Les droits d'importation vont augmenter pour protéger la production nationale    Coronavirus : 93 nouveaux cas et 317 nouvelles guérisons, dimanche 12 juillet à 10H00    Pour la création d'une Haute Autorité de la Santé [Tribune]    Covid-19: 93 nouveaux cas confirmés au Maroc    RAM : Les passagers empruntant les vols au départ du Maroc sont dispensés de tests, mais...    Mohamed Hayak, directeur général de Chada FM, n'est plus    Marrakech : Hadirate Al Anwar signe une nouvelle œuvre [Diapo]    RAM renforce ses fréquences sur deux liaisons    Maroc vs Amnesty: Le gouvernement insiste sur les preuves    Agadir: Une grosse quantité de drogue détruite    Liga: les résultats et le classement de la 36e journée    Covid-19: 238 nouvelles guérisons ces dernières 24 heures    Casablanca: arrêtés pour avoir tenté de corrompre un commissaire    Royal Air Maroc : Les passagers au départ du Maroc dispensés de tests, mais ...    Le coup de gueule des Marocains souhaitant regagner leurs pays de résidence (VIDEO)    Message du roi Mohammed VI au président de la Mongolie    Casablanca: Abdeladim Chennaoui inhumé au cimetière Chouhada (VIDEO)    La loi de finances rectificative expliquée par un fiscaliste    Les derniers indicateurs de BAM en 5 points clés    Météo: le temps prévu ce samedi 11 juillet au Maroc    7 destinations insolites à visiter cet été    Dialogue social: un 2ème round aura lieu    Le plan de relance au menu d'un sommet européen    Erdogan provoque les chrétiens    La chimère des espaces verts : Casablanca à l'agonie    Huiles végétales, sucre et produits laitiers font grimper les prix mondiaux des produits alimentaires    L'OMDH préoccupé par les relations du Maroc avec Amnesty International    Athlétisme: Drôle de meeting et un gros bug à Zurich    Une série de réunions de la DTN pour développer le football national    Musée Mohammed VI d'Art moderne et contemporain    Reprise des activités à la Maison de la culture de Béni Mellal    "Papicha" au Festival du cinéma arabe de Séoul    Driss Guerraoui porté à la présidence du Réseau Afrique des maisons de la francophonie    Le Cameroun n'a pas encore donné son accord officiel pour la tenue du dernier carré de la C1    Mohamed Benabdelkader : La réforme du système judiciaire passe par l'amélioration des conditions de travail des magistrats    Enseignement: Il est temps de mettre en œuvre le système de la loi cadre    Alaa Eddine Aljem présente son « Miracle du saint inconnu » à Séoul    Mahi Binebine, Giosuè Calaciura, Souad Labbize boycottent la cérémonie de remise    US Round Up du vendredi 10 juillet – DeSantis, De Niro , Mode & Covid19, NBA, Hôpitaux    Champions League: voici les affiches des quarts (PHOTO)    Benzema élu joueur du mois en Espagne    Messages de condoléances du Roi Mohammed VI au Roi d'Arabie Saoudite et au Président ivoirien    Gims raconte son « Malheur Malheur »    Bus de Casablanca. Le PJD agent commercial d'Erdogan    Le roi Mohammed VI a envoyé un message au roi Salmane    Le président ivoirien a reçu un message du roi Mohammed VI    De nouveaux bains de sang évités en Tunisie    Guerre mémorielle autour de l'ancienne basilique Sainte-Sophie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ayouch: «Démarrer d'abord avec la darija»
Publié dans L'Economiste le 03 - 10 - 2013

Pour Noureddine Ayouch, le cursus scolaire de l'enfant doit démarrer avec sa langue maternelle qui n'est autre que le dialecte marocain, la darija. Une manière de le familiariser avec l'école et de le préparer à l'enseignement d'autres langues. Le fondateur de Zakoura Education décline sa vision de l'école.
- L'Economiste: Comment retenir les élèves dans le système éducatif?
- Noureddine Ayouch: Il faut d'abord leur redonner confiance dans l'école marocaine. Il est aussi important de tracer les élèves afin de comprendre leurs aspirations et de les orienter vers les domaines qui correspondent le plus à leurs aptitudes.
La formation professionnelle doit également être développée et tenir compte des besoins des entreprises. Il est, par ailleurs, important de redonner de la valeur au métier d'enseignant. En Finlande, par exemple, les enseignants doivent être diplômés d'une grande école et passer un concours avant d'accéder à la profession. Ils sont également motivés et bien rémunérés. D'un autre côté, l'école gagnerait à s'ouvrir aux nouvelles technologies. En Turquie, tous les élèves reçoivent des mini-ordinateurs. Sans oublier le volet épanouissement. C'est un aspect que nous tenons à privilégier à Zakoura Education où nous insistons sur les activités parascolaires. Notre taux de déperdition est de seulement 2,5%.
- L'école publique doit-elle s'inspirer du modèle des établissements privés?
- L'idée selon laquelle tout le public est mauvais est fausse. Il existe des établissements qui, à l'instar du lycée Moulay Youssef à Rabat, réussissent très bien leur mission. Le public et le privé doivent développer un véritable partenariat. L'Etat ne peut pas être partout et le privé peut prendre le relais. Il faut qu'il représente au moins 30% de l'offre de scolarisation. Cela créera une émulation saine entre les deux secteurs.
- Pour quelle raison selon vous l'enseignement des langues a-t-il échoué?
- Malheureusement, aucune des langues enseignées n'est maîtrisée par les élèves, y compris l'arabe classique. Le problème c'est que l'enfant ne démarre pas sa scolarisation avec sa langue maternelle. Il a besoin d'apprendre avec la «darija», qui est un dialecte extrêmement poétique, afin de se familiariser avec l'école, puis enchaîner avec les autres langues. Il est dommage que nos enfants ne maîtrisent pas les langues d'avenir, le français, l'anglais et bientôt le chinois. Certains pays africains ont commencé à faire venir des milliers d'enseignants étrangers afin de permettre aux élèves d'apprendre ces langues. Pourquoi ne pas tenter l'expérience?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.