Outsourcia fait l'acquisition de la société française Simplify    Dialogue social : El Otmani rencontre syndicats et employeurs    TGR : Le déficit budgétaire s'est creusé à 32,3 MMDH en septembre    Il fait l'actu : Kaiss Saïed, nouveau président de la Tunisie    Arab Reading Challenge: La Marocaine Fatima Zahra Akhiar passe en finale    Le 3e Salon maghrébin du livre fait la part belle aux enfants    Samira Said à Muscat    FRMF: Tout savoir sur les billets du match Maroc-Algérie locaux    TIBU Maroc présente la 1ère promotion de «Intilaqa»    Yemoh & The Minority Globe lance «Welcome to Africa» le 25 octobre    Ligue des champions de la CAF : Le WAC gagnera par forfait contre l'USMA    Les violations des droits humains à Tindouf mises à nu    Brexit: Un accord « possible » dans la dernière ligne droite, selon Dublin    Programme Bades: Le démenti de la CGI/CDG    Suite à une réunion avec la tutelle : Les transporteurs routiers de marchandises annulent leur grève    Moga Festival. L'électro métissé d'Essaouira !    À Hong Kong, la violence des radicaux n'entame pas l'unité du mouvement    Joie dans les rues de Quito pour célébrer la fin de la crise    Le Maroc tenu en échec par la Libye en attendant le Gabon ce mardi    Ouverture de la première session de la 4e année législative    Vidéo. Marrakech : L'accident enregistré par une caméra de surveillance    Edito : Banques    Paul Kagame : « Le développement de l'Afrique relève de la responsabilité des Africains »    Loi de Finances : Syndicats et patronat chez le gouvernement ce lundi    Le Maroc remporte à Abu Dhabi le Championnat arabe du muay-thaï    Fès : Trois individus arrêtés en flagrant délit de possession de plus de 2 t de chira    WPC de Marrakech : La ‘‘Route de la Soie'', entre alarmistes et réalistes    Tunisie : Kais Saed vainqueur de la Présidentielle    Bleus : Plan D comme Deschamps, monsieur bricolage    La quête d'un équilibre défensif    Le nouvel échéancier de paiement de l'IATA inquiète les voyagistes marocains    Ferme soutien au Plan d'autonomie au Sahara    La sensibilisation à la santé mentale au menu d'une rencontre à Rabat    Grave menace sur le passage frontalier d'El Guerguarat    Une délégation parlementaire marocaine participe à la 141ème Assemblée de l'UIP    Le village solaire d'Id Mjahdi se dote d'un Centre éducatif    La Banque africaine de développement soutient l'entrepreneuriat des jeunes et l'innovation au Maroc    Euro-2020 : L'Italie qualifiée, l'Espagne devra attendre    BMCE Bank of Africa organise une master class sur le "personal branding"    "Achoura" de Talal Selhami remporte un nouveau prix en Espagne    Le musée Farid Belkahia ouvre ses portes aux œuvres de Hassan Hajjaj    Eradication du mariage des mineurs    Epidémiologie cancer du col de l'utérus au Maroc    Météo: Le temps qu'il fera ce dimanche    Fès : Saisie de plus de 2t de chira    Le roi félicite le Premier ministre éthiopien lauréat du Prix Nobel de la paix    Marrakech : Trois morts et 22 citoyens écrasés par un conducteur en état d'ébriété    Le jour où Elton John a vu la reine Elizabeth II perdre son sang-froid    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Festival de Fès de la culture soufie
L'humanisme spirituel séduit
Publié dans L'Economiste le 21 - 04 - 2015

D'année en année, le rush autour du festival de Fès de la culture soufie se confirme.
La 9e édition qui a démarré, samedi dernier et qui se tient jusqu'au 25 avril prochain, a accueilli un public de choix venant des quatre coins du monde. Ainsi, le gotha international vient profiter des moments de sérénité, tant recherchés en cette période de crise et de clivage des cultures et des religions. Parmi les personnalités présentes à l'ouverture de l'événement, Bariza Khiari, vice-présidente du Sénat français, Driss Dahhak, Secrétaire général du gouvernement marocain, et d'autres comme l'expert international en culture, Abdelillah Benarafa, et plusieurs penseurs et écrivains dont Abdessamad Romero, Abdou Hafidi, Alan Williams, Cheikha Nur, l'écrivain Eric Geoffroy, Ines Safi...
Ce festival tenu chaque année sous le Haut Patronage royal, offre des espaces de dialogue pour rétablir la paix. «Sous le chêne du musée Batha, je me définis comme profondément républicaine de confession musulmane...et je dénonce les actes obscurantistes commis au nom de l'Islam sur un Coran dénaturé»,
Le gotha national était présent à l'ouverture, samedi dernier. On reconnaît sur la photo, Driss Dahhak, SG du gouvernement en discussion avec Kamal Lahlou, journaliste et publicitaire, et Fathia Bennis, Pdg Maroc-Lear
indique Bariza Khiari. La co-fondatrice du festival ajoute que l'Islam est devenu un sujet politique et souffre d'une cacophonie, une mise en scène et une surenchère. Et c'est à travers des événements comme le festival de Fès qu'on peut montrer l'image de la spiritualité, la vraie, et la belle image de l'Islam. En clair, la beauté de la spiritualité est donnée grâce à ce festival car les soufis ne dénaturent pas cette religion. Malheureusement, «les saints et les assassins se réfèrent au même livre. Les premiers l'étudient, les autres l'instrumentalisent», renchérit la sénatrice française d'origine algérienne. «Au Maroc, fait remarquable, le préambule de la Constitution est inclusif. Le Royaume se définit comme un pays musulman ouvert sur les religions monothéistes, hébraïque entre autres,...quelle belle définition de l'humanisme et de la quête du savoir pour fonder une société de fraternité», admire Khiari.
De son côté, Faouzi Skali, le président du festival, affirme que son événement conjugue amour et savoir à travers l'exploration et la connaissance d'un patrimoine littéraire, intellectuel, artistique et spirituel d'une immense richesse.
Un patrimoine qui s'est constitué depuis des siècles et qui a produit des œuvres d'une portée considérable.
Les spectacles des chants soufis se sont déroulés à guichets fermés. Voix sublime, Fatim Azzahra Kortobi est la grande révélation de cette édition. Elle a incarné Rabiâa El Adaouiya aux côtés de Marwane Hajji, Samira Kadiri, et Salah Eddîn Mohssine (Ph. Y.S.A.)
Une de ces œuvres est traduite, chaque jour, par le forum du festival ou encore ses spectacles spirituels. En ce sens, le concert création d'Abdallah El Ouazzani, expert et chercheur en soufisme, fut «un festin musical inédit que seul le Maroc peut se permettre aujourd'hui», exprime Salah Stetiié, écrivain et ancien ambassadeur français d'origine libanaise. La fresque unique qui a émerveillé le public du musée Batha, a été dédiée à Rabiâa qui «aimait Dieu parce qu'Il méritait son amour». Incarnée par la voix sublime de Fatim Azzahra Kortobi, Rabiâa a été ressuscitée à travers un ensemble de poèmes présentés pour la première fois. Le spectacle fut une présentation de l'école divine, du tarabe arabe et marocain grâce aussi aux artistes Samira Kadiri, Marwane Hajji et Salah Eddîn Mohssine.
Dimanche 19 avril, la matinée du forum a consacré un hommage au regretté Abdelwahhab Meddeb. Pour rendre audible sa pensée, il ne faut jamais mettre en tension la contradiction de l'occidentalisme et l'arabo-islamisme, selon les spécialistes. Pas besoin d'un retour à la scène primitive pour assurer le combat de l'ouverture contre la fermeture. «Il ne faut jamais arrêter les merveilles de l'Islam», conclut Bariza Khiari comme dans le testament de Meddeb.
De notre correspondant,


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.