Lutte contre le terrorisme et le crime organisé : Renforcement de la coopération entre le Maroc et les USA    Emprunt obligataire : sortie réussie du Maroc sur le marché international    Achat d'armes américaines : le Maroc, pays dominant de la région MENA    Paris: attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo    Liga : Jawad El Yamiq s'engage avec Real Valladolid    Derby Wydad-Raja (0-0) : Un nul sans spectacle !    Supercoupe UEFA : Bounou et En-Nesyri finalistes malchanceux !    Transferts : Ayoub El Kaabi rejoint le Wydad    Botola Pro D1 : La RSB ne lâche pas prise    Covid-19 : 413 élèves et 807 enseignants contaminés depuis la rentrée scolaire    Pas de report de l'examen régional de la 1-ère année du baccalauréat    Twitter ne protège pas assez les femmes, selon Amnesty International    Mission française : les parents d'élèves obtiennent un report de paiement des frais de scolarité    Les autorités serrent la vis à Casablanca    Le covid-19 ferme un célèbre quartier à Fès (PHOTOS)    Dislog: belle opération du groupe avec le rachat de Fine Hygienic Holding    Démarchage téléphonique : une loi française met-elle les call center marocains en danger ?    Finances - Bilan au 1er semestre 2020 : TAQA Maroc présente ses résultats    Omnisports : Courrier du Nord-Est    Enzo Zidane au WAC: c'est pour bientôt !    Baromètre Deloitte des CEOs africains : L'après-Covid-19 vu par les patrons africains    Maroc : Bilan positif pour la 61è Assemblée des Etats membres de l'OMPI    Casablanca Finance city: la réorganisation du pôle financier est actée    L'agilité, c'est pour les gouvernements aussi    Liquidité des banques: le besoin se creuse en août    Agadir: les professionnels du tourisme se retroussent les manches    Les écoles françaises au Maroc font preuve de résilience    El Otmani a parlé des vaccins anti-covid 19    Sahara marocain: nouveau coup asséné au polisario et à l'Algérie    World News Day: D'esclave à activiste    A quoi servent les rapports d' activité des institutions de gouvernance ?    FAR: le général Louarak en visite d'inspection au mur de défense    Pathologique fièvre électorale aux Etats-Unis : Quel cap pour le Maroc face à une Amérique déchirée ?    L'ancien chef de mission de Macron, Alexandre Benalla testé positif au Covid    La nécessité de la Politique !    Officiel: Luis Suarez signe à l'Atletico de Madrid!    Maroc/Etats-Unis : Abdellatif Hammouchi reçoit à Rabat l'ambassadeur américain David Fischer    Le Musée Mohammed VI rend hommage à Gharbaoui    Rabat : A la capitale, les musées sont ouverts    "Watchmen", les super-héros qui confrontent l'Amérique à ses démons passés et présents    Le coup de gueule de Laura Smet contre la cruauté envers les animaux    Ayoub Qanir primé à Toronto et Venise    Le monde de l'écriture et les champs de la création maghnifique    Youssef Mhakkak interpelle notre conscience dans «je suis une conscience»    L'art des objets, l'art de la trace    À Washington, derniers hommages à la juge Ruth Bader Ginsburg avant la bataille politique    Mali : la Cédéao pourrait acter vendredi une levée des sanctions    Présidentielle américaine : Donald Trump peu enthousiaste à l'idée d'une passation pacifique du pouvoir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aleca: «Changeons de méthodologie de négociation»
Publié dans L'Economiste le 17 - 02 - 2014

Les premiers concernés par les négociations sur les services sont dans le flou total. Le tiers des chefs d'entreprises ignore le contenu de la feuille de route de l'Accord de libre-échange complet et approfondi. Et 45% des initiés le considèrent comme une menace. D'où l'inquiétude qui couve dans la profession.
- L'Economiste: Comment percevez-vous les négociations en cours sur l'Aleca?
- Khalid Dahami: A la demande du Maroc, les négociations pour l' Aleca ont débuté mars 2013 avec l'UE, notre principal partenaire économique. Nous sommes en train de lancer à notre niveau les concertations avec les professionnels. D'où la table-ronde que nous avons co-organisée avec l'Asmex, jeudi 13 février, en présence de la représentante du ministère du Commerce extérieur, des représentants de différents conseils d'ordre, d'associations professionnelles et même de chercheurs universitaires.
Nous pensons réellement que l'Aleca peut être une excellente opportunité pour le Maroc, mais à condition que nous tous, public et privé, œuvrions à la mise en place d'un certain nombre de préalables qui sont à notre sens la réalisation d'une étude d'impact modulaire, la conclusion d'un contrat-programme pour les services, l'intégration dans les négociations de la dimension niveau de développement du tissu entrepreneurial. Il faut aussi prévoir des mesures d'accompagnement au profit de la PME et des professions libérales. Le but étant de renforcer nos 3 C: compétitivité, conformité, connectivité.
- Est-il logique de négocier la convergence vers l'acquis communautaire qui n'existe pas encore totalement au sein de l'Union?
- Ce n'est pas une question de logique, mais de fait. A ce que nous sachons, aujourd'hui très peu d'activités liées aux services disposent d'un acquis communautaire. Et c'est à chaque Etat de l'UE que revient la tâche de légiférer sur le sujet. Maintenant, la question est sur la base de quel référentiel nous allons négocier?
- Quel impact prévisible sur le secteur marocain du commerce et services?
- D'après l'étude du cabinet Ecorys, en dehors des services publics dont la valeur ajoutée devrait augmenter de 1% à long terme, celle du secteur des TIC et autres services aux entreprises devrait faire face à une compétition plus accrue de la part des entreprises européennes et pourrait perdre près de 1,7% de sa production. Selon la même étude, au niveau exportation, la plupart des secteurs des services devraient enregistrer une baisse de leurs exportations.
Nous pensons qu'il y a des opportunités, mais pour y voir plus clair, nous avons besoin de procéder à une étude d'impact, qui permettra réellement de zoomer sur les différents secteurs liés aux services.
- La FCS a-t-elle été associée à la préparation du dossier?
- Les personnes en charge du dossier au niveau des différents départements ministériels et à leur tête celui du Commerce extérieur travaillent d'arrache-pied sur le sujet et il y a eu quelques échanges. Ceci dit, à la lumière de la réunion du jeudi 13 février, toutes les personnes présentes sont arrivées à la conclusion que pour une meilleure efficacité dans ces négociations, nous devons revoir notre méthodologie de travail et de concertation public/privé, pour une meilleure harmonie, évitant ainsi toute précipitation. Pour nous les professionnels, nous centralisons l'ensemble de nos recommandations au niveau de la présidente de la CGEM qui a désigné une commission dédiée. Nous devons nous donner tous les moyens et toutes les chances pour la conclusion d'un Aleca dans les meilleures conditions et dans un esprit gagnant-gagnant. C'est un projet d'avenir pour le Maroc et toutes les composantes doivent y être associées.
- Quels sont les points de vigilance?
- Il y en a plusieurs, mais les principaux que nous avons détectés concernent la mobilité des personnes, la reconnaissance mutuelle des diplômes, l'élaboration des normes métiers, la généralisation et l'accélération de la mise en place de normes. D'ailleurs, à ce sujet, il y a un travail énorme à faire et rien que pour avoir une idée, au Maroc, il existe presque 11.000 normes contre 400.000 en France, 80.000 en Turquie et 16.000 en Tunisie.
Propos recueillis par


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.