Mercato : Le Hellas Vérone négocie avec l'AC Fiorentina pour Amrabat    Tholot : “Aït Bennasser a perdu son niveau”    Larache, capitale des fruits rouges    Le BTP termine l'année sur une bonne note    Ces routes migratoires et ceux qui les empruntent    Chikayates: 194.000 réclamations reçues    Projets de lois votés aujourd'hui par les conseillers    Comment sommes-nous devenus si cons?    Plus d'un milliard de DH pour la réhabilitation d'écoles en 2019    «Sourtna», quand de jeunes photographes prennent d'assaut le Fort Rottenbourg    Nasser Bourita : l'ouverture de consulats dans les provinces du Sud souligne la marocanité du Sahara    La corruption endémique fait florès    Le Souverain accorde une audience à l'archevêque de Rabat    Les députés russes approuvent les amendements constitutionnels de Poutine    S.M le Roi reçoit plusieurs ambassadeurs étrangers    Le Bahreïn réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    Ziyech victime d'une déchirure musculaire au mollet    Yassin Ayoub signe au Panathinaïkos    Mohamed Wahab désigné meilleur officiel technique africain 2019 par la CAA    Ecologique pendant son utilisation, la trottinette électrique l'est un peu moins lors des phases de production et de recyclage    Le Conseil de la concurrence et l'IFC renforcent leur partenariat    La ménopause prématurée augmente le risque d'avoir des problèmes de santé à la soixantaine    mWellness Group prévoit d'investir 200 MDH au Maroc d'ici 2025    Ces stars mariées à leur amour de jeunesse    A Essaouira, le travail de mémoire commune des juifs et des musulmans    Parution de l'ouvrage "Renouveau pour le Maroc" de ses coauteurs Abdelaâli Benchekroun et Nour-Eddine Saoudi    IFC accorde un prêt de 100 millions de dollars à la Région Casablanca-Settat    Affaire « Hamza mon bb » : les derniers éléments du procès    La Tribune de Nas : Pas la guigne habituelle…    La tempête Gloria fait 10 morts et 4 disparus    Thomas Reilly : « le Maroc et le Royaume-Uni ont énormément à offrir au continent africain »    Nouveau virus : trois villes chinoises déclarées en quarantaine, les festivités du Nouvel An annulées à Pékin    La sélection nationale de handball approche de la qualification à la Coupe du monde    Arrestation d'un individu pour trafic de psychotropes à Fnideq    Programme national d'approvisionnement en eau potable et d'irrigation 2020-2027 : La communication se renforce autour du dispositif    Botola Pro D1 : Le Hassania d'Agadir renoue avec la victoire    Destitution Trump: l'accusation en appelle au courage des sénateurs républicains    BCE: Pleins feux sur la future stratégie et les risques    La République centrafricaine ouvre sa représentation diplomatique à Laâyoune    Exil médical: Une véritable hémorragie    Présidentielles boliviennes: Evo Morales désigne son candidat…    En Grèce, une femme élue pour la première fois à la présidence    Edito : Civisme    Comment les étudiants voient leurs rêves s'éloigner    Cinéma : Adam, la force des femmes devant et derrière la caméra    Arrestation d'un président de commune pour corruption    Au titre de l'année 2019 : 80 rencontres culturelles dans 35 cafés littéraires de par le Maroc    Improvisation sur «Des tranches de vie nées du néant»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Compensation: La cagnotte surprise du Trésor
Publié dans L'Economiste le 26 - 06 - 2014

Comme nous le relevions dans notre édition d'hier (voir rubrique Evènement du 24 juin 2014), la décompensation des carburants donne une formidable bouffée d'oxygène au budget. Sur les cinq premiers mois de l'année, le Trésor a réalisé 4 milliards de dirhams d'économies au titre des charges de la compensation. A fin mai, les décaissements s'élevaient à 13,34 milliards de dirhams.
Le gouvernement anticipe déjà une réduction substantielle de dépenses des subventions prévues dans le budget. «Celles-ci devraient se situer entre 32 et 35 milliards de DH», a revelé le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane lors du conseil d'administration de la Caisse de compensation qu'il a présidé hier mardi. Sur l'année, les économies devraient se chiffrer à 7 milliards de dirhams, soit l'équivalent de 80% de la paie mensuelle des agents de l'Etat.
Les économies sur les charges de compensation proviennent essentiellement de la réduction du soutien accordé aux produits pétroliers hors gaz de butane. Car, «il n'est pas question de décompenser le gaz et les produits alimentaires», tranche Mohamed Louafa, ministre délégué chargé des Affaires générales et de la Gouvernance. Mais la vigilance reste de rigueur. La situation en Irak a porté le baril du brut à 115 dollars la semaine dernière contre 102 dollars à la même période de 2013. Mais le gouvernement affirme tenir jusqu'à 120 dollars (le budget a été bâti avec un baril à 104 dollars). Or si, la surchauffe perdure avec les autres foyers de tensions, il y a risque de basculer vers le scénario qui table sur le baril à 120 dollars. Et au-delà, il n'y aurait pas de répercussion de la hausse à la pompe, le surplus sera supporté par la Compensation. Pour l'année 2013, l'enveloppe globale servie par la Caisse au titre des produits pétroliers a baissé de 32% par rapport à l'année précédente à 22,8 milliards de DH. C'est pratiquement une économie de 10 milliards de DH sur le montant inscrit au budget 2013. Ce qui s'explique aussi par l'accalmie sur les cours des produits pétroliers et des matières premières de manière générale. En effet, bien que le niveau de soutien accordé au gaz butane, au sucre et à la farine est resté inchangé, les montants déboursés par la Caisse et l'Office national interprofessionnel des céréales et légumineuses ont accusé des replis plus ou moins prononcés. A titre d'exemple, la subvention destinée au gaz butane a été réduite de 11% par rapport à 2012. Celles servies à la farine et au sucre n'ont pas été en dépassement par rapport aux prévisions du budget mais ont sensiblement baissé par rapport aux réalisations de 2012.
Globalement, la charge de la compensation est répartie à raison de 40% pour le gasoil (16 milliards de DH), à 33% pour le gaz butane (13 milliards) et 16% pour les fuels toutes catégories confondues (9%). Le reste concerne le sucre et le concours aux provinces du Sud.
Pour l'exercice en cours, la loi de Finances prévoit un montant de 35 milliards de DH dont 28 milliards pour les hydrocarbures et 5 milliards de DH pour les produits alimentaires. S'ajoutent aussi 2 milliards de DH au titre de mesures d'accompagnement pour les transporteurs et 7 milliards d'arriérés sur l'exercice précédent.
Echéancier de mesures
Le soutien aux prix des produits pétroliers constitue la plus grosse part des charges de la compensation. Entre 2000 et 2012, l'import des produits pétroliers est passé de 6,2 à 10,8 millions de tonnes et le cours du baril a grimpé à 112 dollars.
Face à cette situation insoutenable pour les finances publiques, le gouvernement a décidé, en juin 2012, de répercuter partiellement la hausse des prix de certains produits pétroliers sur les prix intérieurs. Hausse de 2 DH le litre d'essence, 1 DH le litre de gasoil et 990 DH la tonne de fuel.
En septembre 2013, un système d'indexation limitée et partielle des prix des produits pétroliers liquides a été décidé par le gouvernement visant à maîtriser les dépenses de compensation à hauteur des crédits ouverts dans la loi de Finances.
Ce système a été accompagné par la conclusion d'un contrat de couverture des fluctuations des cours du pétrole «hedging» qui a coûté 500 millions de dirhams en trois mois, «sans être activé». Du coup, le gouvernement a décidé de ne pas le reconduire sauf retournement spectaculaire du marché pétrolier.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.