Les indicateurs hebdomadaires de BAM en 5 points clés    Cellule terroriste démantelée le 10 septembre: Ce que révèle l'expertise de la police scientifique    La presse britannique évoque les « sculptures » de Mehdia    Raja: les détails du transfert de Badr Banoun à Al Ahly    Covid-19: le Maroc s'approche des 100.000 cas    Horrible découverte: Un bébé dans une poubelle    Le secrétariat général des Finances de nouveau vacant    El Fizazi n'exclut pas un retour de Benkirane à la politique    Covid-19: tous les gouvernorats tunisiens classés en zone rouge    Le Maroc va-t-il changer son protocole sanitaire pour sauver le tourisme ?    Turquie : Ankara condamne un journal grec qui avait invité Erdogan à « aller se faire foutre »    Ukraine: trois étudiants marocains tués dans un terrible accident    Décès de Mohamed Talal    Nouvelles solutions de Bank of Africa destinées aux étudiants    Installation des nouveaux membres de la CRDH de Guelmim-Oued Noun    Le secteur du livre affaibli par la pandémie    La cérémonie des Emmy Awards, en direct mais 100% virtuelle au temps du coronavirus    La FNM organise des expositions dans l' ensemble de ses musées " pour célébrer la vie "    La Juve en quête d' un 10ème titre de suite    Rude épreuve doukkalie pour le Raja et le Wydad    Algérie : 4 morts et six portes disparus après le chavirement d'une embarcation de fortune    En RDC, les fonctionnaires fictifs rattrapés par la justice    Voici quand débute le mois de Safar au Maroc    Casablanca: le distanciel pour 2 semaines supplémentaires    Casablanca : La quarantaine prolongée deux semaines à partir de lundi prochain    Cybersécurité : La CGEM établit un guide pour les entreprises    Finale de la ligue des champions CAF 2018-2019 : L'appel du Wydad rejeté par le TAS    Les Produits alimentaires agricoles affichent un bilan solide à l'export    Rabat: les professionnels de la Santé seront récompensés    Le Maroc signe un mémorandum d'entente pour l'acquisition de vaccins anti-Covid 19    Etat-Unis : Les applications chinoises TikTok et WeChat interdites    Ait Taleb: « la situation au Maroc est préoccupante, mais… »    Dislog lance une fondation pour l'entrepreneuriat en partenariat avec Endeavor    Mostra de Venise. L'actrice marocaine Mila Suarez crée le buzz avec un baiser « hot »    Maître Gims membre d'une secte islamiste ?    Où sont passés les 1,9 MMDH alloués à la Santé ? Ait Taleb s'explique    L'Institut CDG organise une série de webinaires    Le gouvernement adopte un projet de décret relatif à la simplification des procédures et formalités administratives    Algérie : deux ans de réclusion pour un ancien policier devenu une figure du «Hirak»    Officiel: Gonzalo Higuain quitte la Juventus    Mise à jour de la 23ème journée de la Botola Pro D1 : Le Wydad revient à un point du leader    Le forum de la jeunesse du cinéma hassani démarre ce soir    Chic Intemporel : La dimension humaine d'une marketplace solidaire    Marchés publics et gouvernance des tribunaux : Le ministère de la justice trace son plan d'action    Message de condoléances et de compassion de S.M le Roi à la famille de l' artiste Anouar Al Joundi    Enfin, un carton plein du Wydad    L'association Espace les Oudayas salue les travaux de restauration    On ne peut pas écrire, sans lire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Maroc/UE
L'accord qui fait trembler les opérateurs
Publié dans L'Economiste le 27 - 01 - 2014

UN accord à haut risque pour l'économie nationale? Le 3e round des négociations pour la signature d'un accord de libre-échange complet et approfondi (Aleca) entre le Maroc et l'UE s'est achevé vendredi 24 janvier. Rendez-vous a été pris pour un quatrième round au cours du deuxième trimestre.
Du chemin reste encore à parcourir avant la signature d'un accord final. Mais d'ores et déjà, certains chefs d'entreprise estiment ne pas avoir été impliqués dans les discussions. La Fédération du commerce et des services/CGEM prépare une journée d'information pour examiner les enjeux de l'accord et attirer l'attention des pouvoirs publics sur les risques de mauvais deal. L'Association marocaine des exportateurs (Asmex) refuse de prendre position pour l'heure et attend de recevoir les conclusions d'une étude d'impact (côté marocain) de l'Aleca. «Avant le début des négociations en mars 2013, nous avons tenu une réunion de concertation avec la CGEM. L'objectif était, pour la partie marocaine, de recueillir auprès des opérateurs économiques les points de vigilance sur lesquels nous devons insister. Le patronat a exprimé ses remarques et préoccupations», explique Latifa El Bouabdallaoui, négociateur en chef.
Après les deux premières rencontres, le 3e round constitue le début des choses sérieuses. Visiblement, les négociations seront ardues, car l'enjeu est important pour les deux parties. Que ce soit pour le Maroc ou pour l'UE, l'Aleca devra permettre l'ouverture des marchés respectifs et le développement des échanges commerciaux. Un objectif qui passera aussi à travers la convergence réglementaire. Il s'agit d'évaluer le gap entre les réglementations en vigueur au Maroc dans onze secteurs, identifiés comme porteurs et de le combler. Un comité de négociation a été créé pour chacune des thématiques.
L'un des secteurs qui concentre les appréhensions porte sur l'alignement des procédures de passation des marchés publics sur celles en vigueur en Europe. Sauf que sur ce point précis, les opérateurs nationaux sont catégoriques. Les entreprises européennes sont déjà massivement présentes au Maroc et s'adjugent souvent de gros marchés. «En raison de la crise économique, les opérateurs européens débarquent avec du matériel largement amorti et décrochent les marchés les plus rentables. En plus, ils cassent les prix», accuse le chef d'une entreprise de BTP.
Au moment de l'élaboration du nouveau décret sur les marchés publics, la Fédération du BTP avait recommandé d'introduire la notion de l'appel d'offres national. La requête n'a pas été retenue. Un quota de 20% des appels d'offres publics sera tout de même réservé aux nationaux. L'essentiel de la commande publique restant ouvert à la concurrence internationale.
Sauf que, bien que détenant une expertise éprouvée, très peu d'entreprises marocaines disposent de la capacité de se projeter sur des marchés au sein de l'UE en matière d'infrastructures.
L'autre débat qui risque d'être particulièrement houleux concerne les négociations sur la libéralisation et le droit d'établissement. Deux thématiques qui avaient fait l'objet de discussions séparées il y a quelques années entre Rabat et Bruxelles, mais qui n'ont finalement pas abouti.
Les deux thématiques ont été intégrées dans les discussions de l'Aleca. Le sujet est encore plus sensible que celui des marchés publics. La libéralisation des services est censée permettre à certains secteurs, tels que la banque, l'assurance de s'implanter de part et d'autre. «Si le Maroc autorise aux banques européennes de s'installer, cela risque de concurrencer le secteur bancaire national puisque les entreprises européennes préfèreront toujours faire appel aux services d'un établissement de crédit étranger», explique un professeur universitaire. Les transporteurs avaient également réclamé l'exclusion de leur secteur des négociations. «Si les transporteurs européens s'installent au Maroc, cela signifiera l'arrêt de mort des entités marocaines à l'image de ce qui est arrivé avec le TIR», relève un transporteur.
Les appréhensions concernent aussi les professions libérales. Les négociations devraient définir les conditions d'installation de certaines professions. Pour l'instant, aucune exception n'a été prévue. Les nationaux redoutent l'arrivée massive d'avocats, architectes, experts-comptables européens sans que la réciprocité ne soit garantie. Ce droit d'établissement reste la pierre d'achoppement.
Les raisons sont nombreuses. A l'exception des professions réglementées, il n'existe au Maroc aucune classification des métiers. Rabat s'est engagé à en définir une pendant les discussions de l'accord.
Les obstacles non tarifaires
EN principe, l'Aleca est censé permettre aux produits marocains d'accéder plus facilement au marché européen. Un comité doit identifier les obstacles techniques au commerce. Malgré le démantèlement tarifaire (à l'exception de rares produits), de nombreux produits marocains trouvent encore beaucoup de difficultés pour accéder au marché européen. En cause, le verrouillage à travers la multiplication des normes obligatoires. Aucun secteur n'échappe à la normalisation. A l'inverse, le Maroc, qui commence à renforcer son portefeuille, est une porte ouverte aux exportations européennes. Le challenge est maintenant d'examiner comment les barrières non tarifaires pourront être surmontées pour un début d'équilibre. «Même à l'intérieur de l'Union européenne, il n'y a pas de convergence réglementaire en matière de normes», précise Nabil Boubrahimi, universitaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.