Service militaire : Plus de 900 candidats accueillis à Larache    Cinq morts dans une bousculade avant le concert de Soolking    Divided G-7 Leaders Headed for Clashes at Tense French Summit    Tétouan : Un jeune homme se donne la mort par pendaison    Casablanca : 3 ans de prison pour un escroc récidiviste    La première journée dominée par les Sud-africains : Le Maroc décroche la médaille de bronze au relais 4x100m nage libre    Vidéo : Luis Suarez poursuivi par des fans à Tanger…    Renaissance Sportive de Berkane : Fouzi Lekjaa quitte la présidence    Le troisième Festival national de Marmoucha du 30 août au 1er septembre    11ème Festival «Voix de Femmes» de Tétouan : Daoudia, Najat Rajoui et les autres    Le droit à la TERRE !    Jeux Africains: Les Lionnes font mieux que les Lionceaux    Belksiri : Arrestation d'un multirécidiviste apparu sur les réseaux sociaux en possession d'armes blanches    Label'Vie récompense les bacheliers    RFI : C'est un véritable défi que le Maroc a relevé    Actifs immobiliers. Baisse des prix d'environ 1% au 2e trimestre    Barid Al-Maghrib participe au concours du plus beau timbre-poste lancé par PUMED    Classe moyenne : Une reconnaissance royale    Cristina López Barrio: Tanger la «captivante»    Budget des régions. Le dispositif projeté pour 2020    Marquage fiscal : En cas de victoire, De La Rue peu soucieux d'honorer son contrat ?    La mode veut agir pour l'environnement, mais sans contraintes    Souss-Massa : Plus de 2 MMDH pour 83 projets au 1er semestre 2019    Edito : Rentrée    Le patron de la Fed joue gros avec son discours vendredi    Tensions et dissensions attendues au sommet du G7 qui s'ouvre samedi en France    Ocean Viking: Les réserves de nourriture s'épuisent (MSF)    Italie: le Premier ministre Giuseppe Conte démissionne…    «Les Forces Armées Royales, la Marche de la fidélité et l'esprit du renouveau» : Un livre qui traite de l'action royale permanente en faveur de la modernisation des FAR    Parlement. Vacances prolongées ?    Initiative «Cinéma sur la Muraille» : Le 7ème art à l'honneur à Essaouira    M'barek Boussoufa rejoint le club d'Al-Sailiya    Le régime syrien va permettre aux civils de sortir de la région d'Idleb    News    Le partenariat Afrique-Indonésie doit reposer sur une logique gagnant-gagnant    Vers le renforcement de la coopération entre le Parlement marocain et l'UIP    Mise en service à Rabat des nouveaux autobus    Féminicide à Sidi Slimane    Divers    Faire souvent la sieste, un signe précoce d'Alzheimer ?    Le Maroc et les Iles Fidji veulent booster leurs relations    Le Soudan se dote d'un nouveau pouvoir    L'ultime défi de l'Imperatore Franck Ribéry à la Fiorentina    Coupe arabe Mohammed VI des clubs champions : L'IRT gagne mais sa qualification reste compromise    Abdelhamid Azzubair, un artiste éclectique qui exalte la calligraphie arabe    Dwayne Johnson récupère sa place d'acteur le mieux payé au monde    Le Festival international de Volubilis de musique mondiale traditionnelle de retour à Meknès    L'orchestre philharmonique Symphonyat attendu à l'hippodrome de Casablanca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Halieutis: Les industriels ne suivent pas
Publié dans L'Economiste le 29 - 01 - 2015

«Le plan Halieutis est sur de bons rails», se félicite Aziz Akhannouch, ministre de l'Agriculture
et de la Pêche maritime. Pour preuve, tous les plans d'aménagement des pêcheries ont atteint leurs objectifs avant terme. Les stocks du poisson pélagique, du poulpe et des crevettes affichent désormais une abondance alors qu'ils accusaient un déficit inquiétant, il y a six années. «Mieux, l'export a porté la campagne passée sur 500.000 tonnes pour une valeur de 15,5 milliards de DH», argumente le ministre. La campagne précédente, le chiffre d'affaires à l'export s'est établi à 14 milliards de DH. Ces exportations sont constituées du poisson frais, congelé, des conserves et la farine et huiles des poissons.
Au total, l'industrie du traitement s'accapare 80% des captures et le reste est destiné à la consommation locale à l'état frais. Seulement, le miracle des deux dernières saisons risque de ne pas se reproduire. La campagne qui a démarré le premier juin 2014 s'est distinguée par la prédominance du poisson pélagique (sardine, maquereaux, anchois) : 90% des débarquements. Sur un volume global de l'ordre de 1,28 millions de tonnes, les petits pélagiques pèsent pour 1,15 millions de tonnes. Plus inquiétant, l'industrie de la farine et huile de poisson a vu sa part exploser de 89% à près de 342.000 tonnes. Cette branche censée valoriser les déchets prélève plus que la consommation locale de poisson frais et dépasse également de plus du tiers la part destinée à l'industrie de la conserve. (Voir tableau ci-contre).Une situation que regrette le ministre. «Notre combat pour une meilleure valorisation de la richesse halieutique sera poursuivi à travers un développement plus accru des contenants normalisés et l'application de la réglementation», laisse tomber Akhannouch qui présidait un point de presse sur le lancement de la 3e édition du salon Halieutis.
L'essentiel des débarquements en 2014 est constitué du poisson pélagique (sardine, maquereaux, anchois et bonites). Par contre, le poisson blanc, les céphalopodes et les crustacés, des produits à forte valeur ajoutée représentent à peine 10% du volume débarqué.
(Voir encadré). Le ministre ne cache pas la crise de leadership que vit le secteur en raison de la pléthore d'organisations professionnelles qui y prédomine. A ses yeux, la période d'exploitation anarchique de la ressource est révolue. «Fini la pêche n'importe où et n'importe comment, tout le monde doit se conformer aux règles de jeu», tranche-t-il. Et visiblement le message a trouvé écho parmi les professionnels présents lors du point de presse.
En somme, le cahier des charges de la tutelle a été quasiment mené à terme en ce qui concerne l'aménagement des pêcheries et l'adaptation de la législation à la nouvelle née du plan Halieutis. Néanmoins, de nombreux projets de valorisation annoncés n'ont pu voir le jour en raison du déficit de synergies entre certains segments de la pêche et des industriels. Du coup, lassés d'attendre, certains ont préféré aller investir en Mauritanie alors que la matière première ne fait pas défaut chez nous.
Quoi qu'il en soit, l'enjeu reste de taille. La flotte en activité est de 1.800 bateaux de pêche côtière et 1.400 barques artisanales. Le segment hauturier compte aussi 356 navires. De plus, le secteur représente la moitié des exportations de l'activité agroalimentaire, soit 7% des ventes totales à l'extérieur. En termes d'emplois, la filière génère plus de 170.000 postes permanents et 500.000 indirects. Et sa part dans le PIB varie entre 2 et 3% selon les années.
Rendez-vous le 18 février à Agadir
Considéré comme principal outil de promotion de la stratégie Halieutis, le salon éponyme tiendra sa 3e édition du 18 au 22 février à Agadir. Ce rendez-vous devenu biennal depuis sa deuxième édition devrait enregistrer la participation de 300 exposants nationaux et étrangers. Pour la présente édition la présence africaine serait en force avec 20 pays sur la trentaine attendue. Selon les organisateurs, le taux de remplissage de l'exposition dépasse déjà les 90%. Tous les métiers seront représentés dans les pôles autour desquels est agencé le salon : flotte et engins, valorisation, ressources, formation, institutionnels et sponsors.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.