Reprise de l'activité des cafés et restaurants    Le gouvernement à l'écoute des syndicats    Le tabagisme tue!    Maroc : allègement du déficit commercial à fin avril    Est-ce que la Bourse sur-anticipe la reprise?    Un exercice difficile dans des conditions difficiles    Pillages et échauffourées aux Etats-Unis malgré des couvre-feux    Hong Kong: Le Parlement chinois adopte sa «loi sur la sécurité»…    Message de condoléances de SM le Roi à Mme Hélène El-Youssoufi, veuve du défunt    TAS. WAC-EST, Ahmad Ahmad livre sa version des faits    Yunis Abdelhamid nominé pour le Trophée Marc-Vivien Foé    Tunisie: le championnat reprendra le 2 août    Message de condoléances du PPS à l'USFP    Le parcours original du grand combattant    Utilisation des Big Data et de l'Intelligence Artificielle dans le combat contre le Coronavirus [Analyse]    L'intervention remarquée de Benchaâboun devant les membres du conseil d'administration de la CGEM [Vidéo]    CGEM: Les pertes des industries culturelles et créatives estimées à 2 milliards de dirhams    Hicham Sabir, une étoile montante de l'écriture…    Coronavirus : 15 gymnases mobilisés à Rabat pour le Bac 2020    Coronavirus : 3 nouvelles contaminations, aucun nouveau décès et 5.412 guérisons au total dimanche 31 mai à 10h00    Message de condoléances de SM le Roi à la veuve du grand militant, feu Abderrahmane El-Youssoufi    Marché pour l'acquisition de 2 millions de tests Covid-19 : Le Ministère de la Santé réagit    Abderrahmane El Youssoufi a présenté son bilan à la nation    L'OMDH rend hommage à l'un de ses fondateurs    L'homme de l'alternance n'est plus    La coupe du Trône, un cadeau d'adieu avant l'heure    Les grands travaux du gouvernement El Youssoufi    Abderrahmane El Youssoufi : Un homme d'Etat au service de la culture    Danielle Skalli tire sa révérence    À quoi sert la littérature en période de confinement?    Abderrahmane Youssoufi personnifiait l'histoire du Maroc    Technocrates, gouvernement d'union nationale…: Le Maroc peut-il se permettre ces changements en plein Covid-19?    Mort de Guy Bedos    Le CNDH lance un appel au respect des droits des travailleurs    L'INDH s'investit dans la formation à distance à Khénifra    Un Casque bleu marocain honoré par les Nations unies    Affaire Radès : L'appel du Wydad examiné aujourd'hui par le TAS    La Premier League dans la dernière ligne droite vers une reprise    Tarik El Malki : Il convient de mettre de côté la doxa libérale pour un temps    Le chef du gouvernement entame ses concertations avec les partis politiques représentés au Parlement    Relaxé, Rafiq Boubker présente ses excuses    L'auteur de la saga Harry Potter met en ligne un conte pour les enfants confinés    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    «Living in Times of Corona», des films de l'intérieur    Direction Fenerbahçe pour Yassine Bounou ?    France: La demande du CFCM aux mosquées    Aid El Fitr: Le Roi gracie 483 détenus    Forte participation au concours de déclamation du Coran à distance    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Halieutis: Les industriels ne suivent pas
Publié dans L'Economiste le 29 - 01 - 2015

«Le plan Halieutis est sur de bons rails», se félicite Aziz Akhannouch, ministre de l'Agriculture
et de la Pêche maritime. Pour preuve, tous les plans d'aménagement des pêcheries ont atteint leurs objectifs avant terme. Les stocks du poisson pélagique, du poulpe et des crevettes affichent désormais une abondance alors qu'ils accusaient un déficit inquiétant, il y a six années. «Mieux, l'export a porté la campagne passée sur 500.000 tonnes pour une valeur de 15,5 milliards de DH», argumente le ministre. La campagne précédente, le chiffre d'affaires à l'export s'est établi à 14 milliards de DH. Ces exportations sont constituées du poisson frais, congelé, des conserves et la farine et huiles des poissons.
Au total, l'industrie du traitement s'accapare 80% des captures et le reste est destiné à la consommation locale à l'état frais. Seulement, le miracle des deux dernières saisons risque de ne pas se reproduire. La campagne qui a démarré le premier juin 2014 s'est distinguée par la prédominance du poisson pélagique (sardine, maquereaux, anchois) : 90% des débarquements. Sur un volume global de l'ordre de 1,28 millions de tonnes, les petits pélagiques pèsent pour 1,15 millions de tonnes. Plus inquiétant, l'industrie de la farine et huile de poisson a vu sa part exploser de 89% à près de 342.000 tonnes. Cette branche censée valoriser les déchets prélève plus que la consommation locale de poisson frais et dépasse également de plus du tiers la part destinée à l'industrie de la conserve. (Voir tableau ci-contre).Une situation que regrette le ministre. «Notre combat pour une meilleure valorisation de la richesse halieutique sera poursuivi à travers un développement plus accru des contenants normalisés et l'application de la réglementation», laisse tomber Akhannouch qui présidait un point de presse sur le lancement de la 3e édition du salon Halieutis.
L'essentiel des débarquements en 2014 est constitué du poisson pélagique (sardine, maquereaux, anchois et bonites). Par contre, le poisson blanc, les céphalopodes et les crustacés, des produits à forte valeur ajoutée représentent à peine 10% du volume débarqué.
(Voir encadré). Le ministre ne cache pas la crise de leadership que vit le secteur en raison de la pléthore d'organisations professionnelles qui y prédomine. A ses yeux, la période d'exploitation anarchique de la ressource est révolue. «Fini la pêche n'importe où et n'importe comment, tout le monde doit se conformer aux règles de jeu», tranche-t-il. Et visiblement le message a trouvé écho parmi les professionnels présents lors du point de presse.
En somme, le cahier des charges de la tutelle a été quasiment mené à terme en ce qui concerne l'aménagement des pêcheries et l'adaptation de la législation à la nouvelle née du plan Halieutis. Néanmoins, de nombreux projets de valorisation annoncés n'ont pu voir le jour en raison du déficit de synergies entre certains segments de la pêche et des industriels. Du coup, lassés d'attendre, certains ont préféré aller investir en Mauritanie alors que la matière première ne fait pas défaut chez nous.
Quoi qu'il en soit, l'enjeu reste de taille. La flotte en activité est de 1.800 bateaux de pêche côtière et 1.400 barques artisanales. Le segment hauturier compte aussi 356 navires. De plus, le secteur représente la moitié des exportations de l'activité agroalimentaire, soit 7% des ventes totales à l'extérieur. En termes d'emplois, la filière génère plus de 170.000 postes permanents et 500.000 indirects. Et sa part dans le PIB varie entre 2 et 3% selon les années.
Rendez-vous le 18 février à Agadir
Considéré comme principal outil de promotion de la stratégie Halieutis, le salon éponyme tiendra sa 3e édition du 18 au 22 février à Agadir. Ce rendez-vous devenu biennal depuis sa deuxième édition devrait enregistrer la participation de 300 exposants nationaux et étrangers. Pour la présente édition la présence africaine serait en force avec 20 pays sur la trentaine attendue. Selon les organisateurs, le taux de remplissage de l'exposition dépasse déjà les 90%. Tous les métiers seront représentés dans les pôles autour desquels est agencé le salon : flotte et engins, valorisation, ressources, formation, institutionnels et sponsors.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.