Ecosystème ferroviaire: Alstom revendique un taux d'intégration locale de 30%    Un bac record... et après?    OMS: Trop de sucres dans la nourriture pour bébé    Une saga nommée «Megri»    Le Nigéria obtient la 3ème place en battant la Tunisie    Chambre des représentants. Séance plénière lundi consacrée à la politique générale du gouvernement    Le Maroc est tenu de réduire les inégalités et de lutter contre la corruption    L'AMMC se dote d'un Conseil scientifique    Enjeux des approches de la formation des ressources humaines dans le contexte du New public management    Le Sénégal y est presque    6500 sportifs attendus aux 12èmes Jeux africains au Maroc    Le WAC passe au mode serbe    Adoption du projet de loi-cadre relatif au système de l'éducation par la commission de l'enseignement de la Chambre des représentants    Apporter une réponse collective aux défis stratégiques, sécuritaires et économiques auxquels nos pays se trouvent confrontés    Présentation du projet de politique publique intégrée pour les personnes âgées    Une faille d'Android permet aux hackers d'accéder à vos photos    Divers    Bouillon de culture    Nouvelle édition du Festival international des arts de la rue à Laâyoune    Record de nominations pour la série "Game of Thrones" aux Emmy Awards    Signature d'un accord de partenariat entre le Ministère public et la CNDP    Crédit Agricole passe son oral au parlement    Casablanca. Le festival Noujoum Gnaoua s'invite à partir du 18 juillet    Après le scandale Radès, la CAF change de système !    La Présidence du Parquet Général et ‘‘l'association des journalistes Adala'', partenaires pour une presse responsable    Trois diplomates turcs tués au Kurdisan Irakien    JCPoA: Les pays européens invitent Washington et Téhéran à la retenue…    Transfert: Iajor pourrait quitter le Raja vers le Qatar    12e édition des Jeux Africains: Le Maroc tient son pari    Biennale d'art contemporain. Rabat, capitale artistique de la rentrée !    Le FMI analyse le Maroc et son économie    Mustapha Hadji tire à boulets rouges sur Renard    Ancien professeur, il braque une agence de micro-crédit    Ebola en RDC: l'OMS va de nouveau évaluer l'épidémie après le décès du premier cas à Goma    Allemagne : La dauphine de Merkel à la Défense, une promotion    L'AMMC se dote d'un Conseil scientifique    Attentat de Barcelone. Le chef des terroristes «bossait» pour les renseignements espagnols    Trump accusé de racisme par la Chambre des représentants    Les nouveaux étudiants en médecine rejoindront-ils le boycott ?    Dans un marché en forte baisse : Renault maintient une part de marché de 4,4%    Le Rwanda va ouvrir une ambassade au Maroc    Recherche scientifique. L'Université Cadi Ayyad primée    Redal contribue à faire découvrir l'impressionnisme aux écoliers    La loi cadre sur l'enseignement adoptée en commission, le PJD et le PI toujours contre    Nezha Hayat décorée par le Roi d'Espagne Felipe VI    Les tweets xénophobes de Trump provoquent un tollé à Washington    Le président de Melilia recadre les opérateurs    Fès : Plaidoyer pour la promotion de la diversité culturelle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Inondations
Le gouvernement veut dégager sa responsabilité
Publié dans L'Economiste le 27 - 11 - 2014

Les députés ont profité de la séance hebdomadaire des questions orales
du mardi pour interpeller le gouvernement sur les dernières inondations au sud du Maroc. Les groupes de l'opposition, notamment l'Istiqlal, l'USFP, le PAM et l'UC, mais également ceux de la majorité, comme le RNI et le PJD, ont appelé l'exécutif à assumer ses responsabilités dans cette catastrophe, qui a coûté la vie à 36 personnes. Les parlementaires sont montés au créneau pour dénoncer les moyens rudimentaires qui avaient, selon eux, compliqué les opérations de sauvetage. Certains d'entre eux ont même accusé les partis au gouvernement d'être plus préoccupés par les campagnes électorales que par le sort des citoyens isolés à cause des inondations et de l'état dégradé des infrastructures. Face à ces critiques, Aziz Rabbah, ministre de l'Equipement et du Transport, et Mohamed Hassad, ministre de l'Intérieur, sont restés de marbre. Le premier a refusé que son département assume la responsabilité des dégâts causés par les inondations. Pour lui, «ce lourd bilan est dû aux intempéries sans précédent qu'ont connues les zones sinistrées». Il a également critiqué le fait que «certains habitants aient construit des villages près des oueds, secs pendant de longues années». Il a également déploré «l'aventurisme de certains citoyens qui ont emprunté des pistes endommagées». Même son de cloche chez Mohamed Hassad, qui a pointé la responsabilité de certains chauffeurs ayant bravé les interdictions et les mises en garde des autorités locales. Il a même affirmé que ces personnes devaient être poursuivies devant la Justice. D'ailleurs, il a appelé «les conducteurs du transport public à ce qu'ils ne mettent pas en péril la vie des citoyens». Le ministre a fait savoir que «le 1er drame, qui a causé 14 morts, est survenu samedi soir, lorsqu'un autocar transportant 15 personnes a tenté de traverser un oued de la ville de Guelmim». Pire, «trois grands taxis sont passés outre l'alerte des autorités en tentant de traverser l'oued, dimanche matin, causant également des pertes humaines».
Les fortes précipitations qui ont atteint 140 mm à Guelmim ou encore 415 à Sti Fadma, ont augmenté de façon notable les crues des bassins hydriques, qui ont battu des records sans précédent
(Source: Ministère chargé de l'Eau)
C'est pour cela qu'il a concédé que «malgré les efforts déployés et les mesures préventives prises, les pertes ont été importantes». En effet, près de 50 habitations en pisé ont été détruites. Les pertes en termes de cheptel ou de productions agricoles n'ont pas encore été déterminées. Le réseau routier a également subi d'énormes dégâts. Ceci est dû, selon les deux ministres, aux fortes précipitations qui ont atteint des records, en 4 jours, avec 140 mm à Guelmim, 110 à Agadir, 80 à Laâyoune. Idem pour les régions montagneuses, à l'origine de la crue des oueds, qui ont enregistré 340 mm à Ighrem Negdal et 415 à Sti Fadma.
Au moment où les parlementaires critiquaient le laisser-aller du gouvernement et le retard des interventions pour sauver les personnes sinistrées, Mohamed Hassad a souligné que «tous les services ont été mobilisés». Mais il a précisé que malgré leur présence, les équipes de sauvetage «ne pouvaient pas intervenir par n'importe quel temps». Il a indiqué que «les hélicoptères étaient mobilisés samedi et dimanche, mais n'ont pas pu intervenir à cause du mauvais temps». La situation s'est débloquée à partir du lundi. Plus de 432 personnes qui se trouvaient dans une situation dangereuse ont été secourues, dont 94 à l'aide d'hélicoptères, qui ont également servi à la distribution des aides aux habitants dans les régions d'El Haouz et Ouarzazate. Cela s'est accompagné de 170 interventions pour la remise en état de l'électricité, au moment où 4.000 familles souffrent encore de coupures du courant.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.