Une rentrée politique qui promet des remous, et le PJD toujours dans ses petits calculs    Les autorités publiques dénonce les contrevérités de « Human Rights Watch »    Premier League : Liverpool arrête Arsenal    El Guerrab interpelle l'AEFE sur les dysfonctionnements des écoles française    Un Marocain produit une machine de désinfection à ultraviolets    Combien coûte le test PCR dans le privé ?    Importation : les transitaires se plaignent des bureaux de contrôle    Chami présente ses recommandations pour une intégration régionale réussie du Maroc en Afrique    Real Madrid: Eden Hazard indisponible au moins 15 jours    HCP: le PIB recule au 2ème trimestre 2020    INWI : El Mountassir Billah remplace Nadia Fassi-Fehri à la présidence    Immobilier marocain : la formule gagnante pour conquérir des capitaux institutionnels internationaux    L'affaire Naïma. Les parents racontent toute l'histoire derrière l'abominable meurtre de leur fillette (reportage vidéo)    ONDE: Mobilisation générale contre les violeurs et les agresseurs d'enfants (vidéo)    Tanger : réouverture des salles de sport à partir de...    Marrakech : «Hikayat Shahrazad», l'art au service des nobles causes    Une étape importante qui transforme une impasse de plusieurs années en un véritable élan    Le FC Barcelone tient son nouveau défenseur !    Le HUSA assure son maintien, le CAYB menacé    Vahid Halilhodzic tiendra une conférence de presse    Roland-Garros: Serena Williams déclare forfait    Communiqué du bureau politique du PPS    Cour des Comptes : L'encours à la dette a plus que doublé durant la dernière décennie    Le «nœud»    Hong Kong: Arrestation de Joshua Wong    TikTok : La bataille juridique s'achèvera-t-elle ?    L'Algérie a besoin d'un prix du baril de pétrole à 157,2 dollars pour équilibrer son budget    Années 30. Comment vivaient les Juifs du Maroc    «Les Gnawa de Lalla Mimouna», de M'bark El Haouzi et Erwan Delon aux Editions l'Harmattan    Rentrée scolaire: quid de l'enseignement de l'amazighe?    La Chikha est avant tout une guerrière    Technologie de stérilisation des matelas : SteriMat, une innovation signée dolidol    Imam Mahmoud Dicko: dans les situations difficiles, le Maroc "est le premier pays qui vient au secours du Mali"    Voici le temps qu'il fera ce mercredi    Marsa Maroc : CA de 1 454 MDH au 30 juin    Des Marocains bloqués à Melilia bientôt rapatriés    CNSS : nouveau soutien au profit des entreprises [Document]    Le nouvel Émir du Koweït prête serment    Présidentielle américaine : le premier débat entre Donald Trump et Joe Biden sombre dans la confusion générale    Colère en Inde après la mort d'une jeune femme à la suite d'un viol collectif    Restitutions d'œuvres d'art : la gestion française du dossier laisse à désirer    Subventions accordées aux artistes: le coup de gueule de Latifa Raafat (VIDEO)    Covid-19 au Maroc: triste bilan des décès    Chama Zaz : L'étoile de l'Aita Al Jabalia s'en est allée !    Programme de soutien destiné au domaine artistique : 459 projets subventionnés    La course aux points bat son plein aussi bien en haut qu ' en bas du tableau    Matchs amicaux de l'équipe nationale : Halilhodzic dévoilera la liste des Lions de l'Atlas ce jeudi    Terrorisme : le Secrétaire à la Défense américain, Mark Esper, au Maroc ce vendredi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aleca: Le grand plongeon dans l'inconnu
Publié dans L'Economiste le 17 - 02 - 2014

Quel intérêt pour le Maroc de négocier l'Accord de libre-échange complet et approfondi? Du moins pour ce qui est des services. Si l'unanimité est faite quant à l'opportunité d'améliorer l'accès aux marchés de l'UE pour les secteurs productifs, il en va autrement des services. Le débat co-organisé jeudi 13 février par l'Association marocaine des exportateurs et la Fédération du commerce et services de la CGEM est révélateur à ce sujet. C'est l'angoisse quasi généralisée parmi l'écrasante majorité des opérateurs. Une angoisse de plus en plus attisée par l'absence de concertation avec les premiers concernés.
Attendu à ce débat, modéré (à titre gracieux) par le rédacteur en chef de L'Economiste, Mohamed Benabid, le ministre délégué en charge du Commerce extérieur s'est désisté au dernier moment. Sa représentante, censée présenter les résultats des négociations en cours, a laissé l'assistance sur sa faim. Quel est le contenu des offres présentées de part et d'autre? Quel impact attendu de l'accord en négociation? A-t-on entamé les véritables négociations ou sommes-nous encore en phase de discussions exploratoires? Sur ces interrogations, Latifa El Bouabdellaoui, directrice des Relations commerciales internationales, est restée évasive. Tout au plus, elle a indiqué que le négociateur marocain se fera accompagné par un cabinet spécialisé. La directrice semblait ne pas être concernée par les propositions de l'auditoire.
Pourtant, l'enjeu est de taille. «Le secteur des services représente à lui seul l'équivalent de 60% du PIB», estime le président de la FCS, Khalid Dahami. Un secteur qui reste régi par des réglementations nationales. Pourquoi en négocier la convergence réglementaire alors que l'acquis communautaire fait encore défaut, s'interroge Nezha Lahrichi, présidente du Conseil national du commerce extérieur (CNCE). Surtout qu'il y a un précédent dans cette affaire. Le Maroc avait en effet, initié, à la demande de l'UE, des négociations en 2009 sur les services et droit d'établissement mais sans résultat. Et pour cause! Le partenaire européen exigeait d'abord les mêmes concessions que le Maroc a offertes aux Etats-Unis avant toute discussion. Aujourd'hui, la situation n'a pas changé dans la mesure où même la mobilité des opérateurs marocains relève de la souveraineté de chaque pays membre de l'Union. C'est ce qui renforce l'inquiétude des professionnels. Ces derniers seront appelés une fois l'accord conclu à grossir les files d'attente devant les consulats européens pour pouvoir concrétiser des transactions. Ce qui est étonnant, est que cette fois, c'est le Maroc qui est demandeur pour un dossier mal préparé. Tout particulièrement, pour ce qui est des axes relatifs aux services et marchés publics. En effet, si des gains pour les autres axes sont perceptibles, ils sont nuls, voire négatifs en ce qui concerne les services. (Voir Tribune de Nabil Boubrahimi; édition du jeudi 13 février).
Le même constat est d'ailleurs observé par l'étude d'impact élaboré par le cabinet hollandais Ecorys. C'est que le pays a pris beaucoup de retard en matière de normalisation. Il totalise actuellement quelque 11.000 normes, tous secteurs confondus, contre 400.000 en Europe, 80.000 en Turquie et 16.000 en Tunisie. C'est dire le gap qui nous sépare du partenaire européen. «D'où la nécessité de prévoir un traitement asymétrique des relations», martèle Hassan Sentissi, président de l'Asmex.
Quant aux marchés publics, c'est le pot de terre contre le pot de fer. Pour Sentissi, «autant les entreprises européennes auront un accès facile au marché marocain, autant il sera difficile à nos PME de décrocher des appels d'offres des pays de l'UE». Conclure un accord équilibré passe par la mise en place d'un fonds de convergence, estime le chef de file des exportateurs. Une chimère, réplique le secrétaire général du CNCE, Mohamed Benayad. A ses yeux, il ne faut pas s'attendre à ce que l'Union subventionne sa propre concurrence. D'autant plus que le poids du secteur européen des services reste considérable: 70% des PIB en moyenne.
«En revanche, il serait judicieux de procéder à une étude d'impact de l'actuel accord d'association avant d'entamer les véritables négociations», préconise Bachir Rachdi, membre du Conseil économique, social et environnemental. Mieux, il appelle à la mise en place d'un groupe de travail émanant des deux conseils marocain et européen.
Le BTP contre la libéralisation
La Fédération nationale du bâtiment et travaux publics est contre la négociation de l'axe relatif aux marchés publics. Et pour cause, l'essentiel de la commande publique porte sur le bâtiment et les infrastructures. Or, les entreprises européennes n'ont pas besoin d'accord de libre-échange pour décrocher des contrats au Maroc. Le pays a toujours été ouvert aux entreprises étrangères même celles de pays avec lesquels nous ne sommes pas liés par des accords. «Par ailleurs, le principe de réciprocité de l'accès aux marchés publics des parties signataires de l'ALE est pratiquement impossible pour nos entreprises ne serait-ce qu'en raison des entraves à la circulation des personnes vers ces pays», soutient la profession. De plus, les marchés publics, notamment ceux dédiés au secteur du BTP ne constituent pas des opportunités d'investissement au Maroc. Au contraire, ils correspondent à des importations nettes de services et donc des sorties de devises.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.