Dahirs royaux de nomination pour 22 ambassadeurs dont Amrani, Abouyoub, Rahhou, Naciri…    Soulaliyates, Laftit veille au grain…    Youssef Amrani, nommé à Prétoria, « ready to work »…    OPCI, BMCE Capital est au rendez-vous    Importante délégation du Maroc au Forum Invest in Tchad    Edito : Service public rentable    La nouvelle Résidence-Hôtel des Œuvres Sociales, un lieu d'estivage pour les familles des militaires des FAR    Le Cameroun réussit son entrée, le Ghana chancelle    Mawazine 2019 : Elissa embrase Nahda    Royal Air Maroc en représentation au Caire, en marge de la CAN    Erdogan craint la perte d'Istanbul    Succession de Juncker: Le casse-tête européen    L'UE intransigeante face au Brexit    Mawazine: Une programmation plurielle et un parterre de stars- Reportage photos, Abdelmajid BZIOUAT    Festival gnaoua et musiques du Monde: Un moment de grâce dans la ville des Alizés    QUEBEC : LA MAROCAINE MARWA RIZQY, REVELATION DE L'ASSEMBLEE NATIONALE    Régionalisation avancée et mise en œuvre d'une stratégie visant la préservation de l'identité des MRE    El Hadji Diouf Jouer la CAN en Egypte est une chance !    Jordan Ayew, la stagnation du prodige    La Côte d'Ivoire réussit son entrée en matière    S'énerver plus pour vivre plus    YouTube pressé de mieux protéger les enfants    Divers    Sommet des deux rives : Engagements pour une nouvelle ambition en Méditerranée    Deuxième réunion de l'Observatoire des délais de paiement    Plusieurs conventions signées en marge du Salon Bio Expo Maroc    Divers Economie    Très attendu par ses fans, Reda Taliani cartonne à Salé    Chellah à l'heure de la musique tzigane    "Toy Story 4" en tête du box-office    Le Maroc présent à la conférence de Manama    Téhéran accuse Washington d'avoir coupé « la voie de la diplomatie »    Les valeurs, le match à gagner    Le Maroc au «Sommet des deux rives, Forum de la Méditerranée»    Industrie du verre : les ophtalmologues montent au filet    Enseignement. Comment généraliser le préscolaire    30 kg de résine de cannabis saisies à Bab Sebta    La canicule s'installe sur l'Europe, records de chaleur attendus    Mohamed Ali Bensouda : «Nous souhaitons aborder la question des retraites et de notre rapport aux jeunes et aux aînés»    Mauritanie: Ghazouani proclamé vainqueur dès le premier tour    BCIJ : Démantèlement d'une cellule terroriste dans la région d'El Haouz    Cameroun. La "malédiction" sera-t-elle brisée?    Bénin-Ghana. Match-test sans meneur pour les Ecureuils    Trophée Hassan II des arts équestres traditionnels «Tbourida» : La Sorba du Moqaddem Maher El Bachir remporte la 20ème édition    Le Maroc entame la CAN sur une victoire à l'arrachée    Spotify partenaire musique du Festival Mawazine 2019    Edito : Bronzette    Insolite : Mis en examen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Afrique reste une valeur sûre pour les IDE
Publié dans L'Economiste le 05 - 06 - 2015

Si pétrole, gaz et mines attirent les investisseurs sur le continent africain, ils le sont aussi par les services aux entreprises, la distribution et le BTP. C'est un constat de la firme londonienne JLL (immobilier, finances) qui précise que sur les 15 dernières années, l'économie africaine a connu une croissance de près de trois points supérieure à celle du PIB mondial. Certains pays (Mozambique, Zambie, Ethiopie...) devraient croître plus vite que plusieurs économies émergentes. Ceci grâce aux IDE, à l'urbanisation rapide et à la classe moyenne émergente. En effet, les IDE en Afrique ont bondi à 128 milliards de dollars l'année dernière en progression de 136% sur un an, selon l'édition 2015 de l'étude «Africa Attractiveness Survey» du cabinet EY. Présents au Davos africain du 3 au 5 juin dans la ville sud-africaine du Cap, plus d'un millier de dirigeants économiques ou gouvernementaux s'accordent à dire que le continent est désormais le futur eldorado pour les investisseurs.
Au-delà des sujets habituels liés au développement et à la recherche de marchés, le forum a abordé aussi des thèmes comme les migrations, la lutte anti-terroriste et l'économie informelle.
Le sujet qui a été longuement débattu est celui de l'évasion fiscale. L'Afrique subit une hémorragie de milliards de dollars à cause des tours de passe-passe fiscaux des multinationales, dont bon nombre ont leur siège dans un pays du G7, relève Oxfam dans sa dernière livraison qui se base sur des chiffres de 2010. Parmi les pratiques frauduleuses, la manipulation des prix de transfert entre filiales, sujet brûlant au Maroc qui alimente le contentieux fiscal. Ainsi une firme aura tendance à surévaluer les importations et sous-évaluer les exportations, ce qui revient à ne pas déclarer la valeur ajoutée là où elle est réellement produite. Les sociétés font constamment pression pour des allégements fiscaux en échange de la création ou la conservation de leur activité dans les pays africains. Une autre technique d'évasion très répandue, l'utilisation des sociétés écrans et des filiales dans les paradis fiscaux. L'étude de Oxfam est publiée au moment où les chefs d'Etats et de gouvernements des sept pays les plus industrialisés s'apprêtent à rencontrer les 8 et 9 juin leurs homologues africains lors du sommet annuel du G7.
IDE: Le Maroc 3e en Afrique
Les investisseurs étrangers manifestent un regain d'intérêt pour l'Afrique du Nord, notamment pour l'Egypte (+61% en nombre de projets sur un an) et le Maroc (+52%), selon l'étude «Africa Attractiveness Survey 2015» du cabinet EY.
Le Maroc est la troisième destination des investissements directs étrangers en Afrique en 2014, avec 67 projets (en hausse de 52,3%). Les entreprises françaises ont dépassé leurs rivaux espagnols pour devenir les principaux investisseurs au Maroc. Les services financiers et TMT (Technologies, médias et télécommunications) sont les secteurs qui attirent le plus les investisseurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.