Article 1067789    SCR: Deux nouveaux administrateurs désignés    L'EMSI primée à Istanbul    Lutte contre le cancer: Les engagements d'El Othmani    Marocains bloqués à Mellilia: reprise de l'opération de rapatriement    Province de Jerada/Covid-19 : Les mesures restrictives prolongées d'une semaine    Khalid Ait Taleb : «Nous sommes encore dans la première vague»    Chama Zaz : L'étoile de l'Aita Al Jabalia s'en est allée !    Programme de soutien destiné au domaine artistique : 459 projets subventionnés    Pédocriminalité : Après le drame de Adnane à Tanger, le supplice de Naïma à Zagoura    OCP : La solidité financière au rendez-vous    TPME, ces chiffres qui font peur !    Mali: Le président de transition Bah N'daw remercie le Roi Mohammed VI en recevant Nasser Bourita    Bilan bimensuel de la Covid-19 : Une hausse de 10% des cas d'infection depuis début septembre    De l'enseignement supérieur dans le monde arabe    La course aux points bat son plein aussi bien en haut qu ' en bas du tableau    Laâyoune : enquête judiciaire suite aux divagations de certains séparatistes    Automobile: la DGI lance un nouveau téléservice    La FIFA et la CAF entament leurs auditions    USA : séparation des pouvoirs, dites-vous ?    Boujemâa Achefri médite en couleurs    Les condoléances du roi Mohammed VI à la famille de Chama Zaz    Le FC Séville s'intéresse à Oussama Idrissi    L'art de l'écriture et le monde de la beauté universelle    Le Raja lance un nouveau jeu-concours (VIDEO)    Imminent retour des Marocains bloqués à Mellilia, Sebta temporise    Brexit: les tractations reprennent    Rachida Dati candidate aux présidentielles de 2022    Angleterre: Liverpool arrête Arsenal    Coronavirus: Lions de l'Atlas    L'artiste marocaine Amina livre ses « Confidences »    Matchs amicaux de l'équipe nationale : Halilhodzic dévoilera la liste des Lions de l'Atlas ce jeudi    Arbitrage : Hicham Tiazi de retour !    Le bilan gouvernemental: en déphasage des réalités du pays!    Pétition pour la vie: son initiateur réagit au rejet d'El Othmani    Hôpital militaire marocain à Beyrouth : plus de 39.000 prestations médicales    Vives tensions entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan    Youssef Amrani réaffirme l'identité africaine du Maroc    Chama Zaz: la dame de la «Taktouka Al Jabalia» n'est plus    La députée Fatima Zahra Barassat interpelle le Chef du Gouvernement    Khansa Batma : "Il a fallu puiser dans mon vécu !"    Tanger-Tétouan-Al Hoceïma : Parachèvement en matériel informatique de 34 établissements scolaires    Procès à distance : Plus de 7.000 audiences tenues en cinq mois    Ahmed Tawfik Moulnakhla, DG de Guichet.com : « Au Maroc, c'est la pérennité du secteur qui est aujourd'hui en jeu »    Terrorisme : le Secrétaire à la Défense américain, Mark Esper, au Maroc ce vendredi    Togo : Victoire Tomegah Dogbé, première femme à la tête de l'exécutif    Mohammedia: un Subsaharien interpellé dans une banque    France. Les généraux se révoltent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Maroc-UE
«Nous négocions des mesures d'accompagnement»
Publié dans L'Economiste le 27 - 01 - 2014

Le 3e round de négociations de l'Aleca vient de prendre fin. Cet accord, qui vise une intégration approfondie de l'économie nationale dans le marché commun européen, n'échappe pas aux critiques surtout celles liées à l'accompagnement des entreprises. Pour Mohamed Abbou, ministre délégué en charge du Commerce extérieur, l'Aleca «n'est pas un accord commercial simple mais plutôt un projet de société qui permettra de rehausser les standards de production, de commerce et de développement du pays». L'expérience avec le Royaume servira de modèle à l'UE.
- L'Economiste: Quelles sont les garanties données aux opérateurs marocains pour sauvegarder leur intérêt après la conclusion de l'Aleca. Des mesures d'accompagnement sont-elles prévues?
- Mohamed Abbou: L'Accord de libre-échange complet et approfondi prévoit une composante importante en matière de rapprochement réglementaire. Nous sommes conscients de l'effort demandé aux opérateurs et à l'Administration pour converger vers l'acquis communautaire. C'est pour cette raison que le Maroc demande à l'Union européenne un accompagnement conséquent, dédiée aux réformes à engager suite à l'Aleca. Le gouvernement comprend parfaitement les inquiétudes des opérateurs surtout ceux qui se sentent peu compétitifs ou ceux qui ne sont pas armés pour profiter de l'intégration à l'espace économique européen. Le gouvernement entend donc les rassurer notamment en tenant compte de leurs préoccupations au moment des négociations, en intégrant dans les stratégies sectorielles la convergence réglementaire, en renforçant les programmes d'appui aux entreprises et en mettant en place des mesures d'accompagnement adéquates.
- L'Aleca est critiqué par une grande partie des professions libérales notamment les avocats à cause du droit d'établissement. Qu'est-ce qui a été fait dans ce sens?
- A date d'aujourd'hui, nous n'avons pas encore évoqué les offres de concession en matière de services dans le cadre de l'Aleca. Ceci étant, les négociateurs du groupe «commerce des services et investissement» sont conscients des enjeux de ce secteur et ne manqueront pas de prendre en considération les intérêts des professions libérales.
- Les professionnels reprochent un manque de concertation. Le patronat a-t-il fait partie des négociations?
- Moi qui suis issu du monde des affaires, je peux vous dire que depuis ma nomination j'ai multiplié les contacts avec les chefs d'entreprises soit à travers la CGEM, soit à travers les Chambres pour restaurer la confiance et jeter les ponts d'une concertation permanente et durable sur tous les sujets qui intéressent le commerce extérieur. Concernant les négociations avec l'UE, j'ai réuni avant ce round la CGEM, les associations et les chefs négociateurs qui ont eu tout le temps pour le préparer.
- Aujourd'hui, le Maroc dispose-t-il réellement d'un pouvoir de négociations avec tous les intérêts économiques communs avec l'Union européenne?
- Le Maroc a fait un choix irréversible d'ouverture économique et d'arrimage à un partenaire de référence qu'est l'Union européenne. Il était demandeur de cet Aleca qui n'est pas un accord commercial simple mais plutôt un projet de société qui permettra de rehausser les standards de production, de commerce et de développement au Maroc. Les intérêts du pays ne seront que renforcés par ce nouveau jalon basé sur le respect de la dimension développement qui permettra d'adopter une approche progressive et sélective en matière de convergence réglementaire. Cet accord permettra d'élargir le partenariat avec le Maroc du simple accord d'association à une intégration progressive de son marché et ce pour répondre aux besoins de développement de notre pays qui a su, grâce à la clairvoyance de Sa Majesté, négocier le virage du printemps arabe. Il ne s'agira donc pas d'un accord commercial au sens strict du terme mais d'un accord qui devrait tenir compte de la dimension de géopolitique aussi, surtout avec le rôle de leader de notre pays dans la région. Sans oublier que c'est un accord pilote que l'UE compte étendre à d'autres pays arabes.
- Quels sont les points abordés lors de ce round et les conclusions tirées?
- Ce round a été l'occasion pour le Maroc et l'Union européenne de discuter de toutes les thématiques concernées par l'Aleca. Ce round s'inscrit dans la continuité des deux précédents dans la mesure où les chefs de groupe ont poursuivi l'échange d'informations et de commentaires sur les projets de textes dans une optique de rapprochement de points de vue des deux parties. Ce round a également été l'occasion pour les négociateurs marocains de revenir sur l'importance de la sélectivité et de la progressivité pour la mise en œuvre des engagements. L'accent a également été mis sur l'importance d'intégrer la notion de développement dans tous les chapitres pour notamment prendre en considération le différentiel de développement entre les deux parties.
Une étude d'impact
LE Maroc lancera prochainement une étude sur l'évaluation des effets de cet accord sur l'économie nationale. «Cette étude est nécessaire pour éclairer et orienter les négociateurs marocains et pour évaluer l'impact socioéconomique de cet Accord», explique Mohamed Abbou. Elle permettra également d'identifier les moyens et mesures d'accompagnement qui permettraient de mettre en œuvre l'Aleca dans les meilleures conditions possibles et d'en tirer profit en termes de développement économique et d'intégration au marché unique européen.
Propos recueillis par


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.