COMPLÈTE AVEC YOUSSEF AMRANI POUR UNE MISSION PRECISE    Renault rénove un établissement scolaire dans la région d'Essaouira    Nucléaire, Golfe : l'Iran semble jouer l'apaisement    Nissan prêt à revoir avec Renault la structure d'une alliance en danger    Maroc-Côte d'Ivoire. Déterminés, les Lions d'Atlas croient à la victoire    BMW transporteur officiel du Festival Mawazine    Déconcentration administrative. El Otmani épinglé par la majorité et l'opposition    Les Comores expriment leur "soutien sans réserve" à l'initiative marocaine d'autonomie    Propreté à Casablanca : Ce qui va changer    Chambre des représentants : Adoption de trois conventions relatives à la ZLECAF et à l'accord de pêche durable Maroc-UE    El Jadida : OCP organise dimanche la finale de son championnat de beach soccer    Un policier à Casablanca accusé de chantage, vol et adultère    Tanger-Med : Avortement d'une tentative de trafic de 270 kg de chira    MRE, loin des clichés    Stratégie de développement: Addou fait le point avec les députés    31ème édition du festival du théâtre universitaire à Casablanca    Le Cameroun réussit son entrée, le Ghana chancelle    Youssef Amrani, nommé à Prétoria, « ready to work »…    Soulaliyates, Laftit veille au grain…    Mawazine 2019 : Elissa embrase Nahda    Royal Air Maroc en représentation au Caire, en marge de la CAN    Erdogan craint la perte d'Istanbul    QUEBEC : LA MAROCAINE MARWA RIZQY, REVELATION DE L'ASSEMBLEE NATIONALE    Régionalisation avancée et mise en œuvre d'une stratégie visant la préservation de l'identité des MRE    Plusieurs conventions signées en marge du Salon Bio Expo Maroc    Divers Economie    Sommet des deux rives : Engagements pour une nouvelle ambition en Méditerranée    S'énerver plus pour vivre plus    YouTube pressé de mieux protéger les enfants    Divers    Deuxième réunion de l'Observatoire des délais de paiement    El Hadji Diouf Jouer la CAN en Egypte est une chance !    Jordan Ayew, la stagnation du prodige    La Côte d'Ivoire réussit son entrée en matière    Très attendu par ses fans, Reda Taliani cartonne à Salé    Chellah à l'heure de la musique tzigane    "Toy Story 4" en tête du box-office    Le Maroc présent à la conférence de Manama    Industrie du verre : les ophtalmologues montent au filet    Trophée Hassan II des arts équestres traditionnels «Tbourida» : La Sorba du Moqaddem Maher El Bachir remporte la 20ème édition    Mauritanie: Ghazouani proclamé vainqueur dès le premier tour    BCIJ : Démantèlement d'une cellule terroriste dans la région d'El Haouz    Téhéran accuse Washington d'avoir coupé « la voie de la diplomatie »    Les valeurs, le match à gagner    Le Maroc au «Sommet des deux rives, Forum de la Méditerranée»    Cameroun. La "malédiction" sera-t-elle brisée?    Spotify partenaire musique du Festival Mawazine 2019    Edito : Bronzette    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cactus, l'or vert d'Aït Baâmrane
Publié dans L'Economiste le 24 - 04 - 2013

COMMUNEMENT appelée «Karmous», la figue de barbarie a un succès indéniable auprès du consommateur. Toutefois, la plus-value générée par la vente de ces fruits dépend principalement des intermédiaires. Malgré une demande croissante, la production de la filière est restée longtemps peu valorisée vu que 40% est perdue faute de pouvoir être conservée. De par les nombreuses recherches réalisées sur ce produit, un changement de vision et de mécanisme d'exploitation ainsi que d'utilisation a été opéré. Ce qui en fait désormais un produit revalorisé et recherché avec un avenir prometteur. Le développement de cette filière, en tant que levier de croissance, est une priorité économique pour les régions au climat désertique. Un projet d'intensification et de valorisation du cactus d'Aït Baâmrane a d'ailleurs été lancé dans le cadre du pilier II du plan Maroc vert avec une enveloppe budgétaire globale de 95 millions de DH. L'objectif à travers ce projet est de définir de nouvelles perspectives pour la distribution de ce produit du terroir. Les efforts conjugués de la DPA de Tiznit, la DRA de Souss-Massa-Draâ et l'Agence de développement agricole (ADA) ont permis à ce projet d'être opérationnel pour la campagne 2012. Il consiste notamment en l'ouverture de 105 km de pistes afin de désenclaver les champs de production qui a nécessité, à elle seule, 57 millions DH. D'un autre côté, l'encadrement et l'organisation des agriculteurs vont être possibles grâce à la construction de deux centres de collecte appelés à jouer le rôle de «Rahba» au niveau des communes de Sboya et Mesti. La superficie réservée à cette composante est de 400m2 pour chaque centre. Ces deux locaux ont été aménagés et équipés en matériels adéquats pour un montant de 2,4 millions de DH.
Enfin, et c'est une première dans le pays, une unité de conditionnement et de valorisation des figues a été réalisée à Sidi Ifni. Elle a une capacité de conditionnement de 10.000 tonnes de fruits sans épines et de bonne qualité après triage durant la campagne. Ce qui représente deux camions de 20 tonnes de fruits par jour. Etalée sur une superficie de plus de 2.400 m2, l'aménagement et l'équipement de l'unité de conditionnement ont nécessité une enveloppe de 20 millions de DH.
Dans le but d'assurer le succès de l'opérationnalisation de cette unité, de sa gestion et de la commercialisation de ses produits sur les plans national et international, l'ADA a appuyé la DPA de Tiznit, dans le cadre de la Stratégie de développement des produits du terroir. L'ADA a ainsi encouragé la mise en place d'un partenariat entre le GIE d'Aït Baâmrane et la coopérative Adrar, qui est active depuis longtemps dans le conditionnement et l'exportation de la tomate et, depuis quelques années, dans le conditionnement du figuier de barbarie. Ce partenariat prévoit un transfert des connaissances aux membres du GIE et ce, de la réception du produit à son expédition vers les différents marchés. Sur une période de 24 jours, cet accompagnement a permis à l'unité de conditionnement d'exporter 120 tonnes de cactus frais en Europe et en Amérique. Pour la même période, 62 tonnes de fruits conditionnés ont pu être vendues sur le marché local. Cette première expérience a créé 56 emplois dont 31 réservés aux femmes. Par ailleurs, le ministère de l'Agriculture et l'ADA se penchent, dans le cadre de cette même stratégie, sur la recherche de nouveaux marchés pour ce produit et son positionnement à l'échelle nationale et internationale. De même que la promotion de l'Indication géographique Sobbar Aït Baâmrane, qui est avant tout un produit naturel disposant de tous les atouts pour prétendre au label bio. Maintenant que l'unité de conditionnement est opérationnelle, le ministère de l'Agriculture va continuer à encourager le rassemblement des producteurs de cactus autour des centres de collecte. Ceux-ci devront améliorer leurs techniques culturales et leurs méthodes de récolte afin d'assurer un approvisionnement de qualité à la station de conditionnement. L'optique étant de minimiser les écarts et les rejets pour l'intérêt de tous, particulièrement des agriculteurs de la province de Sidi Ifni.
IGP Sobbar Aït Baâmrane
EN avril 2011, au Siam, le Groupement d'intérêt économique (GIP) Cactus Aït Baâmrane décroche l'Indication géographique protégée (IGP) «Sobbar Aït Baâmrane». Parmi ses objectifs, la promotion des pratiques agricoles respectueuses de l'environnement (sol, biodiversité...) et la promotion d'une démarche qualité bénéfique pour les acteurs de la filière. Du point de vue économique, il s'agit d'assurer une commercialisation équitable pour soutenir les familles qui cultivent et exploitent le cactus dans la région.
L'objectif est aussi de créer des emplois localement. Il faut préciser que l'aire géographique concernée par l'IGP s'étend, d'un côté, sur les limites administratives du cercle de Sidi Ifni, à savoir Sidi Ifni ville, Mesti, Sboya, Tioughza, Amellou, Imi N'Fast, Aït Abdallah Mirleft et Tangarfa. De l'autre, sur le cercle de Ksabi de la province de Guelmim (Tiliouine). A elle seule, la culture du figuier de barbarie représente dans la région Souss-Massa-Draâ 48,9% de la production nationale, et 57% du chiffre d'affaires agricole total généré par la filière au niveau national, selon le rapport de la DPA de Tiznit. La superficie totale du cactus varie entre 120.000 et 150.000 hectares. Au niveau de la zone d'Aït Baâmrane, la superficie couverte par le figuier de barbarie est de 36.000 ha et elle augmente de plus de 4% chaque année. La culture de ce produit du terroir occupe une place importante chez les habitants. En effet, ils réalisent plusieurs préparations traditionnelles à base de fruits, raquette et fleurs de cactus, comme le «Tousrimt», fruit nettoyé et séché entier, et le «Tozlimt» où seule la chair découpée est séchée. Très nutritif, riche en vitamine C, contenant de l'albumine, du sucre incristallisable et du mucilage, le figuier de barbarie a un autre avantage: il est possible d'en extraire une huile très nourrissante.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.