La Chambre des conseillers: adoption en commission d'un projet de loi édictant des mesures spécifiques à l'état d'urgence sanitaire    Séance plénière le 21 juillet consacrée à la politique générale du gouvernement au Parlement    Coronavirus : quel impact sur les congés    11.900 heures sur les ondes et 7.400 sur les chaînes télévisées de la SNRT    Le Wydad entame sa préparation collective à Agadir    Le prince Moulay El Hassan décroche son bac    Le Maroc va rouvrir ses mosquées dès le 15 juillet    Qui est Driss Isbayene, le nouvel ambassadeur du Maroc au Mali ?    Le Marocain Aziz Krir remporte le titre    Côte d'Ivoire : Drogba brigue le poste de président de la FIF    Meilleurcreditimmo.ma lance le premier programme de parrainage en ligne au Maroc    Tanger-Tétouan-Al Hoceima : Plusieurs projets de développement adoptés    US Round Up du mardi 7 juillet – Keisha Lance Bottoms, Sebastián Athié, Novavax, New-York, OCDE    Hamza Mehimdate, un photographe émotionnel    Forte vague de chaleur mardi et mercredi dans plusieurs provinces marocaines    Casablanca: il a tout perdu à cause de l'incendie de sa chambre (VIDEO)    Mauritanie : l'ex-président convoqué devant une commission d'enquête    L'Égypte, la France, l'Allemagne et la Jordanie avertissent Israël contre ses projets d'expansion    Exposition collective « L'art pour l'espoir »    CGEM/PPS : rencontre autour du développement économique et social    L'actrice Aïcha Mahmah surprend ses fans (PHOTO)    Coronavirus : 186 nouveaux cas, 14.565 cas au total, mardi 7 juillet à 10h    La Chambre des représentants réagit au dernier rapport d'Amnesty    Loi de Finances rectificative : Vers un remake de 1990    Fermeture des frontières: le nombre de MRE ayant rejoint leurs pays de résidence    Coronavirus au Maroc: 186 cas supplémentaires, 14.565 au total    Etat d'urgence sanitaire: adoption d'un nouveau projet de loi    Les États-Unis n'accorderont pas de visas aux étudiants étrangers si les cours sont en ligne    Immigration clandestine: baisse des arrivées sur les côtes espagnoles    Nador: une cellule terroriste démantelée par le BCIJ    Adil Bouaouad en quête de « rédemption »    « Derb Mila » à Casablanca embelli par des fresques murales    Améliorations forcées    Ramid-Amnesty. Le grand dilemme du ministre des droits de l'Homme    1.107 cas de triche au bac détectés    Nicolas Bay interroge Bruxelles sur les détournements de l'aide humanitaire européenne    Observations sur le dernier rapport annuel du Conseil national des droits de l'Homme    Ennio Morricone, le Beethoven du western spaghetti    Plaidoyer pour une culture intégrée dans l'offre touristique au Maroc    La série "H" débarque sur Netflix    Contraction de l'économie nationale de 13,8% au deuxième trimestre sous l'effet de la Covid-19    France: Dupond-Moretti, nouveau ministre de la Justice    La CAF, la FIFA, l'OMS et la SGSA réunies pour discuter de lasécurité et dela sûreté en Afrique    Le cyclisme national reprend de plus belle après trois mois de suspension    Le PPS, l'Istiqlal et le PJD ont rehaussé le niveau de la solidarité    Abdelmajid Tebboun. Tout le monde doit s'excuser à l'Algérie    France: la composition du nouveau gouvernement attendue ce lundi    Idiotorial : L'ovalie a son virus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Afrique reste une valeur sûre pour les IDE
Publié dans L'Economiste le 05 - 06 - 2015

Si pétrole, gaz et mines attirent les investisseurs sur le continent africain, ils le sont aussi par les services aux entreprises, la distribution et le BTP. C'est un constat de la firme londonienne JLL (immobilier, finances) qui précise que sur les 15 dernières années, l'économie africaine a connu une croissance de près de trois points supérieure à celle du PIB mondial. Certains pays (Mozambique, Zambie, Ethiopie...) devraient croître plus vite que plusieurs économies émergentes. Ceci grâce aux IDE, à l'urbanisation rapide et à la classe moyenne émergente. En effet, les IDE en Afrique ont bondi à 128 milliards de dollars l'année dernière en progression de 136% sur un an, selon l'édition 2015 de l'étude «Africa Attractiveness Survey» du cabinet EY. Présents au Davos africain du 3 au 5 juin dans la ville sud-africaine du Cap, plus d'un millier de dirigeants économiques ou gouvernementaux s'accordent à dire que le continent est désormais le futur eldorado pour les investisseurs.
Au-delà des sujets habituels liés au développement et à la recherche de marchés, le forum a abordé aussi des thèmes comme les migrations, la lutte anti-terroriste et l'économie informelle.
Le sujet qui a été longuement débattu est celui de l'évasion fiscale. L'Afrique subit une hémorragie de milliards de dollars à cause des tours de passe-passe fiscaux des multinationales, dont bon nombre ont leur siège dans un pays du G7, relève Oxfam dans sa dernière livraison qui se base sur des chiffres de 2010. Parmi les pratiques frauduleuses, la manipulation des prix de transfert entre filiales, sujet brûlant au Maroc qui alimente le contentieux fiscal. Ainsi une firme aura tendance à surévaluer les importations et sous-évaluer les exportations, ce qui revient à ne pas déclarer la valeur ajoutée là où elle est réellement produite. Les sociétés font constamment pression pour des allégements fiscaux en échange de la création ou la conservation de leur activité dans les pays africains. Une autre technique d'évasion très répandue, l'utilisation des sociétés écrans et des filiales dans les paradis fiscaux. L'étude de Oxfam est publiée au moment où les chefs d'Etats et de gouvernements des sept pays les plus industrialisés s'apprêtent à rencontrer les 8 et 9 juin leurs homologues africains lors du sommet annuel du G7.
IDE: Le Maroc 3e en Afrique
Les investisseurs étrangers manifestent un regain d'intérêt pour l'Afrique du Nord, notamment pour l'Egypte (+61% en nombre de projets sur un an) et le Maroc (+52%), selon l'étude «Africa Attractiveness Survey 2015» du cabinet EY.
Le Maroc est la troisième destination des investissements directs étrangers en Afrique en 2014, avec 67 projets (en hausse de 52,3%). Les entreprises françaises ont dépassé leurs rivaux espagnols pour devenir les principaux investisseurs au Maroc. Les services financiers et TMT (Technologies, médias et télécommunications) sont les secteurs qui attirent le plus les investisseurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.